Ivermectine

Médicament utilisé pour une maladie occasionnée par des parasites : larves de diptère (occasionnant alors la myiase cutanée), d’ankylostome, d’anguillule (donnant la larva currens) provenant d’un vers rond appelé nématode. Tous ces parasites ont la même caractéristique : ils se déplacent sous la peau.

Ces divers parasites se retrouvent habituellement chez les animaux, ils sont ici égarés chez l’homme.

Cette maladie se contracte généralement dans les pays tropicaux en marchant pieds nus sur le sol ou en restant sur les plages contaminées où les larves se développent.

Elles proviennent d’excréments déposés sur la terre par les animaux, généralement des chiens et des chats, puis pénètrent dans l’organisme par la peau où elles cheminent pendant plusieurs semaines, voire des mois.

Description de la maladie

Ce cheminement sous cutané donne à la peau un relief particulier en forme de cordon sinueux de couleur rougeâtre et entraîne une démangeaison très importante. Les larves ne passent jamais au stade adulte, et vivent surtout dans l’intestin des animaux. Chez l’homme, elles finissent par mourir (impasse parasitaire).

Traitement

En dehors des topiques (pommades) contre le prurit (démangeaison), le seul médicament disponible et efficace est l’ivermectine.

Au CHU Ambroise Paré il est conseillé à deux comprimés de 6 mg en une prise unique chez l’adulte. S’il s’agit d’une femme, il faut au préalable vérifier qu’elle n’est pas enceinte.

Chez l’enfant, la posologie est de 0,2 mg par kilo en une prise unique.

Précisons que ce médicament n’est pas remboursé, et que sa prescription dans cette indication est hors AMM (autorisation de mise sur le marché).

Il est éventuellement possible de conseiller le tiabendazole, une substance mal tolérée par l’organisme et dont le traitement ne peut se faire qu’à l’hôpital.

Le plus souvent, la maladie ne récidive pas, sauf si d’autres larves pénètrent de nouveau dans l’organisme.

Aucun commentaire pour "Ivermectine"

Commentez l'article "Ivermectine"