Hémoglobinurie de marche

Définition 

Les hémoglobinuries de marche sont des anémies hémolytiques traumatiques, appelées également anémies hémolytiques par traumatisme mécanique, s'observant essentiellement quand les globules rouges du sang circulant sont exposés à des traumatismes plus ou moins violents, mais répétitifs et à des contraintes qui déforment ces globules rouges. Ces contraintes peuvent aller jusqu'à les faire éclater.

 

Généralités 

D'autres mécanismes sont susceptibles également d'entraîner la destruction des globules rouges : il peut s'agir des turbulences excessives à l'intérieur de la circulation elle-même, ce qui entraîne un morcellement des globules rouges.

Classification 

On distingue plusieurs types d'anémies hémolytiques traumatiques :

  • La marche prolongée est susceptible d'entraîner l'apparition d'une anémie dite hémolytique traumatique, c'est-à-dire se caractérisant par un éclatement des globules rouges dont la cause est un traumatisme à répétition. Ainsi, un individu portant des chaussures minces et marchant sur des surfaces dures comme par exemple du macadam, ou du béton, est susceptible d'engendrer une hémoglobinurie de marche. La pratique de certains sports relativement violents, comme peut l'être le karaté, sont susceptibles également d'aboutir à un morcellement, une fragmentation d'origine mécanique des hématies (globules rouges), se produisant à l'intérieur des vaisseaux. Ce phénomène entraîne l'apparition d'une hémoglobinémie, c'est-à-dire la présence d'hémoglobine directement dans le sang, mais aussi d'une hémoglobinurie (présence d'hémoglobine dans les urines). L'évolution de l'hémoglobinurie de marche, est favorable dès que l'on cesse de traumatiser les globules rouges.
  • Un autre type d'anémie hémolytique traumatique, est l'anémie hémolytique cardiaque qui survient quand un patient à une prothèse cardiaque, et plus précisément une prothèse valvulaire. Dans ce cas, les globules rouges sont rompus mécaniquement quand ils touchent la surface de la prothèse, ou des prothèses valvulaires situées dans les endroits où circule le sang à l'intérieur du coeur. Dans ce cas, un individu porteur d'une prothèse cardiaque est susceptible de présenter une anémie plus ou moins importante (pouvant aller jusqu'à 5 g d'hémoglobine par décilitre de sang). Les analyses sanguines montrent la présence de globules rouges fragmentés, la présence d'hémoglobine dans le sang (hémoglobinémie), et d'hémoglobine dans les urines (hémoglobinurie). Le reste des analyses sanguines, montre la baisse du taux de la sidérémie (taux de fer dans le sang), et un taux de L.D.H. (déshydrogénase lactique) augmenté. Le traitement des anémies hémolytiques cardiaques, comporte l'adjonction de fer sous forme de sels, essentiellement quand il s'agit d'une anémie ferriprive (par manque de fer). Dans certains cas, le traitement comporte également l'adjonction de corticoïdes (cortisone) afin de diminuer l'intensité de l'hémolyse, c'est-à-dire de l'éclatement des globules rouges. Pour finir, il est nécessaire de faire comprendre aux patients que l'activité physique peut être diminuée.
  • Le troisième type d'anémie hémolytique traumatique porte le nom d'anémie micro-angiopathique. Dans ce cas, le patient présente au cours de ses analyses sanguines, une fragmentation des globules rouges qui a lieu à l'intérieur des artérioles, c'est-à-dire des petites artères de son organisme. Cette affection s'observe quelquefois quand un patient présente une élévation anormalement élevée de sa tension artérielle (hypertension artérielle maligne). La fragmentation des hématies dans les artères, peut également survenir au cours d'autres affections. Il peut s'agir par exemple :
    • De l'éclampsie.
    • D'un hémangiome.
    • D'un cancer disséminé voire d'une greffe des reins. La caractéristique majeure de ce type d'anémie, est la présence d'une hémolyse peu importante, par rapport aux autres anémies hémolytiques traumatiques. Le syndrome urémique hémolytique, qui s'observe essentiellement chez l'enfant est une maladie faisant partie des anémies micro-angiopathiques, et qui s'accompagne d'une thrombopénie c'est-à-dire d'une diminution des plaquettes, et d'une oligurie aiguë (diminution du volume des urines) liée à une atteinte des reins. Le traitement du syndrome urémique hémolytique, nécessite une dialyse et un échange de plasma sanguin. La coagulation intravasculaire disséminée, fait également partie des anémies micro-angiopathiques.

Aucun commentaire pour "Hémoglobinurie de marche"

Commentez l'article "Hémoglobinurie de marche"