Grossesse et hypertension artérielle

Synonyme : Gestose grossesse, toxémie gravidique, dysgravidie, prééclampsie.

Affection se caractérisant par une élévation de la tension artérielle survenant généralement en fin de grossesse. Elle s'accompagne dans certains cas de convulsions entre autres, et survient le plus souvent chez les femmes enceintes ayant pris beaucoup de poids.

Dans les années 30, un obstétricien de renommée, le Dr Dieckman, de Chicago, avait remarqué cette corrélation entre le poids et l'apparition de cette maladie.
Grâce à lui, les femmes sont actuellement surveillées, et le contrôle de la tension artérielle, des œdèmes, de l'albumine dans les urines, est devenu une habitude.
D'autre part, on conseille une alimentation plus rationnelle, et en particulier le fait de manger de la viande plusieurs fois par semaine, car l'apport de protéines est nécessaire pour diminuer la menace d'éclampsie.
La maladie commence le plus souvent au troisième trimestre de la grossesse chez une femme qui n'a jamais eu d'enfant (primipare).

Elle se manifeste par :

Un excès de protéines dans les urines (albuminurie)
De l'hypertension artérielle (la tension artérielle d'une femme enceinte ne doit pas dépasser treize pour la maxima et neuf pour le minima)
Des œdèmes.
Progressivement, ces signes s'accentuent et s'accompagnent de :
Vertiges
Maux de tête
Acouphènes (bourdonnements d'oreille)
Douleurs de l'estomac
Eclairs visuels.

Si tous ces symptômes ne sont pas signalés au médecin, puis soignés, il survient alors une crise d'épilepsie avec une perte de conscience et une raideur des membres accompagnées de convulsions.

Surveillance et suivi
Il est important que la femme détecte ces signes, fasse contrôler régulièrement sa tension artérielle et recherche la présence de protéines dans ses urines, avec des bandelettes spéciales.
Dans la grande majorité des cas, la patiente ne garde pas de séquelles, et il n'y a aucune récidive pendant les autres grossesses.
Cependant, dans 5 à 10 pour cent des cas, il existe un risque de complication cérébrale, cardiaque ou rénale. Il est donc important de poursuivre la surveillance.
En dehors de l'interrogatoire et de la prise de la tension artérielle, la surveillance s'effectue au moyen de l'échographie, du Doppler de l'artère ombilicale, du dosage régulier de l'albumine, du dosage des plaquettes, de la recherche d'une éventuelle anémie, d'une cytolyse, et quelquefois des auto-anticorps (anticorps dirigés contre les propres tissus de la patiente) pour mettre en évidence une éventuelle maladie auto-immune.

Aucun commentaire pour "Grossesse et hypertension artérielle"

Commentez l'article "Grossesse et hypertension artérielle"