Fulminant

Terme médical, plus précisément adjectif caractérisant ce qui évolue rapidement

Exemple d'utilisation du mot fulminant en pathologie:

La fasciite nécrosante appelée également cellulite fulminante est une infection le plus souvent secondaire à plusieurs bactéries (streptocoque anaérobie) des fascias (sorte de membrane de recouvrement) situé en dessous du derme. Cette maladie est à l'origine d'une nécrose (destruction) s'accompagnant d'un oedème (collection liquidienne) dont l'évolution est très rapide et qui aboutit à de grands placards (surfaces) cutanées s'accompagnant d'hémorragies et de bulles. Le patient présente à ce moment-là un état de choc (difficulté voire impossibilité pour les principaux organes d'assurer leur fonction vitale). La prévision de cette pathologie est sévère.

C'est avant tout le paracétamol analgésique (antidouleur) ne contenant pas de dérivés de l'opium (non opiacé) qui est le médicament le plus souvent mis en cause en cas de survenue d'hépatite et plus spécifiquement d'hépatite fulminante (hépatite d'apparition brutale qui s'accompagne d'une atteinte importante du foie et du cerveau qui évolue vers un coma). Le paracétamol semble également, en dehors des lésions décrites ci-après) provoquer des lésions hépatiques chroniques (s'étalant dans le temps). Le mécanisme en est le suivant : pendant plusieurs jours un adulte épuise ses réserves de glutathion qui possède normalement une action détoxifiante du médicament (pour les spécialistes par fixation des métabolites intermédiaires potentiellement nocifs).

Le charbon pulmonaire, également appelé maladie des trieurs de laine, entraîne typiquement une inflammation du médiastin (partie du thorax située entre les poumons et contenant notamment le cœur, la trachée, les bronches et l'œsophage) s'accompagnant d'hémorragies, avec une infection à l'origine d'une très forte mortalité. Après 1 à 3 jours d'évolution, apparaît une dyspnée (trouble de la respiration) accompagnée d'une fièvre, d'un stridor (bruit aigu entendu pendant l'inspiration), d'une hypoxie (diminution de l'oxygénation de l'organisme) et d'une hypotension (baisse de la tension artérielle) aboutissant généralement à un décès en 24 heures. Il peut survenir une forme dite fulminante, s'accompagnant d'une hémorragies du médiastin, responsable d'une image visible radiologiquement correspondant à un élargissement de cette zone de l'organisme. C'est une pathologie comparable à celle des infections respiratoires virales graves, rendant le diagnostic précoce particulièrement difficile. Révisé le 29/10/2002

Aucun commentaire pour "Fulminant"

Commentez l'article "Fulminant"