Électron positif

Synonyme : positon, positron.

Particule élémentaire de la même masse que l'électron mais de charge opposée. Le positon peut-être comme l'électron issu de la dégradation d'un nombre élevé d'isotopes radioactifs. Certains de ces isotopes sont utilisés en médecine nucléaire.

Un isotope est un produit constitué d'atomes ayant le même nombre d'électrons et de protons mais pas de neutrons. Ils ont la propriété d'émettre des rayonnements utilisés en thérapeutique (télécobalthérapie), ou pour faire un diagnostic (iode, phosphore radioactif). Les molécules utilisées sont marquées par un isotope de base constitutive de la matière vivante (carbone 11, O 15, N 13).

Le positon est utilisé dans la tomographie d'émission à positrons ou positons. Grâce à cet examen il est non seulement possible de voir sur un ordinateur un cerveau ou un autre organe en trois dimensions et sous différents angles, mais aussi d'étudier son métabolisme (fonctionnement) intime (consommation d'oxygène, de sucre etc.).

Cette technique consiste à associer une tomographie et une détection de positrons (électrons chargés positivement). La tomographie est un procédé radiologique qui permet de prendre des clichés par plans d'un organe. La TEP nécessite l'injection de quantités infimes de molécules radioactives. Ces molécules s'accumulent dans certaines zones préférentielles du cerveau ou d'un autre organe et se fixent spécifiquement puis émettent des positons. Par l'intermédiaire de ces isotopes, il est possible de " marquer " c'est-à-dire de laisser une trace sur certaines molécules biologiques (appartenant à l'organisme) simples comme l'eau. Ces traceurs permettent ensuite de mesurer le débit sanguin et celui du glucose (sucre) radioactif. On obtient de cette manière une image de l'activité et du fonctionnement du cerveau. Autrement dit, cet appareil renseigne sur la biochimie des organes mais nécessite l'utilisation d'un marqueur radioactif qui émet des photons (gain de lumière) de très courte durée de vie d'où la présence nécessaire d'un accélérateur de particules à proximité immédiate des appareils. Cela constitue un des inconvénients de la tomographie par émission de positons, avec son coût. En effet cet appareil ne peut fonctionner que s'il possède à proximité de lui un cyclotron médical qui va fabriquer au fur et à mesure des radio-isotopes qui ont une courte durée de vie.

La tomographie par émission de positrons va permettre de mesurer la concentration d'un élément radioactif dans chaque volume élémentaire de l'organisme appelé voxel. Un voxel dont l'équivalent dans un espace à trois dimensions est le pixel, est l'élément de volume d'une image numérisée représentant un corps en trois dimensions.

Technique
Des caméras tournent autour du patient allongé et permettent d'obtenir des images qui nécessitent un traitement informatique. Après cela, les observations sont enregistrées et l'on obtient des images couleur en trois dimensions dont la coloration est en relation directe avec l'intensité de la réponse. Autrement dit, les images obtenues par ordinateur vont permettre de se faire une idée approximative de la consommation des organes observés par cet appareil, en glucose (molécule qui est incorporée préalablement au marqueur). C'est ainsi que les cellules cancéreuses sont plus grandes consommatrices de glucose que les cellules bénignes.
Les différentes colorations indiquent en quelque sorte l'intensité de fonctionnement de l'organe observé. C'est ainsi que le bleu peut varier d'intensité et aller du bleu clair au bleu foncé, idem pour le rouge, en passant par le vert et le jaune qui indique une certaine activité du cerveau.

Déroulement et inconvénients
Une fois que l'injection est faite par voie intraveineuse, le traceur radioactif est inhalé par le patient allongé sur un plan coulissant centré dans un anneau cylindrique constituant le PETscann. La caméra tourne autour du patient et enregistre les rayonnements radioactifs restituant des images (voir ci-dessus). L'examen dure de 10 à 30 minutes environ.
La préparation du traceur radioactif, avant son administration au patient, nécessite une réalisation rapide et la présence de plusieurs équipes médicales bien coordonnées au chevet du patient.
On peut s'imaginer sans difficultés que ce type d'appareil est très cher d'où leur nombre très réduit en France. Le nombre de PETscann sur le territoire français est de 5. Les besoins pour répondre aux exigences d'une bonne pratique médicale tourneraient autour de 50 à 60 appareils pour l'ensemble de ce pays.
Comparaison et intérêts par rapport aux autres imageries.
Les avantages de la tomographie par émission de positons par rapport aux appareils qui utilisent des radioéléments comme l'iode, le technétium ou le thallium (utilisés en scintigraphies entre autres) est le recours à des isotopes d'atomes constituant la plupart des molécules de la matière vivante (azote 1 13, carbone 11, oxygène 15). De ce fait, les propriétés biologiques ne sont pas modifiées par incorporation d'un traceur " étranger ", et l'on peut dans ce cas se servir des propriétés de toutes les molécules " naturelles " constituant notre organisme.
Essentiellement, la tomographie par émission de positons permet de visualiser le fonctionnement d'un organe en donnant, de plus, des images d'une plus grande précision, contrairement aux autres imageries. Le PETscann permet également d'acquérir un ensemble d'images successives " vivantes " donnant une idée du métabolisme (fonctionnement) de l'organe observé. Enfin, les éléments utilisés ont une durée de vie raccourcie et de ce fait disparaissent rapidement d'un organisme.

Indications
Cet examen est essentiellement utilisé pour suivre l'évolution (rechute, récidive) d'une néoformation (cancer) d'un organe et pour la recherche de métastases de cancer primitif. Le PETscann autorise aussi le suivi et la prise en charge du traitement.
Prochainement, le PETscann permettra également des investigations de toute nature sur le cœur et d'autres organes encore.

Contre-indications
Grossesse
Allaitement

Adresse :
Cemka Eval pour imagerie santé-avenir.

Aucun commentaire pour "Électron positif"

Commentez l'article "Électron positif"