Débilité et quotient intellectuel (QI)

Le quotient intellectuel se définit comme le rapport entre l’âge mental et l’âge réel du sujet multiplié par 100, l’âge mental étant évalué en utilisant une série de tests. Par définition, le chiffre normal est de 100 ; quand il est inférieur à 70, il traduit une débilité mentale, supérieur à 140 il indique chez un enfant un niveau largement supérieur à la moyenne (enfant surdoué).

Ce sont les psychologues français Alfred Binet et Théodore Simon qui ont introduit cette notion de quotient intellectuel en 1950.

À l’époque, ceci avait pour objectif de permettre de différencier les enfants qualifiés de normaux des enfants dits anormaux, et de déterminer ainsi l’âge mental réel par rapport à l’âge de l’état civil.

Plus tard, Louis M. Termann, chef de file d’une équipe de psychologues américains, reprenait cette notion pour la perfectionner. Il améliora ainsi le test par une diversification du questionnaire qui était posé aux enfants, en demandant de terminer une suite de chiffre et de trouver l’intrus parmi une liste de mots.

Il semble que les conditions dans lesquelles se déroule le test lui enlèvent quelque crédibilité. En effet, la notion de quotient intellectuel est sans doute critiquable parce qu’il ne tient pas compte de la personnalité globale du sujet et que les résultats sont parfois influencés par l’environnement socioculturel de l’enfant et sa réaction affective vis-à-vis des personnes faisant passer le test. Ainsi, pour certains psychologues, le quotient intellectuel doit être complété par un autre type de test de personnalités tel que celui de Rorschach *.

* Le test de Rorschach permet d’explorer la personnalité en se basant sur l’interprétation que fait un individu d’un dessin obtenu à l’aide de tache d’encre.

En laissant libre cours à l’imagination de l’observateur du dessin, l’examinateur va pouvoir, grâce à ce test inspiré de la psychanalyse et créé en 1921 par le psychiatre suisse Hermann Rorschach, se faire une idée assez précise de la personnalité de l’individu examiné.

Ce test, de moins en moins utilisé, l’était à une certaine époque pour effectuer un diagnostic, mais également des épreuves de sélection permettant de préciser de façon plus ou moins fiable la structure affective profonde du sujet qui examinait le dessin.

Aucun commentaire pour "Débilité et quotient intellectuel (QI)"

Commentez l'article "Débilité et quotient intellectuel (QI)"