Contrepulsion externe exaltée

Voir également angor, angiographie, coronarographie.

Synonyme : CPEE.

Technique qui consiste à passer autour des jambes d'un patient des brassards comparables à ceux utilisés pour prendre la tension artérielle. Immédiatement après chaque battement du cœur un ordinateur envoie un ordre qui permet au brassard de se gonfler ce qui repousse le sang dans les coronaires. À chaque fois que le brassard se dégonfle la décompression propulse également le sang vers les coronaires.

Cette méthode est utilisée chez les patients présentant un angor stable. L'angor ou insuffisance coronarienne se caractérise par un passage insuffisant du sang dans les coronaires qui sont les artères irriguant le muscle cardiaque proprement dit. L'angor stable apparaît essentiellement chez des patients lors des formes d'émotion et disparaît au repos. Ceci correspond à une ischémie du myocarde (diminution de la vascularisation faille du muscle cardiaque) de façon transitoire.

Résultats
Le mécanisme de cette technique n'est pas compris avec précision. Néanmoins, on pense qu'elle permet de développer les capillaires (minuscules vaisseaux supplémentaires) permettant de venir suppléer le travail des coronaires déficientes. Autrement dit le passage du sang étant insuffisant dans les coronaires, celui-ci se " force " un passage dans ces nouveaux petits vaisseaux venant prendre le relais des grosses coronaires.
Les examens habituellement utilisés pour mettre en évidence les coronaires du cœur (l'angiographie et la coronarographie) ne sont pas suffisants pour montrer cette nouvelle vascularisation. Les équipes médicales ont réussi à mettre en évidence que ce processus est mis en place grâce à la présence des facteurs angiogéniques (facteurs intervenant dans la création petits vaisseaux) et dont plusieurs sont nécessaires au développement de collatérales fonctionnelles (vaisseaux se créant parallèlement aux coronaires).
Le mécanisme mis en jeu plus précisément, serait le stress de cisaillement. Il serait en quelque sorte le seul capable de favoriser la libération des facteurs angiogéniques nécessaires au développement de ses collatérales.

Plusieurs équipes médicales ont réussi à traiter des patients présentant un angor stable à l'aide d'environ trente-cinq séances de contrepulsion externe exaltée à raison de une ou deux séances par heure chacune. Ces chercheurs ont trouvé que les facteurs angiogéniques connus c'est-à-dire le VEG F, l'HGF, le bFGF et M CP-1 étaient augmentés. Ceci est en faveur d'une augmentation de la libération des facteurs angiogéniques après un stress de cisaillement.

Aucun commentaire pour "Contrepulsion externe exaltée"

Commentez l'article "Contrepulsion externe exaltée"