Les monodiètes sont-elles vraiment efficaces ?

Monodiètes de pommes ou de raisin : qui n’en n’a entendu parler ? Pourquoi propose-t-on des monodiètes ? Et sont-elles vraiment efficaces ?

 

Le principe des monodiètes

1ère question : en quoi consiste une monodiète ?

Une monodiète est le fait de consommer un seul aliment, sans limitation de quantité, pendant un ou plusieurs jours (généralement et maximum trois). Inutile de fantasmer sur les monodiètes de chocolat ou de crème chantilly : ça ne fonctionne pas !!!

2ème question : quel est l’objectif d’une monodiète ?

Comme l’organisme reçoit un seul aliment, la digestion est en principe notablement simplifiée : la monodiète permet donc un nettoyage relativement rapide de l’organisme, tout en étant plus doux que le jeûne (cf. article sur ce même blog). Les monodiètes sont d’ailleurs conseillées à ceux qui ne peuvent faire un jeûne.

La monodiète a donc une vocation de détoxification de l’organisme.

3ème question : quand fait-on une monodiète ?

On fera donc une monodiète lorsqu’il faudra mettre l’organisme et notamment notre système digestif au repos : après un repas trop copieux, avant d’entamer une thérapeutique (naturelle, on est bien d’accord…), en cas d’allergies, de douleurs chroniques, de surcharge pondérale, aux changements de saison, et même si on en a simplement envie ou que l’on en ressent le besoin !

 

► Existe-t-il un protocole particulier ?

Bien sûr, comme le jeûne, une monodiète se prépare !

Avant

Trois jours avant, on enlève les protéines animales (hormis le poisson) ; deux jours avant, on enlève les céréales et le poisson ; la veille, on ne mange que des fruits et légumes ; le repas de la veille au soir sera exclusivement composé de légumes riches en fibres.

Pendant

Il faudra tous les jours évacuer les toxines : un lavement intestinal s’impose… (à pratiquer également la veille).

Durant la diète, il faudra mettre à la porte certains de nos penchants : adieu alcool, cigarettes, thé noir et café ! (mais vous n’en preniez pas, j’en suis certaine !)

Boire beaucoup sera également important, pour favoriser l’évacuation des toxines : de l’eau faiblement minéralisée comme Mont Roucous ou Montcalm, des infusions (sans sucre, faut-il le préciser…) ou encore du thé vert (sans sucre non plus !)

Après

Il faudra faire un protocole de reprise, dans le sens inverse du protocole de départ (ce qui est assez logique).

Il faudrait ensuite pratiquer de façon régulière (une fois par semaine) un repas de monodiète.

 

► Les principales monodiètes

1ère question (encore !) : quel aliment peut-on choisir ?

Exit le chocolat et les pâtisseries ! (je sais, c’était trop beau, donc je préfère insister sur le sujet…) L’aliment de prédilection d’une monodiète sera un fruit de saison (on parle d’ailleurs de cure saisonnière), un légume ou une céréale (biologique et complète, et on évite le gluten – objet d’un prochain article -, cela va sans dire…)

2ème question : sous quelle forme consomme-t-on ces aliments ?

Vous êtes vraiment curieux ! Sous celle que l’on veut ! Si l’on fait une cure de pommes, on peut les consommer crues, cuites, en compote, au four, parfumées à la cannelle, pressées en jus… Peu importe, pourvu que cela soit de la pomme !

3ème question : quel aliment vais-je consommer ?

La monodiète la plus connue est celle de raisin, pour ses effets revitalisants. Pour que cela fonctionne bien, on garde la peau (riche en resvératrol), et on mâche une bonne partie des pépins. Les cures de Muscat et de Chasselas sont les plus intéressantes.

La monodiète de pommes douces a ses adeptes. C’est sans doute la cure la plus facile à mener, et qui offre d’intéressants effets hypocholestérolémiants (je sais, c’est un joli mot. Plus simplement : qui font baisser le taux de cholestérol. Mais avouez que c’est moins classe…) et laxatifs doux, tout en protégeant notre estomac. Pas mal…

L’autre cure de fruits la plus connue est celle de cerises, avec des propriétés avant tout diurétiques et reminéralisantes.

En ce qui concerne les monodiètes de légumes, celles de carottes et de céleri sont les plus pratiquées. Elles sont tout de même moins faciles à mener que celles de fruits : c’est pourquoi les cures de bouillons ou de soupes de légumes ainsi que celles de jus de légumes ont plus de succès.

Les monodiètes de riz ou de sarrasin sont proposées aux personnes plutôt frileuses, et sont généralement pratiquées en saison froide.

 

► Les monodiètes : oui… mais…

Ce que je vais écrire n’engage que moi, je le précise, et est simplement le fruit d’une réflexion (si si. Parfois, je réfléchis ! )

La mise au repos du système digestif : d’accord

Globalement, je coopte l’idée que l’on n’apporte plus au système digestif ce qui peut l’encrasser habituellement (trop de protéines animales ou de graisses saturées, de sucres ou encore d’aliments raffinés).

Mais les excès et les carences ?!!!

L’apport d’un seul nutriment sur trois jours est fortement carencé. Pas plus que dans le cas d’un jeûne, objecterez-vous. Mais cela entraîne de profonds déséquilibres ! vous répondrai-je. Et ceci est facile à prouver.

Si l’on prend une monodiète de fruits, avouons que pendant trois jours nous n’allons pas manquer de sucres !!! La cure de raisins est d’ailleurs déconseillée aux personnes souffrant de diabète.

La cure de légumes est moins déséquilibrée de ce côté-là (quoique… une monodiète de carottes est tout de même très glucidique). Puis je vous mets au défi de ne pas être écœuré du céleri à vie !  (ce qui serait dommage, au vu des belles qualités nutritionnelles de ce légume, traité à juste titre d’ « alicament »).

Quant à la cure de riz… Je ne remercierai jamais assez mes trois copines Christelle, Eva et Camille qui ont bien voulu tenter l’expérience… A l’époque (nous n’étions encore que des étudiantes, novices en bien des domaines naturopathiques !), nous avions bien pu comprendre la prise de kilos et non l’amaigrissement promis (après coup, sinon je ne pense pas que ces cobayes eussent tenté l’aventure… Le sens du devoir a ses limites !).

Mais pourquoi un tel manque d’énergie ? A cause des acides aminés, bien évidemment ! Les céréales étant riches en tryptophane, précurseur de la sérotonine, et de la mélatonine, l’hormone du sommeil, autant dire que le riz sous toutes ses formes et à tous les repas n’est pas des plus… dynamisants ! Pour la vitalité, il faudra chercher ailleurs !!!

Conclusion : une monodiète de trois jours avec un seul aliment, c’est non

Les déséquilibres nutritionnels sont trop importants, et les surcharges qui vont être imposées à certains organes comme le pancréas (il faut bien les gérer, tous ces glucides…) ne vont pas compenser une certaine mise au repos du système intestinal.

De plus, le fait de consommer un seul type d’aliments peut entraîner une consommation excessive de ceux-ci, pour compenser la frustration par exemple. Cela ne va pas du tout permettre au système digestif de se reposer, et peut même générer une prise de poids !

Il m’est d’autant plus facile d’en parler que j’avais fait une cure de pommes (dans les règles de l’art). J’en avais été très déçue, ne trouvant aucun des bénéfices promis. Pommes 1, Caroline 0.

Avant d’écrire cet article, j’ai d’ailleurs tenté une nouvelle expérience (je ne suis pas jusqu'au boutiste, mais presque...). Mon cobaye de mari a donc eu droit à une cure de pommes. Il ne me dit pas merci, et son kilo en trop non plus. Heureusement, il n’est pas rancunier… (ouf…)

 

► Une solution : les monodiètes alternées

Si l’on :

  • veut vraiment mettre au repos son système digestif,
  • tout en refusant de faire un jeûne, ce qui est compréhensible,
  • mais en ayant besoin du coup de pouce psychologique de l’effet monodiète,

il existe à mon sens une solution plus logique : la monodiète alternée.

Le principe de la monodiète alternée

Il s’agira tout simplement de choisir un aliment… par repas.

Les avantages sont multiples :

  • limitation des carences et des déséquilibres nutritionnels
  • respect de la mise au repos du système digestif
  • pas d’écœurement d’un aliment suite à une consommation exclusive
  • moins de frustration
  • et donc moins de risque de consommation en excès

Les règles à respecter :

  • alterner la consommation de fruits et de légumes
  • limiter la prise de fruits (ou de légumes !) trop sucrés
  • pas de grignotage !
  • respect des protocoles de la monodiète

Cette monodiète peut être réalisée en intégrant les jus de légumes ou les soupes de légumes (par exemple : fruits au petit déjeuner, jus de légumes à midi, un fruit en collation, soupe de légumes le soir).

 

Conclusion

Dans toutes les lectures, on trouve des éloges à propos des monodiètes, mais sans aspect critique ou analyse physiologique (comme la consommation excessive de fructose – le sucre naturel des fruits et de certains légumes -, ou d’acides aminés tels le tryptophane).

Les expériences que j’ai menées ou dont j’ai pris connaissance n’ont pas été concluantes (les protocoles ayant été respectés à la lettre) : il y a donc bien anguille sous roche.

Toutefois, le principe de la monodiète alternée offre à la fois les avantages théoriques et la minimisation des inconvénients cités plus haut. J’en tenterai bientôt une, mais si le cœur vous en dit, je veux bien connaître les résultats de votre expérience !

2 commentaires pour "Les monodiètes sont-elles vraiment efficaces ?"

Portrait de Valga
J'aime 0

Re-bonjour,

Je viens d'envoyer un commentaire, qui a disparu le temps de mon inscription ! Je n'ai pas envie de recommencer.
Je vous renvoie donc directement :
- au site "Vivrecru.org" (qui contredit votre article). Que pensez-vous des conseils qui y sont donnés ? Info ou intox ?
- la vidéo du documentaire "Le jeûne, une nouvelle thérapie ?" passé je ne sais quand sur Arte. Qu'en pensez-vous ?

Re-bonne journée.
Valga

Portrait de Caroline GAGNAIRE
J'aime 0

Bonjour :

pourriez-vous me dire quel article de "vivrecru" est consacré aux monodiètes ? J'aimerais bien le lire (je ne prétends pas posséder la science infuse, et il est donc tout-à-fait possible que certains arguments m'aient échappé), mais je n'ai pas du tout le temps de le rechercher (si cela ne vous ennuie pas, bien sûr. Sinon, je pourrai vous répondre, mais quand j'aurai un peu plus de temps devant moi ! )

En ce qui concerne la vidéo dont vous parlez, je ne la connais pas.
Il est clair qu'un jeûne bien mené peut donner de très belles alternatives et réponses thérapeutiques, comme cela se fait si bien en Allemagne par exemple.

Cordialement,

Commentez l'article "Les monodiètes sont-elles vraiment efficaces ?"

Exprimez vous !