COVID-19 : Covid Organics, le traitement malgache

Madagascar, comme la quasi-totalité de la planète, est touchée par l'épidémie de Covid-19.
Et c'est en faisant appel à la médecine traditionnelle malgache que les autorités soignent les malades.

Si l'Occident, et notamment l'Europe, a oublié depuis longtemps sa médecine traditionnelle, tel n'est pas le cas dans d'autres régions du globe, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Ainsi, à Madagascar, on utilise depuis toujours des plantes pour soigner la plupart des maux, et les résultats sont généralement très positifs.

Rappelons que bien que Madagascar soit un pays connu en Occident pour sa grande pauvreté, la communauté scientifique locale et étrangère y est redoutablement efficace, et des experts de toutes nations étudient depuis longtemps les principes curatifs de la flore exceptionnelle de l'île, notamment au sein de l'IMRA (Institut Malgache de Recherche Appliquée).

Pour le Pr Albert Rakoto Ratsimamanga, à l'origine de plus de 350 études sur l'association de la médecine traditionnelle et de la médecine moderne : "Nous devons avancer à notre rythme, nous devons avant tout avoir confiance en nous-mêmes et dans les vertus thérapeutiques de la nature. Car la nature et l'Homme ne font qu'un."

Aussi, face au Covid-19 (pour lequel, qui plus est, l'OMS affirme qu'il n'existe aucun traitement), les scientifiques malgaches ont cherché dans la pharmacopée traditionnelle quelle plante pourrait être efficace : leur choix s'est porté sur une variété d'armoise (Artemisia annua), cultivée à grande échelle dans le pays depuis des décennies en raison de son efficacité contre les crises de paludisme.

 

 

 

QUE CONTIENT LE COVID ORGANICS ?

Si on ne connait pas avec précision la composition du remède malgache, on sait néanmoins quels sont les 2 principaux éléments qui le composent.

1) L'artemisia annua (armoise annuelle)
Cette plante est un élément de la pharmacopée traditionnelle chinoise pour traiter la fièvre depuis plus de 2000 ans.
Les principes actifs de l'artemisia annua (notamment l'artémisinine) ont par ailleurs une action à la fois préventive et curative contre le paludisme (y compris dans les formes graves résistantes aux médicaments classiques).
Pour cette raison, sa culture a été développée à Madagascar depuis 1975 pour lutter contre les accès palustres.

L'armoise annuelle a par ailleurs été utilisée en Chine (en complément de la médecine "conventionnelle") pour soigner le SRAS (qui fait partie de la famille des coronavirus).

 

Aux vertus de cette variété d'armoise, les chercheurs malgaches ont associé celles d'une autre plante :

2) Le ravintsara (Cinnamomum camphora)
Cette plante est réputée pour son action antivirale (notamment en cas de grippe et d'affections respiratoires).

 

3) D'autres molécules naturelles issues de plantes (qui n'ont pas encore été révélées) font partie du remède malgache appelé Covid Organics (CVO).

 

QUE DISENT LES STATISTIQUES ?

Les données disponibles au 19 mai 2020 concernant le Covid-19 à Madagascar sont les suivantes :

  • 405 cas confirmés
     
  • 131 guérisons
     
  • 2 décès

 

On peut supposer que l'utilisation habituelle depuis des décennies de l'artemisia en prévention et en traitement du paludisme est pour quelque chose dans le faible impact du Covid-19 à Madagascar.

 

ATTENTION
Pour ce traitement comme pour tout autre, qu'il soit à base de plantes ou pas, il ne faut pas recourir à l'automédication.
Si ce traitement fonctionne, c'est parce que les plantes ont des effets puissants : ne prenez aucun risque en faisant des "tisanes" ! 
Si vous voulez en savoir plus, consultez un(e) naturopathe qui saura vous guider.

 

Crédit photo : Pixabay.com

 

 

Suivant COVID-19 : le traitement cubain

Articles qui pourraient vous interesser

Aucun commentaire pour "COVID-19 : Covid Organics, le traitement malgache"

Commentez l'article "COVID-19 : Covid Organics, le traitement malgache"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.