Névrose

Affection psychiatrique se caractérisant par des troubles du comportement dont le malade est conscient, mais qu'il ne peut dominer.

Elle se traduit par des troubles de l'affectivité et de l'émotivité, mais le malade garde ses fonctions mentales intactes. En effet, contrairement à la psychose, la névrose n'altère pas gravement la personnalité.

D'une manière générale, la névrose est due à un conflit psychique non résolu (impossibilité de choisir entre 2 pulsions contradictoires, d'intégrer un interdit, de surpasser un traumatisme, ...). En fait, c'est une étape de la maturité psychique qui n'a pas été franchie.
On parle de névrose de transfert, ou psychonévrose, quand l'origine du trouble est liée à un conflit ancien.
On appelle névrose actuelle celle provoquée par un traumatisme récent ou à une souffrance narcissique.

Ceci entraîne des troubles psychiatriques, plus ou moins graves suivant le type de névrose :

  • Angoisse

  • Agressivité

  • Manque d'assurance en société (qui se traduit souvent par de l'agressivité, en compensation)

  • Interprétation passionnelle des évènements (le sujet ne sait pas " garder la tête froide ")

  • Frigidité ou impuissance
Il existe différents types de névrose.

La névrose d'angoisse
Elle fait partie des névroses actuelles. La crise est brutale. Elle se traduit par :

  • Une grande fatigue

  • Des maux de tête violents

  • Une impression de malaise général

  • Des sueurs

  • Une pâleur

  • Des palpitations

  • Une accélération du rythme cardiaque

  • Une accélération de la respiration

  • L'apparition de douleurs diffuses (mal au ventre, angine de poitrine, spasme de l'estomac, tremblement)

  • Une ouverture du diamètre des pupilles (mydriase)

  • La peur des espaces clos (claustrophobie)

  • La peur des lieux publics (agoraphobie)
Le traitement consiste, dans un premier temps, à prendre des anxiolytiques (médicaments contre l'anxiété) pour calmer la crise puis à suivre une psychothérapie, afin d'essayer de résoudre le conflit à l'origine de la névrose.

Névrose obsessionnelle
Ce type de névrose se traduit par des obsessions, une grande tension émotionnelle et une grande fatigue.
Elle pousse le malade à accomplir des actes absurdes ou dangereux. Pour lutter contre ses obsessions, il met en place des rites (incantations, vérifications, ...). La névrose obsessionnelle touche le plus souvent, après la trentaine, des hommes perfectionnistes et complexés. La conscience qu'ils ont de leur trouble les conduit parfois à la dépression. La névrose obssessionnelle se traduit par :

  • Un refoulement sexuel et un attachement excessif à l'un des deux parents

  • Un sentiment diffus de culpabilité

  • Des capacités intellectuelles généralement supérieures à la moyenne Le traitement associe :

  • Des antidépresseurs (médicaments contre la dépression) de nature tricycliques sérotoninergiques

  • Des anxiolytiques (médicaments contre l'anxiété)

  • La relaxation

  • Une psychothérapie ayant pour but de désensibiliser le sujet vis-à-vis de l'objet source d'anxiété

  • La mise en contact direct avec ce qui provoque l'obsession (immersion directe) de façon à supprimer les rituels
Névrose hystérique
Elle se caractérise essentiellement parce que l'on appelle l'hyperexpressivité somatique, se traduisant par :

  • Du théâtralisme (comoprtement excessif, qui vise à attirer l'attention)

  • L'impossibilité pour le malade de se déplacer ou de se tenir debout sans cause pathologique

  • Des paralysies

  • Des baisses de la sensibilité (du toucher, du goût, etc...)

  • Des troubles visuels

  • Des hallucinations visuelles Le traitement associe :

  • Pour certains médecins, à isoler le patient de sa famille ou du public de fafaçonveur à dédramatiser la situation.

  • Des anxiolytiques (médicaments contre l'anxiété). Le placebo (" faux " médicament, sans activité pharmacologique) donne de bons résultats.

  • Des séances de psychothérapie ou de psychanalyse, en sachant que certains patients n'hésitent pas à faire des tentatives de suicide ou à avoir recours la toxicomanie pour mettre le thérapeute à l'épreuve.

  • L'adoption par le thérapeute d'une attitude d'autorité à la fois ferme et bienveillante.
Névrose phobique
Ce type de névrose entraîne la peur irraisonnée de choses ou de situations redoutées: foule, lieux clos (claustrophobie), grands espaces (agoraphobie), animaux, etc...
Elle se rapproche de la névrose d'hystérie (Freud l'avait d'ailleurs nommée initialement hystérie d'angoisse). Ce type de névrose semble être expliqué par un mécanisme d'origine sexuelle, dans lequel il existe une perturbation du type : " peur de séduire ou d'être séduit ".

Les principaux symptômes sont :

  • La peur du regard d'autrui

  • La claustrophobie (peur des espaces clos)

  • L'agoraphobie (peur des espaces ouverts)

  • La zoophobie (peur des animaux)

  • L'acrophobie (peur des lieux élevés)

  • La phobie des moyens de transport (avions, bateau, train) Le traitement est basé sur :

  • les anxiolytiques (médicaments contre l'anxiété)

  • Les antidépresseurs

  • Les bêtabloquants (de façon ponctuelle)

  • La psychanalyse

  • La thérapie comportementale

  • La relaxation

  • La désensibilisation (confronter le malade à l'objet de son obsession pour lui apprendre à vaincre sa peur).
Névrose traumatique, état de stress post-traumatique
Elle surgit classiquement en situation de guerre ou de catastrophe, quand le sujet a ressenti une menace (viol, attentat, mort d'un enfant ou d'un conjoint, accident de la circulation).
Son évolution se fait en deux phases, avec une réaction immédiate au stress, pouvant associer :

  • Confusion mentale

  • Désorientation

  • Hébétude

  • Etat second susceptible d'évoluer vers la stupeur

  • Agitation

  • Colère clastique (refus de l'épisode traumatisant)

  • Fuite

  • Anxiété

  • Oubli partiel ou total de l'incident
L'évolution de ces signes se fait vers une amélioration des symptômes en 2 ou 3 jours, après un temps de latence de quelques jours à quelques semaines, et généralement quand le sujet retrouve des conditions de sécurité.
Un état de stress post-traumatique peut alors apparaître avec :

  • Des sursauts déclenchés par le bruit et la surprise

  • Des difficultés de concentration

  • Des cauchemars

  • Des souvenirs qui angoissent et qui obsèdent le patient

  • Des impulsions d'agressivité qui reproduisent le traumatisme sous une forme symbolique

  • Des crises d'angoisse survenant le plus souvent à la date anniversaire de l'évènement ou lors d'événements qui rappellent le traumatisme

  • Une fatigue importante

  • Des troubles du sommeil Le traitement consiste à soigner rapidement ce type de névrose en effectuant :

  • Une psychothérapie brève qui va permettre au patient d'exprimer son traumatisme (abréaction)

  • Une prise de médicaments de type antidépresseur (IMAO, sérotoninergique)

  • La recherche de solution aux éventuels problèmes (financiers ou autres)
L'asthénie névrotique
Cette forme de névrose est celle rencontrée le plus souvent en pratique médicale courante. Elle est de ce fait à l'origine d'arrêts de travail prolongés, et d'un nombre élevé de consultation. Le patient se plaint d'une fatigue accablante.

Les symptômes :

  • Disproportion entre l'intensité de la fatigue et les causes avancées par le patient

  • La fatigue semble plus importante le matin que le soir

  • La fatigue ne cède pas au repos

  • L'inactivité semble au contraire l'augmenter

  • Le patient a toujours l'impression d'être malade
La névrose de conversion
C'est la substitution d'un trouble physique à un problème psychique trop douloureux et donc refoulé.
Certains auteurs la classent dans les névroses hystériques. Son traitement est d'ailleurs celui de la névrose hystérique.

Aucun commentaire pour "Névrose"

Commentez l'article "Névrose"