Myélopathie (de la moelle épinière)

Terme issu du grec muêlos : moelle et pathê : affection.

Maladie de la moelle épinière secondaire à diverses causes :

Infectieuse (virus du zona, de la poliomyélite, la varicelle, tuberculose, syphilis)
Difficulté de circulation du sang au niveau de la moelle épinière (problème de coagulation sanguine)
Infection par un parasite (schistosomiase)
Intoxication (oxyde de carbone, mercure, plomb etc)
Opération sur la moelle épinière
Hémorragie au niveau des méninges (arachnoïde dure-mère, après utilisation d'un traitement anticoagulant par les antivitamines K, et les dérivés de l'héparine)
Dégénérative (destruction progressive de la substance blanche et grise)
Carence en vitamine B12
Tumorale (tumeur primitive ou après métastase)
Inflammatoire (après une infection, après un vaccin, due à la sclérose en plaques)
La hernie discale est une cause rare de myélopathie
Les inflammations de la colonne vertébrale (spondylarthrite ankylosante, polyarthrite rhumatoïde) entraînent rarement une myélopathie

Symptômes
Ils sont dus à l'inflammation qui a lieu à la fois sur la substance grise et sur la substance blanche de la moelle épinière. Leur début est brutal et s'accompagne parfois de fièvre et des symptômes suivants :

Perte d'une partie ou de la totalité de la force musculaire (paralysie)
Douleurs dont la localisation dépend de l'étage atteint
Diminution de la force musculaire (parésie)
Le malade ne ressent plus les sensations (anesthésie) tactiles (au toucher), de la température, la douleur etc.
Envie irrésistible d'uriner (troubles de la vessie secondaires à des troubles des sphincters)
Incontinence urinaire (impossibilité de se retenir d'uriner)

Le diagnostic s'effectue grâce à l'utilisation du scanner, de l'IRM, de la myélographie (radiographie avec injection de produit de contraste dans la moelle épinière), la ponction lombaire, électromyographie (enregistrement de l'activité électrique des nerfs et des muscles)

Les complications sont les suivantes

Installation progressive d'une paralysie dans les cas les plus graves
Infections urinaires à répétition susceptibles de gagner les reins
L'importance des séquelles est particulièrement difficile à prévoir

Le traitement

Dans les cas les plus avancés (malade alité) le traitement doit porter essentiellement sur la prévention des escarres (destruction des tissus abîmés entraînant la formation d'une croûte noirâtre qui se détache spontanément, et obligent les malades à rester longtemps alités).

Rééducation du patient qui apprend à uriner au début grâce à une sonde vésicale puis seul par la suite. Un régime alimentaire et un traitement de la constipation sont necessaries chez la plupart des patients pour assurer un transit presque normal.

L'utilisation de corticoïdes (cortisone) ne donne pas toujours les effets escomptés.

La chirurgie est parfois employée quand il existe une compression médullaire (tumeur ou autres, appuyant sur la moelle épinière)

La kinésithérapie est particulièrement utile pour la rééducation des malades une fois la phase aiguë est dépassée.

Aucun commentaire pour "Myélopathie (de la moelle épinière)"

Commentez l'article "Myélopathie (de la moelle épinière)"