Fausse route

 

L’atrésie de l’œsophage du nouveau-né est une malformation grave touchant environ 1 enfant sur 3000 à la naissance, et pouvant mettre sa vie en danger si aucune intervention chirurgicale n'est effectuée. Dans moins de 25% des cas, il s'agit d'un prématuré.

L’œsophage est constitué d’un tube par lequel cheminent les aliments qui aboutissent dans l’estomac. L’atrésie constitue une interruption plus ou moins complète de l’œsophage. Cette malformation est associée à d’autres malformations de voisinage, essentiellement au niveau du cœur.

En cas d’impossibilité de passage de la salive dans l’œsophage, celle-ci effectue une " fausse route" aboutissant dans les poumons et entraînant des problèmes d’infection respiratoire.

Une fistule (passage) trachéo-œsophagienne, entre la partie supérieure de l’œsophage et la trachée est généralement associée à cette malformation de l’œsophage.

Dans ces conditions, le lait et les sécrétions acides de l’estomac peuvent également arriver directement dans les poumons.

Les symptômes

À la naissance, le bébé présente :

  • des cris à peine perceptibles
  • une agitation incessante
  • une hypersalivation (on appelle cela un " enfant-escargot " car il bave beaucoup)
  • une toux
  • une cyanose (coloration bleue de la peau)
  • une régurgitation (retour dans la bouche d’aliments non digérés)
  • une difficulté respiratoire pouvant aller jusqu’à la détresse

Le diagnostic

Il se fait par le dépistage systématique effectué à la naissance. L'introduction d'une sonde dans la narine est impossible dans sa totalité : elle vient buter sur le cul-de-sac oesophagien.

Le traitement

Il est uniquement chirurgical : il a pour but de rétablir le passage entre les deux segments de l’œsophage.

Pour cela, l’enfant est transporté en urgence en service de réanimation chirurgicale néonatale, en position semi-assise, permettant ainsi de diminuer le reflux du liquide gastrique vers les poumons.

Une radiographie est effectuée et permet d’évaluer les possibilités de l’intervention, en visualisant le cul-de-sac l’œsophage ainsi qu’une éventuelle fistule.

L'intervention chirurgicale est envisagée à condition que l’enfant soit susceptible de la supporter. Pour cela, il ne doit pas exister d’infection pulmonaire, et son poids doit être suffisamment élevé. Dans ces conditions, l’intervention pourra être pratiquée en une seule fois. Si les résultats de l’opération sont bons, l’enfant peut espérer ne pas avoir à recourir à une deuxième intervention par la suite.

 

Forum : discussions concernant "Fausse route"

  • 2e fausse couche ... arretée à 10 SG en Décembre 2006 et je viens de faire une fausse couche précoce à 4SG. Dans le 1er cas j'ai subi un curetage et cette ... "ca arrive souvent", "il faut que la machine se mette en route". Or, je ne bois pas, je ne fume pas et je n'ai aucun antécédents ...
  • fausse route alimentaire ...
  • ... 28 , il y a 2 ans j ai eu qq probleme de l articulation de fausse route (regurgition )de la fatigue et de la faiblesse de mes menbranes ...
  • ... froide. Pour ceux qui prennent le forum en cours de route, mon cas c'est que j'ai fais une fausse couche a 3 mois de grossesse, et une metrorragie, et depuis coup je ...
  • ... mg à raison de 2 comprimés par jour pour mes angoisses de fausse route lorsque j'essaie de manger, et 1 zopiclone le soir . le canabis ne ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Fausse route"

Commentez l'article "Fausse route"