Cancer secondaire du foie

Définition 

Le cancer secondaire, du foie appelé également métastase hépatique est beaucoup plus fréquent que le cancer primitif du foie. Les métastases du foie sont susceptibles d'envahir l'ensemble de la glande hépatique par voie hématogène c'est-à-dire en empruntant circulation sanguine, par voie lymphatique ou par extension de voisinage d'une tumeur concernant par exemple le pancréas ou les voies biliaires.

Il est nécessaire de savoir que toutes les tumeurs malignes sont susceptibles de faire des métastases au niveau du foie et plus particulièrement les tumeurs du cancer du côlon, du rectum, du poumon, de la vessie, de l'oropharynx, du sein, de la thyroïde, du testicule, les reins, le lymphome malin et les mélanomes également.
Les tumeurs métastatiques du foie sont soit uniques soit multiples.

Quelquefois les passions de présent aucun symptôme. Quand il existe des symptômes, les patients souffrant de cancer secondaire du foie présenteront :

  • Un amaigrissement
  • Une fièvre
  • Une anorexie (perte de l'appétit).
  • Une hépatomégalie (augmentation de volume du foie) dont les bords sont durs et irréguliers, quelquefois sensibles.
  • Une ascite.
  • Un ictère très rarement ou alors très discret, au début de la maladie.

Les examens de laboratoire permettent de mettre en évidence : une augmentation des phosphatases alcalines, de la 5'nucléotidase et de la gamma glutamyl transférase (GGT). Ces substances ne sont pas toujours augmentées.
Le reste des examens biologiques est normal.
La présence de mélanine dans les urines, qui noircissent au contact de l'air, peut orienter vers la présence d'un mélanome.

C'est l'échographie qui va permettre de dépister le cancer secondaire du foie.
L'échotomographie, pour les spécialistes en imagerie médicale, montre un foie hétérogène.
La tomodensitométrie, l'artériographie et la scintigraphie hépatique précisent le diagnostic.
L'I.R.M. met quelquefois en évidence des lésions que l'on ne voit pas par ailleurs surtout avec la tomodensitométrie (scanner).
C'est la biopsie du foie qui va permettre de poser avec certitude le diagnostic dans la majorité des cas.

Le cancer secondaire du foie ne doit pas être confondu avec :

  • Un cancer primitif du foie surtout s'il existe des antécédents de cirrhose et une élévation de l'alphafoetoprotéine.
  • Des lésions de type kystique avec le kyste congénital, le kyste hydatique, le foie polykystique, l'abcès du foie amibien ou non amibien.

Le traitement est de nature palliative.
La chimiothérapie est pratiquée si nécessaire et par perfusion. Elle aboutit quelquefois à des rémissions.
En cas de cancer secondaire du foie à cause d'un cancer de la thyroïde, l'iode radioactif est indiqué.
Certains spécialistes en gastro-entérologie et en chirurgie gastroentérologique pratique l'exérèse (on retire chirurgicalement) de la tumeur, à condition que celle-ci soit unique et surtout bien délimitée.
La chimioembolisation artérielle néoadjuvante permet dans certains cas d'aboutir à la fonte de la tumeur. Les anglo-saxons appellent cette technique : downstaging. Ce geste permet dans un deuxième temps de pratiquer une chirurgie de réduction du foie afin de traiter le patient pour un nombre assez conséquent d'individus concernés.

Aucun commentaire pour "Cancer secondaire du foie"

Commentez l'article "Cancer secondaire du foie"