Le légume miracle pour réguler votre taux de fer : à consommer sans modération !

© Envato

Le fer est d’une importance capitale pour notre organisme, c’est lui qui fabrique l’hémoglobine, une protéine présente au cœur de nos globules rouges et dont le rôle est d’acheminer l’oxygène partout dans le corps.

Malheureusement, certaines personnes souffrent d’hémochromatose, c’est en fait une absorption et un stockage de fer (ferritine) au-delà des limites dans les tissus, et plus particulièrement au niveau du foie et du cœur.

C’est une maladie principalement héréditaire, c’est également l’une des maladies génétiques les plus fréquentes. Les sujets présentant des symptômes d’hémochromatose se retrouvent dans l’obligation d’adopter un régime basé sur des aliments pauvres en fer héminique et en vitamine C, tout en focalisant sur des aliments riches en fibres alimentaires et en protéines végétales.

Tout le monde ne souffre pas de cette pathologie, il est possible que suite à une analyse sanguine par exemple, un taux de ferritine important soit décelé, il sera nécessaire également d’adopter une alimentation appauvrie en fer héminique pour revenir à un taux de fer normal dans le sang.

Les conseils d’alimentation quand on a trop de fer dans l’organisme

Il est impératif de mettre en place un traitement alimentaire démuni le plus possible de denrées contenant du fer pour limiter les symptômes de ce trouble. Ce sont les protéines végétales riches en fer non héminique qui seront privilégiées tout en augmentant les aliments qui réduisent l’absorption du fer au niveau de l’organisme.

Bien sûr, les professionnels de la nutrition cherchent toujours à maintenir un niveau nutritionnel le plus efficace possible, en dépit des nombreuses contraintes exigées par ce régime pauvre en fer héminique.

L’importance des protéines végétales

Les professionnels de santé et la nutrition ne sont pas tous au diapason, mais des aliments riches en protéines végétales semblent sonner comme une évidence pour contrer les effets dévastateurs d’un trop-plein en ferritines.

Les protéines végétales sont la base d’un apport en fer non-héminique dont l’absorption s’avère plus difficile par le métabolisme que le fer provenant d’aliments d’origine animale.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marissa (@sublime.marissa)

Le constat est simple, les protéines étant incontournables pour le bon fonctionnement de l’organisme, il est donc impératif de les inclure dans un traitement nutritionnel pour combattre une hyperferritinémie.

Les meilleurs aliments riches en fer non-héminique, s’avèrent être les œufs, les légumineuses, le tofu, et enfin les oléagineux.

Le café et le thé contre le fer

Le thé et le café, lorsqu’ils sont consommés durant les repas, diminuent fortement l’absorption du fer, et cela, en raison de leur forte teneur en tanins.

En fait, le thé s’avère être la boisson à privilégier, en effet, ses vertus antioxydantes sont davantage efficaces pour le foie.

Choisir des aliments riches en fibres alimentaires

Consommer des fibres alimentaires est une excellente source de phytates et d’oxalates, deux composés qui réduisent l’absorption du fer.

Parmi les aliments les plus riches en phytates et en oxalates, nous retrouvons beaucoup de légumes, mais pas que :

  • Les haricots
  • Les poivrons verts
  • Les betteraves
  • Le soja
  • Les légumineuses
  • Les épinards
  • Les patates douces
  • Les céréales complètes
  • Les noix
  • Le cacao
  • Les fruits rouges
  • La rhubarbe
  • Les figues (séchées)
  • Le thé

Inclure du calcium dans le régime

Le calcium est très efficace pour perturber l’absorption du fer par l’organisme, il s’impose donc dans le cadre d’une diète pour lutter contre les excès en ferritines.

Les aliments qui contiennent le plus de calcium pour affronter ce trouble sont :

  • Les produits laitiers
  • Le fromage
  • Les poissons gras et riches en Oméga-3 (pas de saumon)
  • Le tofu
  • Le lait de soja
  • Les graisses mono-insaturées
  • Les denrées riches en antioxydants

Les aliments à bannir de son alimentation quand on a trop de fer

La consommation de denrées riches en fer héminique est plutôt très déconseillée pour combattre l’hémochromatose, cependant, et encore une fois, les professionnels de santé ne sont pas tous sur la même longueur d’ondes.

Les aliments à proscrire dans le cadre d’une diète contre l’accumulation de ferritines sont :

  • Les fruits de mer crus en général et plus particulièrement les palourdes
  • Les abats de bœuf et de volaille
  • Les viandes rouges
  • La viande de porc
  • La viande de dinde
  • Le saumon
  • Les poissons en conserves
  • L’alcool
  • Les produits très sucrés
  • Les produits industriels
  • Les produits à base de graisses saturées

Un régime alimentaire à lui seul peut-il limiter un trop-plein de fer dans le sang ?

Les personnes qui souffrent d’hémochromatose, ne peuvent pas diminuer efficacement le surplus de fer, et ce dernier va être stocké dans les tissus en quantité démesurée.

Un régime strict va certes aider à combattre l’excès de ferritines, cependant dans des proportions trop faibles.

L’idéal reste la phlébotomie, un acte qui consiste à des prélèvement sanguins de façon régulière pour faire diminuer le taux de fer.

Le traitement contre l’hémochromatose ne donnera de bons résultats que si une phlébotomie est pratiquée régulièrement, certes la gestion de la nourriture est importante, mais loin d’être suffisante pour limiter la quantité de ferritines dans le corps.

Conclusion

Avec près de 2000 décès par an dûs à l’hémochromatose, il est important de comprendre que cette pathologie doit être prise au sérieux, et comme le disent les organismes de santé, “trop de fer, c’est l’enfer”.

Une simple analyse sanguine peut sauver une vie, le temps du dépistage est venu pour les 200.000 personnes touchées par cette pathologie génétique qui peut faire des ravages sur le plan de la santé en général.