Fausses couches à répétition

Voir appareil génital féminin, avortement, aménorrhée, grossesse, gonadotrophine chorionique, échographie, anticardiolipine, antiphospholipide, facteur antinucléaire.
Arrêt ou absence de développement d'un embryon, sans le désir de la part de la patiente ou d'une équipe médicale de vouloir interrompre la grossesse.

Ce terme de fausse couche s'applique quand cet arrêt survient avant la douzième semaine d'aménorrhée (douze semaines sans règles). Les avortements spontanés surviennent le plus souvent (75 % des cas) avant la dixième semaine d'aménorrhée.
Le terme de fausse couche à répétition est utilisé après trois épisodes (qu’il y ait eu ou non une grossesse menée à terme dans l'intervalle).

Il est difficile de dire avec précision le pourcentage de fausse couche survenant pour l'ensemble des grossesses, car de nombreuses patientes ne consultent pas.

Causes

  • La première cause est génétique. Le caryotype est destiné à mettre en évidence l’état des chromosomes du produit des fausses couches. Ceci permet de déterminer les causes génétiques des avortements à répétition. Grâce à cet examen, le nombre de chromosomes contenus dans les cellules d’un individu permet d’établir le diagnostic de certaines maladies chromosomiques. Le caryotype des parents est également effectué. Cet examen permet de mettre en évidence environ 50 % de caryotype embryonnaire anormaux (trisomie 21, trisomie 16, triploïdie, etc...)

  • On retrouve ensuite les causes dues à une atteinte de l'utérus, détectées grâce à l'hystérographie (mise en évidence de l'intérieur de l'utérus après injection d'un produit de contraste radio-opaque). Il s'agit de malformations de l'utérus (utérus bicorne par exemple) survenant parfois après la prise de médicaments (distilbène : œstrogène synthétique) ou de synéchies. Les synéchies utérines (de l'utérus) sont un accolement des deux parois de l'utérus l'une contre l'autre secondairement à la création d'un tissu fibreux anormal. Ceci est le résultat d'une aspiration pratiquée après interruption volontaire de grossesse, d'un traumatisme ou d'une infection. Les synéchies utérines empêchent la nidation de l’œuf et provoquent également une stérilité.

  • Les causes infectieuses (chlamydia, mycoplasmes, rubéole, toxoplasmose) sont également à l'origine de fausses couches à répétition.

  • Les causes hormonales, et tout particulièrement les affections thyroïdiennes, le diabète ainsi que les kystes de l'ovaire, doivent être rechercher.

  • Les affections immunitaires et auto-immunes (le patient fabrique des anticorps contre ses propres tissus) comme le lupus sont à l'origine d'environ 20 % d'avortements spontanés.

  • Durant le premier trimestre de la grossesse, la consommation d'alcool (sans doute même de toutes petites doses), de drogue et de tabac représente une cause non négligeable dans la survenue de cette pathologie.

  • D'autres causes (psychologique, carence en vitamines, en oligo-éléments, troubles de la coagulation sanguine, etc..) ont été avancées sans preuve.
Traitement
Il semble nécessaire d'attendre le troisième épisode pour prendre en charge une fausse couche.
Le traitement vise avant tout à mettre en évidence une cause par un interrogatoire et un examen soigneux.
Pratique d'un caryotype (voir ci-dessus)
Examen complémentaires (échographie, hystéroscopie)
Soutien psychologique au couple
Recherche d'une origine infectieuse par prélèvement au niveau du col de l'utérus et par prise de sang
Dosage hormonal
Recherche d'anticorps (anticardiolipine, antiphospholipide, facteur antinucléaire).

Biblio
D. Vinatier, P Dufour, J. Bérard, J.-L.-Leroy : «avortements spontanés à répétition», Encyclopédie médicochirurgicale, Gynécologie 770 À 20,1998, 10 p.

3 commentaires pour "Fausses couches à répétition"

Portrait de RobLo
J'aime 0

Bonjour,

Nous sommes un couple, nous essayons d'avoir un enfant depuis maintenant 2 ans, mais j'ai malheureusement fait 5 fausses couches.
Nous avons pourtant fait, il nous semble tous les examens nécessaires, nous avons même effectué une technique expérimentale avec le Laboratoire Martice Lab qui consiste a effectuer une biopsie de l’endomètre. Les résultats ont révélé que j'ai un manque de cellules immunitaires au sein de mon utérus, j'ai donc eu un traitement : scratching + piqûres de Gonadotrophine.
Malgré le traitement, mes grossesses s'interrompent toutes a environ 9 SA.
Nous sommes dans le Sud de la France et avons prit un RDV a l’hôpital de Poissy a Paris avec le service spécialisé dans les fausses couches a répétitions.

Avez-vous déjà traversé une expérience similaire a la notre, avez vous trouvé des solutions ?

Merci pour vos réponses.

Portrait de lena037
J'aime 0

bonjour
en essai bb2 depuis 3 ans et demi 8 fc a ce jour (toutes des grossesses naturelles sauf la dernière suite a fiv)
tous mes bilans sont ok
nous avons également rencontré le dr wainer a Poissy spécialiste des fc a répétition
il m'a refait faire un bilan immuno complet mais tout est ok...
mes fc ont lieu entre 6 et 8 sa ormis la première a 10 sa
pour ma dernière grossesse 'étais sous traitement progestérone cortisone et kardegic
rejoins nous sur Facebook il y a des groupe dédiés aux fausses couches
courage

Portrait de RobLo
J'aime 0

Bonjour Lena037,

Merci pour votre réponse.
Petite question, c'est le Dr WAINER qui vous a proposé une FIV,
Est ce qu'il a fait une analyse de votre "globule polaire" en prélevant vos ovocytes, car je sais que c'est une pratique de l'hôpital de Poissy.
Le Dr a fait quoi comme retour concernant vos nombreuses fausses couches ? Aucune explication non plus ?
Pourriez-vous s'il vous plait me donner le nom de la page Facebook des fausses couches a répétitions, que je puisse venir me renseigner.
Je vous avoue que j'ai de nombreuses questions.

A bientôt.
Bonne soirée.

Commentez l'article "Fausses couches à répétition"