Fasciite

Définition 

La fasciite est une inflammation d’un fascia ou fasciae (tissu qui enveloppe les muscles et les organes) due à une infection elle-même consécutive à la pénétration de microbes dans ces tissus.

La fasciite nécrosante (qui détruit les tissus) était jadis appelée gangrène d’origine streptococcique (infection par un streptocoque du groupe A). Elle peut également rentrer dans le cadre d’une gangrène gazeuse après la pénétration d’un germe, le Clostridium perfringens.

Classification 

Autre formes de fasciite.

La maladie secondaire à la rétraction d’une aponévrose est la maladie de Dupuytren.

Il existe une forme de fasciite nécrosante secondaire à un microbe appelé staphylocoque pyogène et dont la fréquence a augmenté en sévérité depuis les années 80. La pullulation de ces germes entraîne toujours une fabrication de gaz à l’origine d’une insuffisance rénale (insuffisance de fonctionnement rénal) dans environ 30 % des cas. Une myosite (inflammation du muscle) s’accompagnant d’une douleur et d’une destruction progressive des muscles, survient dans la plupart des cas. La créatine phosphokinase (enzyme d’origine musculaire) est habituellement augmentée. Une excision chirurgicale rapide abordant l’aponévrose profonde et les muscles est un geste facile, qui doit s’accompagner d’une ablation des tissus morts.

La fasciite nécrosante est provoquée par lacération de la jambe droite par une variété de raie appelée pastenague. L’aiguillon porté par la queue de cet animal a provoqué une plaie, qui a entraîné une fasciite nécrosante ayant nécessité le type de traitement décrit ci-dessus. Le germe responsable est Photobacterium Damsela, anciennement appelé Vibrio Damsela. Après avoir quitté l’hôpital, le patient aura besoin d’une greffe de peau. La pastenague est une raie dont la que comporte un aiguillon dangereux. Elle n’existe pas uniquement en Floride : on la trouve également sur les côtes françaises. Cet animal mesure entre 2m et 2m 50 et pèse entre 180 et de 220 kilos).

La fasciite à éosinophiles appelée également syndrome de Shulman, pseudo-sclérodermie à éosinophiles, fasciite diffuse avec éosinophiles. Maladie se caractérisant par une inflammation (mise en évidence par Shulman Lawrence en 1974) d'un fascia ou fasciae (tissu qui enveloppe les muscles et les organes) survenant le plus souvent après un effort ou une activité physique inhabituelle et s'accompagnant d'un gonflement douloureux des avant-bras et des jambes d'apparition rapide.
La fasciite à éosinophiles semble plus fréquente chez l'adulte que chez enfant, chez l'homme que chez la femme. Cette pathologie fait partie des sclérodermies.
La sclérodermie est une maladie rare, dont la cause est inconnue, qui touche environ 2 à 16 individus par millions d'adultes. Elle est plus fréquente chez la femme et débute le plus souvent entre 40 et 50 ans. Elle se caractérise par un durcissement diffus associé à une altération et une dégénérescence du derme (zone de la peau située sous l'épiderme, qui est la couche la plus superficielle) plus précisément du tissu conjonctif. Elle s'accompagne de problèmes vasculaires au niveau de la peau, mais également d'une atteinte des articulations, des viscères et plus spécifiquement de l'œsophage, des poumons, des intestins, du cœur et des reins.
L'altération et le durcissement du tissu conjonctif (tissu de remplissage et de soutien de la plupart des organes du corps) est due à une détérioration et à une augmentation de la taille des fibres de collagène (une des protéines composant le tissu conjonctif).

Le patient présente (liste non exhaustive) :

  • Une altération modérée de l'état général.
  • Une petite élévation de la température.
  • La constitution  d'un oedème dur des extrémités s'étend vers les racines.
  • Des douleurs musculaires dues à l'infiltration par les éosinophiles qui sont une variété de globules blancs.
  • Des douleurs des articulations (arthralgies).
  • Une synovite (inflammation des membranes synoviales fabriquant le liquide synovie à l'intérieur des articulations).
  • La présence de plaques cutanée fugaces sur le tronc et la racine des membres.
  • Une sclérodactylie modérée. Il s'agit d'une affection cutanée localisée aux doigts caractérisée par l'épaississement de la peau, des tissus sous-cutanés et parfois des tissus profonds qui durcissent puis s'atrophient et s'ulcèrent.
  • Une visibilité  anormale des veines qui apparaissent sous la forme de vallées.
  • Un gonflement gonflement est susceptible de remonter parfois sur les bras et sur les cuisses.
  • Des articulations limitées dans leur mouvement. Ce sont essentiellement les chevilles et les poignées ainsi que les pieds et les mains qui sont atteints.

L'analyse microscopique d'un prélèvement de peau ou du tissu sous-cutané montre une inflammation des cellules conjonctives qui composent le fascia enveloppant les muscles. Celui-ci apparaît épaissi et infiltré par des cellules comportant un nombre élevé de polynucléaires éosinophiles. Dans le sang on constate une hyperéosinophilie correspondant à une augmentation du nombre de polynucléaires éosinophiles ainsi que des gammaglobulines (variété d'anticorps), on parle alors de hypergammaglobulinémie.

L'évolution est généralement favorable grâce au repos et au traitement comprenant des corticoïdes voilà trente cortisones).
Quelques patients récidivent, d'autres présentent des maladies hématologiques à type d'aplasie médullaire ou d'insuffisance médullaire qui est une maladie du sang se caractérisant par la raréfaction (altération quantitative) de la moelle osseuse dont la traduction est une diminution des 3 lignées normales que sont les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.
Autrement dit, la moelle osseuse est dans l'incapacité de produire des cellules souches qui sont les formes originelles des cellules sanguines précédemment citées.
On a remarqué rarement l'apparition d'une fibrose pulmonaire (perte d'élasticité des tissus composant les poumons) ainsi que d'un syndrome du canal carpien.

La fasciite nodulaire appelée également pseudosarcome fibromateux, fibromatose pseudo-sarcomateuse de Konwaler est une tumeur bénigne et rare qui se développe dans un fascia superficiel généralement aux membres supérieurs. On constate la présence de nodules (amas de cellules) fermes douloureux dont l'apparition est rapide mais qui régressent spontanément quelquefois.
En dehors de ceux décrits ci-dessus, l'âge de début est très variable et peut s'étendre de la naissance à 15 ans.
Le siège de ces nodules se situe essentiellement membres supérieurs (bras) Il n'existe aucuns signes par ailleurs en dehors du fait que la fibromatose pseudo-sarcomateuse de Konwaler touche préférentiellement le sexe masculin.

L'étude des cellules composant cette tumeur montrent qu'elle est constituée de myofibroblastes (jeunes cellules musculaires) qui ont tendance à grossir rapidement.
L'examen anatomopathologique (étude des modifications structurelles des organes et des tissus) permet de mettre en évidence une tumeur en continuité avec l'aponévrose (le fascia).
Pour les spécialistes : L'examen histologique (étude des tissus au microscope) met en évidence la présence de fibroblastes mitotiques dans une substance mucoïde importante s'accompagnant d'une vascularisation marquée. Les fibroblastes sont des cellules en forme de fusée, issues des cellules conjonctives (tissu de remplissage et de soutien rencontré fréquemment dans l'organisme et contenant des fibres élastiques et du collagène). Ces cellules ont la caractéristique d'être en voie de prolifération, de multiplication. Les fibrocytes sont les mêmes cellules arrivées à maturité.

La présence de nodules sous-cutanés de façon isolée sur un membre supérieur permet quelquefois de poser le diagnostic.

L'évolution de la fasciite nodulaire est bonne après exérèse de la tumeur. Les récidives sont peu fréquentes.

Le traitement nécessite une exérèse (ablation) chirurgicale.

Anatomie 

Un fascia ou fasciae est une membrane fibreuse (résistante), située à la face profonde de la peau, limitant les loges musculaires (emplacements des muscles) ou les régions anatomiques, et enveloppant les muscles et les organes. Elle doit pas être confondue avec les aponévroses, membranes également fibreuses de couleur blanchâtre, résistantes et recouvrant les muscles du squelette. Les aponévroses d'insertion sont les tendons et les muscles, les aponévrose de revêtement appelées également fascia, enveloppent les muscles ou les groupes musculaires.

Aucun commentaire pour "Fasciite"

Commentez l'article "Fasciite"