Portrait de Petite_Loulou

Mon médecin en a marre de moi et là elle me réfère à un psychiatre. Je revois mon rhumato le 10 prochain, mais comme il est le seul à Laval au Québec, il a pas l'air de vouloir m'aider.

J'ai des problèmes avec mes assurances car j'étais reconnue comme dépressive et là avec le pronostic de fibro, ils me niaisent et je sais même pas si j'aurai encore une paye par mois par mes assurances, toujours pas de réponse d'eux pr avril.

Cela m'angoisse et me stresse car je vis seule, j'ai 51. On ne veut pas reconnaître que je suis invalide. Je suis xtrêmement fatiguée, mal partout.

J'ai besoin d'un médecin à Laval au Québec qui connaît la fibro.

Suis-je la seule au Québec? Avez-vous aussi des problèmes avec vos assurances. Je suis en arrêt depuis le 16 janvier 2006, on vient juste de me prendre au sérieux depuis février quand je n'ai pu me relever le matin.

Aidez-moi car je songe de plus en plus au suicide. J'ai vu des jurisprudences à faire peur sur le Web. Et là un psychiatre, aye je suis pas folle moi. Devrais-je jouer les dépressives car j'avais pas de misère alors avec mes assurances, bien que je sais que je suis dépressive à cause que j'ai mal aux hanches, aux épaules, coudes, cou.

Je sais plus quoi faire, quoi dire? Beaucoup de questions, je sais.
L'origine de ma maladie cependant je sais: chocs émotifs à répétition, deuils incroyables (4 en 6 mois, dont mon ami et collègue dans l'effondrement du viaduc de La Concorde, ma marraine, mon parrain, mon chum parti) Donc la cause, je sais.

Moi je sais que je ne peux tenir debout 8hrs ou 12hrs dans mon magasin de meubles, et je suis confuse, perds la mémoire, je ferais des erreurs et on me mettrait dehors.

Y a-t-il des Lavallois ou Montréalais qui ont un bon doc. pas trop loin de chez moi. Comment et quoi dire aux assurances. Même mes cousins de France, vous pouvez me répondre.

Merci de votre attention. Petite_Loulou

Portrait de Denis C
J'aime 0

Bonjour Loulou !

Pour commencer, je veux vous dire que je suis du Québec aussi. Les rhumatologues, ou plutôt certains rhumatologues, connaissent la fibromyalgie et peuvent en poser le diagnostic. De ce nombre déjà restreints, certains seulement ont suffisamment de courage et de conscience pour prendre le parti d'un patient atteint et assumé la déclaration de son invalidité selon le degré de son atteinte. Car le mot d'ordre du Collège des médecins est de garder les gens au travail le plus longtemps possible soit disant que cela les force à demeurer actif et ainsi retarde l'aggravation des symptômes. C'est en parti vrai, je le reconnais, mais le problème se pose alors à l'inverse: où trace-t-il la ligne (ou le début d'une certaine zone grise) pour dire qu'à partir d'un certain point il est non seulement souhaitable mais voire primordial et essentiel que la personne soit reconnue invalide? Et c'est là qu'entre en ligne de compte le niveau de courage et de conscience du médecin. Ça c'est malheureusement la réalité.

Pour ce qui est de la dépression, il y a toujours la tâche délicate et complexe de savoir si elle est à l'origine de vos symptômes ou si elle fait suite de l'apparition de la fibromyalgie consécutive aux chocs émotifs que vous avez vécu. Car bien qu'une dépression peut tout à fait faire partie et découlé de la fibromyalgie, encore là il faut faire une distinction entre une dépression et des épisodes de découragement. Quoi de plus normal que d'être découragé lorsque l'on endure des douleurs 24 heures sur 24, qu'elles ne font que varier de tolérable à insupportable et que conséquemment le sommeil en souffre grandement. On a beau avoir un moral d'acier, vient un moment oû l'épuisement du corps par toutes ces douleurs et ce manque de sommeil en vient à affecter notre moral.
Vous dites que vous pensez au suicide et je vous comprend très bien de penser à cela, loin de moi l'idée de vous condamner d'avoir de pareille pensée. "Tomber est humain, mais se relever est divin". Reprenez courage, il ne faut pas baisser les bras. Si votre médecin est incompétent avec cette problématique, cherchez-en un autre qui connaît cela. Peut-être pourriez-vous vérifier s'il y a une association de fibromyalgie près de chez vous et leur demander s'ils ont des médecins à vous recommander? Car sachez que certaines personnes atteintes ont amélioré de beaucoup leur qualité de vie grâce à des traitements et/ou une médication appropriée.

À propos de votre évaluation psychiatrique, là aussi je comprends votre désarroi. Nous avons à peu près tous passé par là. C'est frustrant, insultant, choquant etc. , c'est tout à fait normal comme première réaction face à cela, mais il ne faut pas faire l'erreur d'associer automatiquement que si on va voir un psychiatre c'est parce que l'on est fou.Plus facile à dire qu'à faire, je sais, mais je parle en toute connaissance de cause. Mais pour tenter d'y voir un certain aspect positif, vous pouvez vous dire que s'il y a quelque chose à soigner dans ce domaine et bien ce serait l'occasion pour le découvrir et le traiter. Et s'il n'y a rien de particulier, vous en aurez alors l'esprit tranquille et ce sera un pas de fait. Quant à l'aspect de simuler une dépression car cela est plus facile par rapport aux assurances (et le pire est que vous avez tout à fait raison malheureusement), je comprends votre dilemme et je ne peux que vous dire d'agir selon votre conscience. Mais je trouve assez paradoxal qu'en 2007, que de mentir et de tromper soit plus sécuritaire financièrement que de dire tout simplement la vérité. Et je ne dis pas cela pour vous mais bien pour les médecins, médecins-experts, employeurs et assurances. Ils auraient tout un examen de conscience à faire, de sérieuses remises en question et un grand changement de cap à effectuer.

En espérant que ce message vous apporte un peu de réconfort, du moins par le fait de constater que vous n'êtes pas seule et que d'autres personnes comprennent très bien ce que vous vivez et vous croient. C'est déjà assez difficile d'endurer toute les douleurs et la fatigue de votre corps, que d'avoir à se battre en plus pour faire comprendre et reconnaître ce que vous supportez est une partie dont vous pourriez vous passez aisément. Vous trouverez ici sur ce site une "écoute" et une compréhension assurée car beaucoup de gens vivent les mêmes choses difficiles.

Je vous laisse pour l'instant car mes propres douleurs m'y obligent et je vous souhaite de tout coeur de trouver la force et le courage que vous avez déjà en vous pour vous battre et aussi pour retrouver une qualité de vie.

Bon Courage à vous, Loulou !
Amitiés,
Denis

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour Loulou,
je suis moi aussi une personne atteinte de fibromyalgie ainsi que du syndrome de fatigue chronique et facteurs connexes. Je demeure également au Québec et il est vrai que la majeur partie du corps médical, malheureusement a peur de trop s'impliquer pour donner un diagnostic de fibromyalgie. Je comprends parfaitement tout ce que tu endures et je t'encourage fortement à ne pas baisser les bras. Si je te dis ça, c'est que je ne travaille plus depuis 2001 suite à des douleurs aux hanches et autres articulations ainsi que pour épuisement total. Premier diagnostic: dépression. tu imagines un peu que je suis tombée sur le c... Et que dire de la frustration que cela a provoquer en moi, suivi de colère et de tout ce que tu voudras. Disons que je n'en revenais tout simplement pas. Évidemment, j'ai eu droit à ma séance chez le psychiatre et les anti-dépresseurs(cela va de soi, à ce qu'il parait). Je suis retourné consulté mais cette fois çi, j'ai rencontré un autre médecin qui elle, a pris le temps de m'écouter et surtout ce qui m'a fait le plus grand bien moralement, en sa présence, je ne me suis pas senti une statistique parmi tant d'autre, si tu vois ce que je veux dire.
Et que dire sur mon ancien employeur, je préfère m'abstenir car ils n'en vaut pas la peine. Ils n'ont pas bougé le petit doigt pour me venir en aide. De plus j'avais une assurance collective qui comprenait entre autre une assurance invalidité. J'ai dû me battre toute seule avec les moyens que j'avais pour réussir à recevoir une indemnité. J'ai reçu pendant un certain temps un montant mensuel sans que l'on ne me laisse aucun répit. Ce qui veut dire que je devais constamment envoyé des rapports médicaux et passé des examens continuellement. Ils m'ont fait voir par leurs médecins conseils qui eux bien sûr ne trouvaient rien de concluant.
Pourtant mon médecin traitant m'ayant fait voir en médecine interne, par un neurologue, ergothérapeute et passé les examens suivants: scanners, échographie de toute sorte, prélèvements sanguins ainsi qu'une résonnance magnétique. Pour finalement en venir au résultat final: que oui, je souffrait bel et bien de fibromyalgie et du syndrome de fatigue chroniques et autres facteurs connexes ainsi que du syndrome de Raynaud.
Tandis que du côté des assurances, les seuls résultats dont ils ont tenu compte ont été ceux de leurs médecins. À chaque mois, tout ce qui changeait concernant mon dossier, c'est la personne qui s'en chargeait. Ce qui veut dire que je représentait pour eux: une grosse patate chaude, que l'on se passait de main en main tout en continuant à me harcelé avec leur question et leur foutu rapport médical. Jusqu'à mon médecin traitant qui en avait ras le bol de ces gens.
Ce qui les écoeurait par dessus tout, c'est le fait, qu'il n'avait d'autre choix que de me versé une indemnité tant et aussi longtemps que mon assurance collective serait en vigueur, soit 24 mois. Depuis, plus rien, ils m'ont carrément rayé de leur liste. Enfin, c'est ce qu'il croit. Malheureusement pour eux, je ne suis pas du genre à baisser les bras et je vais les poursuivre tant et aussi longtemps que l'on ne m'aura pas rendu ce qu'il m'ont pris, soit de me prendre pour une malade imaginaire et une idiote en me disant de faire du bénévolat. Quand j'ai de la difficulté à venir à bout de passer une journée potable sans avoir trop de douleur.
Présentement, je fais affaire avec le service suivant: Autorité des marchés financiers. Je leur ai soumis mon cas et ils ont décidé de le prendre en main. Je ne sais pas si cela va donner quoi que ce soit mais ce qui est certain, de mon côté je ne lâcherai pas.
Quand tu parles de suicide, chasse cette idée de ta tête. Il y a toujours d'autres alternatives, ne laisse personne te faire croire que tu es une malade imaginaire. Bat- toi, je suis certaine que tu sauras trouver en toi la force nécessaire et les personnes qui sauront te venir en aide. N'aie pas peur de demander et évite ceux qui ne t'apporte que du négatif.

Je t'envoie des ondes positives par la pensée et je te fais la bise

jory-lou

Participez au sujet "Y a t-il des gens atteints de la fibro de Laval au Québec?"