Portrait de Nacrie

Bonjour,
Je suis une femme de 55 ans et je souffre de récent vertiges constant. J'ai fait une radio antérieurement pour un autre problèmet et le médecin a découvert de l'arthrose cervicale. Je souffre également de douleur en bas du dos me lancant sporadiquement, me rappelant mes contraction d'accouchement.

Merci de vos réponses élcairées.

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Compte tenu de ce cumul de symptômes, à votre place, j'explorerais la piste de SDP (syndrome de déficience posturale) : car c'est l'un des rares syndromes qui ont un traitement efficace (non médicamenteux).

Pour obtenir des noms de médecins formés à ce type de diag et de traitement, il suffit d'envoyer un mel à l'adresse

: c'est en France qu'il y en a le plus (il y en a aussi en Italie, en Suisse, au Maroc, au Portugal, au Brésil, au Canada*, ...).

* les praticiens de Canada ne sont pas de formation "médecin".

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Je suis d'accord avec vous J L_78180, mais je pense qu'il faut également dire à cette dame qu'elle peut également envisager d'autres pistes thérapeutiques. Les déficiences posturales, peuvent éventuellement, c'est peut-être assez souvent le cas d'ailleurs, entraîner des déficits organiques ailleurs mais ce n'est pas toujours le cas.
C'est la raison pour laquelle nous devons peut-être conseiller à cette dame simplement des séances d'ostéopathie, bien entendu si elle n'a pas l'occasion de pratiquer votre technique, dans un premier temps, et peut-être tout simplement quelque séances disons quatre à cinq, séances de rééducation myotensive du rachis cervical en rotation bilatérale. Ceci devrait peut-être permettre, sans doute même, de libérer, l'émergence des racines rachidiennes au niveau du rachis cervical.

Je vous invite à lire différents textes concernant
le rachis cervical,
le plexus cervical,
l'arthrose cervicale,
la rééducation myotensive,
et les textes connexes.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Bonjour Dr.MartZolff,

Merci pour cette réponse, qui prouve votre ouverture d’esprit.

D’après mon recul actuel, l’ostéopathie est une des nombreuses techniques qui apportent une amélioration chez les patients atteints de SDP.

C’est une technique améliorante, surtout temporairement (pour les SDP de longue date), mais non guérissante : elle provoque un changement de « modes de décompensation de SDP » (on troque un lot de symptômes de SDP contre un autre lot : lorsque le nouveau lot de symptômes est moins gênant que l’ancien lot, le patient est content (je faisais partie de cette catégorie de patients), lorsque c’est aussi gênant ou plus gênant, le patient conclut que l’ostéopathie ne marche pas (j’en connais quelques uns dans ce cas de figure).

Le choix de stratégie de traitement de SDP dépend des moyens financiers des patients , ainsi que le « sens logique » des patients : certains veulent en guérir, d’autre pas, les besoins ne sont pas les mêmes, certains ont les moyens de cumuler plusieurs techniques, d’autres pas ; certains aiment beaucoup de RdV avec leurs praticiens (on s’occupent bien d’eux), d’autres pas (qui dit beaucoup de RdV dit honoraires élevés, il faut du temps, de l’énergie, …)…

Jusqu’à présent, je ne connais que de cas de « guérison » de SDP par la Posturologie de Lisbonne, pas encore de cas de « guérison » par d’autres techniques de traitement (je collecte des retours de plus de 1000 familles de SDP en cours de traitement par différentes techniques : dissociées ou cumulées).

Je ne suis pas praticienne (ingé en automobile seulement), je teste pleins de techniques de traitement sur moi-même (j’avais un profil symptomatique à maux riches et tournants), en les dissociant ou en en cumulant, quid à provoquer des « modes de décompensation de SDP » pour les tester (pour vérifier la reproductibilité de résultats de traitement)..

J’incite aussi les patients téméraires comme moi de tester, dans la mesure du possible (ce n’est pas gratuit : c’est nous qui finançons nos tests) : afin de valider ou invalider les hypothèses et conclusions issues d’essais sur les premiers « cobayes volontaires ».

Personnellement, je rentre dans la catégorie de « patients SDP non guérissables » : mon SDP de naissance, traité tardivement par la Posturologie de Lisbonne, m’a laissé quelques « séquelles irréversibles »*. Ces séquelles irréversibles constituent des « agresseurs proprioceptifs permanents », greffés sur moi…

* parmi les agresseurs bien identifiés à ce jour, qui m’induisent une dystonie crânienne et corporelle en permanence, je peux citer : arthrose cervicale précoce, kératocône bilatéral (topologie cornéenne en montagnes russes : importante différentielle d’anismétropie gauche/droite, impossible à « bien corriger » par moyen optique), boite crânienne asymétrique

Ce profil induit forcément le refus de la thèse « tout guérir par le traitement de SDP ».

En revanche, je suis persuadée que la démocratisation de « traitement intelligent » de SDP résorberait le trou de la Sécurité Sociale, voire davantage…

Le déploiement de « stratégie de traitement intelligent » de SDP n’est pas sans difficulté : il y a un travail de fourmis à faire, en matière d’information, de formation, et de la recherche (on n’est loin d’avoir fait le tour du SDP : pourtant, ça fait plus de 30ans que nos posturologues y passent leur temps).

Participez au sujet "Vertiges+Mal de dos+Arthrose cervicale"