Portrait de skr

Bien le bonjour,

Quelques questions sur cette affection puisque les avis que je recueille semblent contradictoires, non seulement quant à la transmissibilité, mais aussi quant aux traitements et à la possibilité de dépistage.

La médecine ignore-t-elle si cette affection est sexuellement transmissible ?

Peut-on la dépister chez l’homme et, si oui, de quelle manière ?
Le dernier médecin que j’ai vu n’a pas procédé à un prélèvement urétral, mais a pris un échantillon d’urines (en me répondant lorsque je l’ai interrogé qu’il n’était pas nécessaire qu’il s’agisse là de la première miction). Celui d’avant m’a dit qu’il n’y avait pour ainsi dire rien à faire dans ce sens…

Le fait est que, bien que je comprenne le principe de prudence qui pousse un médecin à conseiller (automatiquement ?) un traitement aux antibiotiques au(x) partenaire(s) d’une femme en proie à cette affection, je ne suis pas favorable à consommer une médication (a fortiori de ce type) sans avoir de bonnes raisons.

En vous remerciant.

Participez au sujet "Vaginose bactérienne : départir le vrai du faux, et le certain du probable."

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.