Portrait de Anna.i

Bonjour !

Pour comprendre ma demande, un historique est obligatoire.

Petite, j'étais plutôt fine, avec un petit bidon. Puis arrivée à la pré-puberté, j'avais toujours ce petit bidon, mais ma morphologie restait fine ! Puis en plein dedans, j'ai commencé à gonfler, à avoir des ballonnements parfois quand je mangeais. J'ai fait beaucoup de sport, donc j'ai une morphologie sportive.
Ces gonflements et ces ballonnements (très douloureux en passant) me fatiguaient puis me faisaient vraiment souffrir, tant par la douleur physique que psychique (plaire, se plaire, se sentir fille, blablabla...).

Un jour, j'ai rencontré un nutritionniste assez particulier qui m'a mise sur une balance sortant mes différentes masses. Masse musculaire dense, masse osseuse épaisse, large, et dense. Ok. Masse de l'eau ?!!! Oui ! J'avais presque une quinzaine de kilos de flotte en trop ! Je l'ai remarqué rapidement par la suite puisque je pouvais faire 1h30 de sport, puis boire 1L d'eau, et ne pas uriner une goutte ! Je vais à la selle une fois tous les deux jours et urine 2 fois par jour pour très peu qui sorte. J'ai tout essayé. Plantes, alimentation, mais rien n'y fait. Exemple : hier j'ai mangé que des légumes ! Très peu d'huile d'olive et tout le tralala. Pour autant, en milieu d'après midi, j'avais le ventre qui allait exploser comme si j'étais enceinte, tellement j'étais ballonnée. Je suis littéralement épuisée de cette situation.

Je ne suis pas obèse, je suis légèrement enveloppée d'une couche de flotte. J'ai pensé au foie, j'ai fait des analyses pour une possible hypothyroïdie, rien. J'ai en revanche fait une analyse pour les intolérances alimentaires, et à ma grande surprise, je fais partie de ces gens dits allergiques au gluten. Pour ma part, à 97%. Donc oui, j'ai banni depuis (maintenant 5 ans) toute chose se rapportant au gluten. Pour autant, je ne dégonfle pas.

J'ai pensé à un problème veineux, fréquent chez les femmes dans ma famille. J'ai consulté : RIEN !

Je suis passée par l'acupuncture. L'acupuncteur a été stupéfait quand il m'a demandé si j'avais mangé, je lui ai dit que oui, un grec (c'était volontaire, je voulais voir la réaction du foie), et qu'il trouvait ça impressionnant que je ne sois pas en pleine digestion, et que mon foie ne réponde pas. C'est d'ailleurs suite à ça que j'avais fait des analyses pour le foie.

Mon corps est un champ de guerre ! Un véritable bordel ! Je ne comprends pas et j'ai besoin qu'on m'aide, qu'on m'aiguille. Alors voilà, si c'est arrivé à quelqu'un, si vous avez des suggestions, des pistes, des médecins spécialistes susceptibles de VRAIMENT m'apporter des réponses et un traitement adéquat, je suis preneuse ! Je n'en peux plus.

Portrait de Angelediva
J'aime 0

HUMM! J'ai un produit pour toi, ça peut peut être t'aider . C'est plus qu'un complément alimentaire. Je peux te laisser mes contacts si t'es intéressé.

Participez au sujet "une digestion qui fonctionne anormalement depuis des années : défi"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "une digestion qui fonctionne anormalement depuis des années : défi"

  • Médicament utilisé quand le taux d'hormone de croissance est inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation. On a alors recours à une hormone somatotrope (la somatrophine, le plus souvent UMATROPE) à raison de 0,4 à 0,7 Unités Internationales par kilo et par semaine, réparties en 7 injections sous-cutanées, le soir.

  • L'hormone de croissance est un médicament utilisé quand le déficit en hormone de croissance présente un taux inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation.

  • Le syndrome de Young, rare, se caractérise par l’apparition chez la femme d’une obésité acquise durant la grossesse et qui semble progresser d’une grossesse à l’autre.

    La mise au monde d’enfants mort-nés, trop gros, atteints de cardiomégalie (volume du cœur au-dessus de la normale), de diabète, d’hypoglycémie (chute du taux de sucre dans le sang) constitue le principal symptôme de ce syndrome qui serait consécutif à une sécrétion excessive d’hormones somatotropes pendant les grossesses.

    L’hormone somatotrope ou hormone de croissance (désignée par les Anglo-saxons par GH) stimule la croissance et règle l’équilibre nutritionnel.

  • La natriurèse est la teneur en sodium de l'urine. 

    La natrémie ou natrium, (terme tiré de l'espagnol natron : ancien nom du sodium, en anglais natraemia), désigne le taux de sodium (Na) contenu dans le sang, chez un individu ne présentant aucune maladie.

    Cette concentration de sodium est particulièrement fixe et réglée par l'hormone antidiurétique.

  • Le terme insuffisance pancréatique désigne le déficit du débit d'une ou des deux fonctions sécrétrices du pancréas.

    L'insuffisance pancréatique concerne d'une part la fonction exocrine c'est-à-dire celle qui se caractérisent par la sécrétion à l'intérieur de l'intestin des enzymes assurant la digestion des aliments (protéine, lipides et glucides) et d'autre part la fonction endocrine autrement dit la sécrétion à l'intérieur de la circulation sanguine d'hormone et principalement de l'insuline (qui fait baisser le taux de sucre dans le sang) et du glucagon (qui au contraire fait élever le taux de sucre dans le sang). L'insuffisance pancréatique peut également concerner les deux fonctions à la fois c'est-à-dire exocrine et endocrine.

    1) L'insuffisance pancréatique exocrine est le résultat de la destruction du pancréas à cause d'une pathologie concernant cette glande : une pancréatite, un cancer etc.. L'insuffisance pancréatique exocrine peut également être le résultat d'une obstruction du canal de Wirsung, canal qui transporte normalement les sécrétions externes vers le duodénum. Cette obstruction survient essentiellement au cours du cancer du pancréas. L'insuffisance pancréatique exocrine est une insuffisance qui se traduit par la présence de graisse à l'intérieur des selles (stéatorrée). Si l'insuffisances est sévère apparaît également une diarrhée ne s'accompagnant pas de douleurs, de nature graisseuse avec amaigrissement. C'est l'analyse des selles qui permet de faire le diagnostic d'insuffisance pancréatique exocrine. En effet, ces analyses mettent en évidence un excès de graisse et de protéines. Le traitement, en dehors de la cause, consiste à administrer des extraits pancréatiques par voie orale afin de suppléer au manque d'enzymes.

    2) L'insuffisance pancréatique endocrine est l'insuffisance de sécrétion de l'insuline ce qui aboutit dans la quasi-totalité des cas à une atteinte, sans doute de nature immunologique, concernant les îlots de Langerhans. Ceci aboutit à un déficit de sécrétion d'insuline (normalement sécrétée par les îlots de Langerhans) entraînant l'apparition d'un diabète sucré.