Portrait de Gélule

bonjour à tous,
Celà fait très longtemps que j'ai des troubles de la vision....celà ne dure pas très longtemps...ça disparait au bout de quelques heures...voir ...la journée au pire...des problèmes d'articulation...genre arthrite...
Une perte de mémoire...et un manque de concentration permanent...je me suis déjà endormie 3 fois au volant....la journée..;
des maux de tete violents...également...
j'ai pensé à une SEP...qu'en pensez -vous? merci pour vos réponses...

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Quel trouble de la vision ? Picottements, démengeaisons avec la vue qui se brouille, sensibilité à la lumière ?

Faire contrôler les taux thyroïdiens : TSH, T3 et T4.
Ce type de troubles se retrouvent effectivement dans les maladies thyroïdiennes.

Mais il peut aussi s'agir d'autres choses, surtout si il existe par ailleurs une sécheresse de la peau, du nez, de la gorge, mais surtout de la bouche. Les douleurs associées peuvent alors être le signe d'un syndrome de Gougerot-Sjögren.

Donc il existe bien des maladies qui peuvent donner ce type de symptômes sans que cela ne soit aussi important qu'une SEP.

Parles-en à ton médecin et demande à faire des examens mais surtout ne te mets pas martel en tête, cela n'arrangera rien.

Portrait de Gélule
J'aime 0

Merci beaucoup Christiane pour cette réponse....concernant les troubles de la vision,la première fois que c'est apparu, c'était quelques mois après le vaccin de l'hépatite B...(je n'ai donc pas fait les deux autres injections)j'ai louché pendant 30mn...(déconcertant!) ensuite...il m'arrive de voir d'un seul oeil,dernièrement,je voyais l'image au centre...le reste était totalement brouillé...autour...;l'autre jour, j'ai perdu l'équilibre...je suis tombée comme si quelqu'un m'avait poussé violament en arrière....c'est ce qui m'a fait penser à une SEP...j'ai aussi des éruptions cutanées...surtout sur les mains..comme des petites verrues...puis ça disparait...(intérieur /extérieur)....merci encore pour les réponses!!!10ans que je traine ça!!! sans savoir....

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Ah alors ce que tu as ce sont ce qu'on appelle des migraines ophtalmiques. Parfois les maux de tête n'apparaissent pas mais il s'agit bien de cela.

Fais toutefois vérifier les yeux afin de voir si il n'y a pas une sécheresse oculaire qui serait débutante. Parfois ce sont les premiers signes.

Le problème des vertiges peut provenir de ce problème des yeux, ou d'un problème d'oreille interne.
A faire contrôler.

L'irruption cutanée entraine-t-elle des démangeaisons ?

Il y a des symptômes qui peuvent traîner des années sans que la maladie qui les provoque ne se montre vraiment.

En ce qui concerne le vaccin contre l'hépatite B, les réactions à la SEP sont assez rapides. C'est pourquoi d'ailleurs la polémique à débuter rapidement après la campagne de vaccination des années 90.
Mais en principe la vaccination se fait en 3 mois et d'affilés. Pourquoi avoir attendu plusieurs mois ?
Notes tant mieux pour toi, cela a été plus une bonne chose. Personnellement j'y ai été obligée car je travaillais en centre hospitalier à l'époque, mais ce serait à refaire : pas de vaccin c'est certain.

Fais les examens mais je le redis histoire de te rassurer, il y a bien d'autres choses qui peuvent entrainer ce type de troubles.
Mais normal qu'avec le vaccin tu te poses la question.
Il y a longtemps que tu as été vaccinée ?

Portrait de Gélule
J'aime 0

je suis contente d'avoir tes réponses;pour le vaccin j'ai eu cette réaction( trouble de la vision) environ un mois après l'injection...ainsi qu'une tache sur la moitié de la main pendant plusieurs jours..;rouge foncé;Il fallait faire d'autres injections....5 mois après il me semble...j'ai senti qu'il y avait un problème...donc je n'ai pas fait le reste...c'était en 1998;
Je n'ai pas de démangeaison concernant les boutons....ils apparaissent souvents en période de stress...J'ai déjà vu un ophtalmo,j'avais une réeducation à faire car j'avais un oeil qui fatiguait plus ...mais je vais donc y preter plus attention....merci Christiane.
Tu es tjrs en milieu hospitalier?

Participez au sujet "troubles nerveux?....grave ou pas?"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "troubles nerveux?....grave ou pas?"

  • La dégénérescence maculaire (DMLA) est une destruction progressive de la macula, appelée aussi tache jaune, une zone très sensible de la paroi interne postérieure de l’oeil.

     

     

     

     

     

     

     

    La macula est le point de la rétine le plus sensible à la lumière : il correspond à une zone dont la superficie ne dépasse pas à quelques mm de diamètre qui permet la vision très précise (appelée également vision centrale).

    A cet endroit où l'acuité visuelle est maximale, la macula correspond à une dépression de la rétine, contenant un nombre important de cônes. Dans la fovéa (située au centre de la macula), les cônes sont seuls présents. Ils sont sensibles aux rayons lumineux, et permettent la vision des couleurs.

    Les lésions de la dégénérescence maculaire seraient secondaires à une accumulation de déchets métaboliques (dus à la destruction des tissus et des cellules) entraînant la formation de dépôts hyalins ou " drusen ". Le terme hyalin traduit un aspect caractéristique qualifiant la transparence ("comme du verre") que peuvent prendre certains composants de l'organisme (artérioles, tissus, cellules). Une substance hyaline est une substance vitreuse, due à la destruction du collagène (variété de protéines de l'organisme) présent dans certaines cicatrices et dans la paroi de certaines artérioles (petites artères).

     

    FACTEURS FAVORISANT LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE

    • La myopie
       
    • Le diabète : la dégénérescence maculaire faite partie des rétinopathies, c'est-à-dire des maladies de la rétine. Le diabète participe pour une large part à la survenue de cette atteinte oculaire. 
       
    • L'âge du patient 

     

     

    SYMPTÔMES DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE

    Au début, les lésions se traduisent par la mise en évidence sur le fond d'oeil.
    Puis secondairement apparaissent des troubles caractéristiques tels que :

    • Une déformation des images
       
    • Une impression d'ondulation des lignes droites
       
    • À partir de 65 ans, la dégénérescence maculaire se traduit par une baisse de l'acuité visuelle surtout à la lecture. Il n'y a pas d'autres symptômes (pas de baisse de l'acuité de la vision dite périphérique).
       
    • Au dernier stade, les tissus du fond de l'oeil cicatrisent, ce qui entraîne la perte de la vision centrale, privant ainsi le patient de toute possibilité de lecture quand il désire effectuer une vision fine.

     

    DIAGNOSTIC DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE

    Le diagnostic de DMLA est fait par l'ophtalmologiste grâce à l'examen du fond d'oeil.
    Généralement, cet examen est complété par une angiographie rétinienne permettant de définir la forme clinique (variété de dégénérescence maculaire). C'est un examen radiologique qui permet de visualiser certaines artères et certaines veines, ainsi que leurs branches de division, après utilisation d'un produit de contraste que l'on injecte dans le courant sanguin.

    L'ophtalmologiste est le plus souvent amené à voir un patient au moment où le deuxième oeil est touché. Ce retard dans le diagnostic pourrait être évité si les patients faisaient régulièrement l'exercice consistant à se cacher un oeil et tenter de percevoir une modification des images (voir ci-dessus) avec l'oeil qui n'est pas caché.
     

    DIFFÉRENTES FORMES DE DÉGÉNÉRÉSCENCE MACULAIRE ET TRAITEMENTS

    On distingue 2 formes évolutives :

    • La forme atrophique qui concerne 80 % environ des patients, et dont l'évolution se fait lentement sur 10 ans. Cette forme n'est accessible à aucun traitement
       
    • La forme dite aiguë concerne 20 % des patients, et évolue beaucoup plus rapidement. De minuscules vaisseaux se créent (néovaisseaux) en-dessous de la rétine et sont à l'origine d'hémorragies à ce niveau. Secondairement, on assiste à l'apparition de petites cicatrices, venant durcir les tissus concernés par la lésion (cicatrice fibreuse) et responsables des scotomes centraux : issu du grec skotos, signifiant obscurité, le scotome est une lacune immobile dans le champ visuel (étendue perçue par le regard quand celui-ci reste immobile), due à l'absence de perception dans une zone de la rétine. Cette forme relève d'un traitement par photothérapie dynamique et par laser.

    Le traitement par l'utilisation du laser permet parfois une photocoagulation (qui n'est pas toujours possible). Ce type de traitement est utilisé lorsque les vaisseaux atteints ne sont pas au centre de la rétine.

    Quand il s'agit d'un vaisseau central, l'ophtalmologiste utilise la photothérapie dynamique pour laquelle un tiers environ des patients semble répondre favorablement. La vue s'améliore dès les premières séances. Une petite partie, soit environ 15 à 20 % des patients, ne répond pas du tout à ce type de traitement, et nécessite alors un traitement par laser classique.

    Le laser doux (thermothérapie transpupillaire pour l'instant au stade expérimental), et l'administration en-dessous de la rétine d'un médicament contenant l'apoE4 qui semblerait faciliter l'épuration des corps gras et pourrait également faciliter le développement des nouveaux vaisseaux, sont des procédés en phase d'expérimentation.

     

    PRÉVENTION DE LA DÉGÉNÉRÉSCENCE MACULAIRE

    La prévention va jouer un très grand rôle car le traitement n'est pas toujours possible.
    L'équilibre du diabète par le contrôle strict de l'hyperglycémie diminue, dans une certaine mesure, les risques de rétinopathie.
     

     

    Crédits photo et images :
    Amd Screening - Image Point Fr - Shutterstock.com
    Vulgaris Médical