Portrait de alibi

Bonjour à tous,
à la mi-février , j'avais observé la pousée d'1 ganglion au niveau de la machoire gauche avec qq douleurs abominales... Mon généraliste me prescrit un médicament pour diminuer les flux gastriques et m'envoie vers un ORL. L'ORL me prescrit des antibio puis une échographie.
à la mi-avril, l'échographie du ganglion mets en évidence l'existence d'autres ganglion maxilaires et les analyses de sang me trouvent une toxoplasmose. le taux était de IGM=9.999 et IgG = 439,7 UI/ml.
Mon medecin me rassure que "ce n'est que la Toxo "qui ne necessite aucun traitement et qu'il fallait tout de même faire un test HIV qui s'est avéré négatif. Pour mieux aider mon corps à supporter la fatigue engendrée par la toxo, j'ai eu droit a des vitamines.
Quelques jours plus tard je fais un malaise ( genre crise de spasmophilie qui m'a valu une nuit dans les urgences ) mais sans aucune gravité à craindre.
2 semaines après que la toxo ait été décelée, j'ai refait des analyses pour controler... J'ai exactement le même taux en IGM (9.999) et 445,7/UI/l en IgG. Ma toxo n'a pas l'air de s'atténuer. Est-ce normal ?
J'ai toujours les même symptomes : des maux de tête, des douleurs intercostales (?), de la fatigue, courbatures, ganglions, maux de gorge...
et en prime j'ai une angoisse qui risque de compliquer le tout. Alors, si vous pouvez m'éclairer à travares vos témoignanges, je vous serai bien reconnaissant! Sachat que je ne crais pas d'être enceinte ^puisque je suis un homme ! lol
Cordialement à tous !

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Quel antibiotique a été prescrit ?

En général c'est la spiramycine (Rovamycine) qui est prescrite.
Le traitement peut être long et un contrôle de l'hémogramme doit être fait régulièrement.

La contamination généralement se fait par les chats. Donc as-tu des contacts fréquents avec eux ?

Portrait de alibi
J'aime 0

Merci de cette réponse.
Le premier antibio prescrit par mon, ORL était un générique puisque on savait pas quel type d'infection j'avais.
L'antibio que je viens de me faire préscrire et que je vais commencer à prendre dès ce soir est ROVAMYCINE, en effet.
OUi nous avons une petite chatte adorable ( chasseuse ) :
ESt ce qu'il faut s'en éloigner, ou trop tard puisque je serai huminisé une fois guéri.
Le contact avec ce chat pourrait-il empêcher la guérison ? Voire même compliquer la maladie ? Ou rien à craindre, le mal est fait et ça ne peut être pire???
Merci encore.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Disons pas s'en éloigner forcément mais éviter toucher à la litière ou alors penser à mettre des gants et même il me semble, mais faudra vérifier, mieux faut mettre un masque aussi pour le nettoyage de la litière.
Et éviter de toucher le chat qui sort de la litière.

Si le chat, se ballade partout dans la maison là cela risque d'être un peu plus compliqué.

Le contact avec le chat peut être une cause de réinfection automatique.
Donc pire non mais la guérison sera difficile et longue.

Le chat ballade la bactérie contaminante dans les intestins.

Portrait de maskowski.sylvie@neuf.fr
J'aime 0

bonjour pouvez-vous me répondre je suis enceinte de 3 mois et je viens de savoir que j' ai la toxoplasmose avec un taux de 6.7 que dois-je faire y a-t-il un danger pour mon bébé vite répondez moi merci

Portrait de alibi
J'aime 0

Bonjour Sylvie,
Je sais que une toxo pour une femme enceinte est à prendre au sérieux mais pas besoin de paniquer non plus. J'imagine que tu es suivie par un medecin que tu juges compétent et en qui tu as confiance. Il saura mieux te dire ce qu'il faut faire. Tout ce que je sais est que la toxo doit être prise au sérieux en cas de grossesse. Alors, une surveillance rigoureuse s'impose car des risques existent pour la vie du foetus/future bébé. Je ne peux pas t'en dire plus. Bon courage et pas de panique, non plus.

Portrait de alibi
J'aime 0

Pour cloturer mon histoire à ce sujet,
Ce n'est qu'en Juillet que j'ai commencé à retrouver mon état normal: à faire du sport sans fatiguer, presque plus de douleurs... même si je ressens encore quelques gênes occasionnelles... Tout est rentré dans l'ordre... Mes dernieres analyses en Juillet l'ont confirmé ! Ouuuuuf !!!!
Bon courage à tous
Juste un conseil : PAS DE PANIQUE, ca ne fait que compliquer les choses.

Portrait de maskowski.sylvie@neuf.fr
J'aime 0

merci beaucoup je me sens rasurée et je vai suivre mon traitement sans me paniquer biz et encore merci

Portrait de maskowski.sylvie@neuf.fr
J'aime 0

bonjour j'ai encore une question à qui sera me répondre mon mari à eu un hémisection totale du poignet droit et oui il à passé le bras à travers une vitre ce qui en résulte c que le nerf ulnaire ne repousse pas donc il y a une intervention prévue le 23 octobre pour une greffe de nerf car pour le moment pas moyen de sentir quoi que ce soit savez-vous si cela à de bon résultat car les artères et tendons qui avaient été sectionné ont bien répoussé mais pas le nerf ulnaire j'espère que ça va marcher si vous pouvez me répondre ce serrai super cool merci

Participez au sujet "Toxoplasmose"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Toxoplasmose"

  • Le recueil de sperme doit s'effectuer de manière rigoureuse. Il faut tout d'abord recommander un délai d'abstinence sexuelle de deux à huit jours avant de réaliser l'examen des spermatozoïdes. Le délai d'abstinence ne doit pas être non plus trop important car le volume d'émission de sperme et la concentration en spermatozoïdes augmenterait au préjudice de leur vitalité.

    L'abstinence sexuelle se définit, en l'occurrence, comme l'absence d'émission de sperme au cours d'un rapport sexuel (coït ou bien masturbation).

    À l'inverse si le délai d'abstinence est inférieur à deux jours la quantité est non seulement insuffisante mais la qualité également. La raison pour laquelle pour avoir des résultats acceptables il est nécessaire de respecter un délai d'abstinence de deux à huit jours.

    Le recueil du sperme contenant le spermatozoïde doit être effectué au laboratoire même, après une masturbation. Quelques patients sont réfractaires à la masturbation au laboratoire, c'est la raison pour laquelle celle-ci peut se faire au domicile du patient à condition de rapporter le flacon au laboratoire dans un délai inférieur à une heure après le recueil et en mentionnant l'horaire de la masturbation.

    Quand la masturbation est proscrite (interdits religieux, par exemple) le prélèvement peut être obtenu au cours d'un rapport sexuel avec un préservatif spécial c'est-à-dire dépourvu de produits toxiques pour les spermatozoïdes. Dans tous les cas le transport du sperme se fait à la température de prélèvement c'est-à-dire entre 20° et 35°.

    L'étude des spermatozoïdes peut éventuellement être perturbée. Ceci survient entre autres pour les raisons suivantes :

    • Une intervention chirugicale.
    • Prise de certains médicaments.
    • Hyperthermie (fièvre élevée).

    Avant l'éjaculation, pour effectuer un recueil de sperme dans de bonnes conditions, il est important de se nettoyer les mains et le gland  avec un produit désinfectant qui est fourni par le laboratoire.

    Le sperme doit être éjaculé dans un flacon stérile présentant une ouverture suffisamment large et comportant le nom et le prénom du patient et le délai précis de l'abstinence c'est-à-dire la date de la dernière éjaculation (rapport sexuel ou masturbation).

     

  • Excitation du phallus (verge en érection) afin de provoquer l'orgasme (paroxysme du plaisir sexuel).

  • L'anus est l'orifice terminal localisé au bout de l'appareil digestif, juste après le canal anal, et par lequel sont évacués les gaz et les matières fécales.

     

     

  • L ’éjaculation est l’émission de sperme par l’urètre (conduit amenant l’urine de la vessie vers l’extérieur) au moment de l’orgasme.

    Ce sont les stimulations répétitives du pénis au moment des rapports sexuels, mais également lors de la masturbation qui sont à l’origine d’un réflexe éjaculatoire.

  • Expulsion du sperme par l'urètre (conduit amenant l’urine de la vessie vers l’extérieur) au moment de l’orgasme après contraction des vésicules séminales.

    Ce sont les stimulations répétitives du pénis au moment des rapports sexuels mais également lors de la masturbation qui sont à l’origine du réflexe éjaculatoire.