Portrait de meneze

bonjour
je suis étudiante en fin de 2ème année et je commence mon travail de fin d'étude
voici ma réflexion: au cours de mes années de travail en tant qu'aide soignante, il m'est arrivé de voir un membre d'une famille d'un malade en fin de vie venir faire la toilette du patient quotidiennement (souvent à la demande du patient lui meme)
aujourd'hui la question que je me pose est de savor si la place que nous laissons à la famille dans ces moments là est la bonne
est ce que nous nous posons la question des sentiments éprouvés au fur et à mesure que la fin approche
la souffrance provoquée par la toilette peut ellesusciter comme émotion?
Ce questionnement est encore plus vif pour moi quant il sagit d'un enfant
je ne trouve pas de lecture à ce sujet je souhaiterai obtenir de l'aide
es ce que d'autres que moi se sont posés la question?
que pensez vous du sujet?
merci à tous par avance

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Pour moi c'est juste une question de choix du patient.

Des patients peuvent ne pas aimer que ce soit des étrangers qui s'occupent d'eux à ce sujet et préfère qu'un proche le fasse ce qui peut aussi être alors considéré comme un geste d'affection et d'amour par le patient mais aussi par le proche qui fait le geste.

D'autres patients en revanche ne veulent pas que leurs proches les voient dans leur plus simple appareil et surtout "diminué".
Et la toilette est un geste intime, et le fait que ce soit un proche qui la fait montre la dépendance du patient, et certains n'apprécient pas de devoir être dépendant d'un proche, donc il l'accepteront mieux d'un étranger et ce même si c'est malgré tout difficile aussi à supporter.

La pudeur peut entrer aussi en compte.
Donc c'est plus une question de choix du patient.

Portrait de meneze
J'aime 0

merci pour votre reponse
ma question porte plus particulièrement sur la relation qui se crée en fin de vie et dans la souffranceet pas simplement du point de vue du patient mais aussi de la famille
cordialement
menézé

Portrait de choupette-moi
J'aime 0

bonjour !
je suis EIDE en 3e année, mon TFE porte sur la relation soignant soigné lorsque le patient est en phase terminal d'un cancer.
deja je pense que ta reflexion est tp large, soit tu accentue sur la relation soignant soigné face a la fin de vie, soit carrement tu cibles sur les soins d'hygiene au patient en fin de vie.
après comme tu le dis dans ton dernier post, tu veux plus parler du triangle famille / soignant / soigné, la c'est une question ciblé, si bien sur tu as la sitiation interpellante qui va avec !
ce que je peux te conseiller de lire pour t'eclairer un peu sur les rites de la mort et la toilette au mourant, c'est un livre : "l'infirmièr(e) et les soins palliatifs" Prendre soin, éthique et pratiques, chez Masson.
moi je m'en sers beaucoup en ce moment pour mon TFE !
tu peux aussi lire des bouquins de Marie de Hennezel, ca eclaire beaucoup sur la fin de vie et la place de la famille !
amicalement

Participez au sujet "toilette des patients en fin de vie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "toilette des patients en fin de vie"

  • Le dosage des bicarbonates dans le sang permet d'évaluer l'équilibre acidobasique.

    Avant de doser des bicarbonates il est nécessaire de prendre quelques précautions. Tout d'abord il faut séparer rapidement les globules rouges et garder le plasma c'est-à-dire la partie liquide du sang débarrassée des globules rouges, des globules blancs ainsi que des plaquettes, à l'intérieur de tubes pleins et fermés hermétiquement puis mis au réfrigérateur.

    L'intérêt physiologique du dosage des bicarbonates est celui du tampon acide carbonique/bicarbonates. Ce tampon joue un rôle particulièrement important afin de maintenir le pH c'est-à-dire l'acidité sanguine ainsi que dans l'équilibre acidobasique.

    Les valeurs normales des bicarbonates dans le sang sont (les valeurs normales varient selon la méthode) :
    53,5-62,4 volumes pourcentage soit 24 à 28 millimolles par litre.

    On constate une augmentation des bicarbonates dans le plasma en cas d'alcalose métabolique c'est-à-dire qu'on constate une augmentation concomitante du pH sanguin surtout quand le patient présente des vomissements avec une perte de suc gastrique acide. Cette augmentation avec alcalose métabolique se constate également au cours des déficits en potassium.
    Au cours de l'acidose respiratoire il est constaté également une augmentation mais aussi avec diminution concomitante du pH sanguin et une augmentation de la pression partielle en CO2 surtout dans le patient souffre d'emphysème pulmonaire et en cas d'insuffisance respiratoire.

    On constate une diminution des bicarbonates dans le sang en cas d'acidose métabolique avec diminution concomitante du pH sanguin surtout en cas d'acidocétose diabétique, d'acidose lactique, de diarrhée, d'insuffisance rénale et d'intoxication par l'aspirine.

    On constate également une diminution des bicarbonates dans le plasma en cas d'alcalose respiratoire et augmentation concomitante du pH sanguin avec diminution de la pression partielle en CO2 en cas d'hyperventilation.

  • Un thrombus est un caillot de sang obstruant un vaisseau sanguin.

     

     

  • Le plasma est le composant liquide du sang qui contient le sérum et des éléments coagulants. Lorsque ces derniers sont éliminés, il ne reste plus que le sérum.

    C'est un liquide de coloration jaunâtre correspondant à une partie du sang contenant les éléments figurés qui sont :

    • Les hématies (globules rouges).
    • Les leucocytes (globules blancs).
    • Les thrombocytes (plaquettes) en suspension dedans.

    Le sérum est débarrassé de la fibrine et d'autres agents responsable de la coagulation .

  • La science ne cessant de progresser, il est maintenant possible de se soigner à partir de nos propres cellules.

  • L'hypovolémie (en anglais hypovolemia) est la diminution importante du volume sanguin circulant, et de celui qui est immobilisé dans le réservoir sanguin.