Portrait de orage

Depuis trés longtemps 1992 je souffre de douleurs aux mollets que je croyais comme musculaire faisant régulièrement du sport. Or en avril dernier mon médecin m'adresse chez un neurologue que me dit qu'il s'agissait du SJSR. J'ai donc un traitement ARDARTEL 0,25 2 me suffise et quel miracle depuis. J'ai retrouvé un bon rythme de sommeil donc la cause était ce syndrome. Toutefois ADARTREL provoque des effets secondaires chez moi un peu de vertige seulement. Qui connait ce médicament

Bien à vous tous

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Tu as eu un test de polysomnographie pour diagnostiquer le syndrome ?
Car c'est tout de même le seul qui soit vraiment spécifique et sûr.

Des crampes sont des crampes et il est tout de même difficile de les confondre avec un SJSR.
Des crampes surviennent à tout moment et passent aussi soudainement qu'elles ne sont apparues.

Le SJSR c'est un mouvement ou un besoin incontrôlé de faire bouger les jambes, les bras ou tout autre muscle et le phénomène apparait au moment de la mise au repos du corps donc que ce soit le soir, ou même dans la journée après une courte période pendant laquelle on se repose.

Le traitement est en fait le traitement pour la maladie de Parkinson.
Il peut effectivement provoquer de vilains effets secondaires tels que des nausées mais pouvant aller jusqu'à des vomissements nocturnes, donc très difficilement vivables surtout lorsque cela s'associe avec le fait que le traitement n'agit pas sur le problème du SJSR.

Un neurologue me l'avait prescrit, hop partit refaire un petit tour très rapidement à la pharmacie.
Une amie en a prit pendant plus d'un an, a un fort dosage. Au début pas d'effet secondaire et une amélioration du syndrome.
Mais même avec un dosage maximal, le SJSR est revenu en force. Donc le traitement est arrêté et curieusement son syndrome s'est amélioré et elle passe par des périodes très longues ou il disparait complètement.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de luc_feri
J'aime 0

Bonjour,

Étant atteint d'un SCA3, je connais également ce SDJSR que j'ai définitivement réglé avec la prise quotidienne de 5 mg de NADH qui favorise la production de dopamine.

Depuis 2 mois maintenant, je n'ai plus aucun symptômes d'impatiences dans les jambes, et je peux enfin dormir.

Luc

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

C'est de la vitamine B3 ou PP quine doit jamais être prise en auto-médication car elle a des effets indésirables plus que dangereux, très toxiques.

L'organisme la synthétise à partir d'éléments trouvés dans les oeufs, les produits laitiers et la volaille, des poissons, et bien d'autres aliments, associés à la présence d'autres éléments tels que par exemple le magnésium et d'autres vitamines.

Donc proposer ce type de solution peut être nuisible voire donc toxique et donc mortelle pour certaines personnes, sans en expliquer exactement l'action et surtout les effets secondaires probables.

Il faut donc d'abord avant toute supplémentation être sûr qu'il existe bien une carence. Et c'est seulement dans ce cas, qu'on peut envisager une supplémentation et surtout sous surveillance médicale.
Il existe également de nombreuses interactions médicamenteuses.

Donc ce type de traitement est fortement déconseillé chez les personnes atteintes ou à risquer de maladie hépatique, ulcère à l'estomac, d'alcoolisme, ...etc.
Ceci en plus lié à des effets secondaires importants type : démangeaisons, maux de tête, une vasodilatation (tête, cou), résistance à l'insuline,.....etc.

Donc traitement à ne prendre qu'en cas d'absolue nécessité et uniquement sous surveillance médicale stricte.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de luc_feri
J'aime 0

Bonjour Christiane,

Quand on est atteint, comme moi, d'un syndrome cérébelleux pour lequel il n'existe aucun traitement, je pense qu'il n'y a pas à hésiter à faire de l'auto-médication. Le NADH a complètement supprimé mes impatiences qui m'empêchaient de dormir, et crois-moi, je me moque de savoir que certains pensent que cela peut être dangereux.

Luc

Désolée mais je ne peux pas laisser le reste du message.

Ce type de propos ne sont pas admis sur le forum.

Portrait de luc_feri
J'aime 0

Bonjour Christiane,

Si tu as choisi de supprimer la définition de l'action du NADH, libre à toi, mais je ne suis pas d'accord lorsque tu affirmes qu'il existe des effets secondaires à cette prise de NADH. Il n'y en a absolument aucun, en tous cas en ce qui me concerne.
Et lorsque tu parles de dangerosité, il faut expliquer que la vitamine PP ou B3 est composée de nicotinamide qui n'est absolument pas toxique et l'acide nicotinique qui lui provoque des effets secondaires tels que rougeurs du cou , du visage, démangeaisons, qui peuvent être résolus par la prise préalable d'un antihistaminique. Seul, l'acide nicotinique est toxique, or dans le NADH, il n'y a que de la nicotinamide.

Luc

Quote:
Si tu as choisi de supprimer la définition de l'action du NADH, libre à toi,

Je vais mon travail de modérateur. Il y a des règles il faut les respecter.

Participez au sujet "syndrome des jambes sans repos"

Articles à lire concernant "syndrome des jambes sans repos"

  • Syndrome des Jambes sans repos ... de la captation au niveau du noyau caudé du putamen s'associant à une diminution de la liaison de C-raclopride à l'intérieur du ...
  • Syndrome d'Ekbom ... bizarres et à la fois désagréables, siégeant dans les jambes et accompagnées d’agitations incessantes, ainsi que ... dans les cuisses) appelé également syndrome des jambes sans repos. Ce syndrome n’est calmé que par une activité constante ou ...
  • ... se traduisant par des douleurs siégeant au niveau des jambes, dans le syndrome des jambes sans repos. ...
  • ... d'Alzheimer sont peut-être liés...On comprend mieux le syndrome des jambes sans repos...Prise en charge psychologique de la maladie de ... a montré qu'il pouvait exister une corrélation s'expliquant par une baisse de l'utilisation du glucose par le cerveau qui ...