Portrait de Inquiète belge

Bonjour,

Je me permets d'interagir sur ce forum, car je me trouve démunie et espère trouver des personnes ou des professionnels qui ont connaissance du syndrome d'auto=brasserie. En effet, sans boire une goutte d'alcool, une personne très proche a été contrôlée par la police avec un taux d'alcool de 0,36. Or, cette personne, depuis des années a de multiples problèmes de santé et malgré une hygiène de vie très stricte (alimentaire, sportive, traitement médical), continue à avoir des symptômes inexplicables (vertiges, malaise avec perte de conscience et amnésie, endormissement subi, changement subi d'haleine, hébétude, déconnection mentale,...)

Ses ennuis ont commencé au début de la trentaine, avec une goutte récidivante. Diagnostique : son corps produit naturellement trop d'urée==) médication
Ensuite, problème d'hypothyroïdie. ---) médication
En 2010, infarctus ----) stent et médication ainsi qu'un régime strict (-14 kg en 4 ans). Dans les 3 jours de son infarctus, les Gamma GT explose inexplicablement.
En 2012, nous consultons un gastro en raison des gamma GT persistant. Celui-ci peine à croire que son alimentation est correcte et ne comporte pas d'alcool. Un début de cirrhose du foie est détecté (mesuré à 17).
En 2016, 2 œdèmes aigu du poumon et pose d'un deuxième stent sur la même artère (plus 8kg sans avoir modifié le régime strict)

A présent, il est souvent fatigué, s'endort en 10 secondes s'il est inactif, surtout après le dîner. Malgré un régime alimentaire très strict, son poids ne diminue pas.

Le fait d'avoir été contrôlé avec un taux d'alcool illégal alors qu'il ne boit pas une goutte d'alcool depuis des années le perturbe fortement.

Il y a plusieurs années, ma mère avait vu une émission parlant de l'auto-brasserie (production anormale de levure à partir des glucides) et je pense sincèrement qu'il y a quelque chose à creuser de ce côté là.

Problème, la maladie est rare et peu connue de tous.
Pouvez=vous m'aider ?
Merci

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, 3 mois après mon post, je peux apporter des éléments qui pourront certainement aider d'autres personnes.

Après moult recherches de praticiens compétents pour nous aider, nous avons eu la chance d'avoir les coordonnées d'une nutrithérapeute ingénieur en biochimie qui travaille avec un gastro-entérologue. Suite à cela, des analyses d'urines et sanguines poussées et spécifiques ont été réalisées. Ces dernières ont confirmé que mon époux avec une flore totalement atypique et avec une fermentation excessive de plusieurs types de levure. Par exemple, la norme maximale pour l'une d'elle était de 0,8 et lui était à 113. Avant même d'avoir les résultats des analyses, il a, entre autres, suivi un régime pauvre en glucides, sans gluten et sans lactose et pris des antifongiques ainsi que des probiotiques soigneusement choisis. Il devra avoir un régime pauvre en glucide à vie et prendre des antifongiques les 10 premiers jours de chaque mois, pour éviter que la fermentation reprenne de plus belle et provoque ainsi la production d'éthanol. Les améliorations cliniques ont été rapidement visibles : ventre dégonflé et mou, vigilance accrue, tension stabilisée, teint normalisé, perte de 8 kg au bout de 3 mois. Et nous avons eu la grande joie de constater que son début de cirrhose du foie s'était évaporée (échographie du foie à présent totalement normale). Le régime alimentaire qu'il poursuivait auparavant (pommes, poires, vinaigre de cidre, pain complet, graines,...)ainsi que la prise de certains médicaments (pantomed, spagulax) ont dans son cas augmenté le problème de fermentation,
Actuellement, suite à l'amélioration de sa santé, nous avons pu diminuer certains médicaments et en supprimer d'autres. Nous sommes heureux d'être tombés, enfin, sur deux professionnels à l'écoute et compétents dans le domaine.

Cela prouve qu'il faut tenir bon et se démener soi-même pour trouver des solutions, et surtout qu'il ne faut pas se laisser détruire face à des médecins qui nient ce que vous dites ("il ne consomme pas d'alcool, et n'a pas d'alimentation riche en graisse et en sucre") et ne cherche pas en dehors des chemins connus.

Ce syndrome d'auto-brasserie n'est donc pas un mythe, comme certains le pensent, et à des conséquences désastreuses sur la santé de ceux qui en souffrent ainsi que sur leur vie sociale.

Portrait de Pampa
J'aime 0

Bonjour,
Pouvez vous me communiquer les coordonnées du médecin qui vous a prescrit les test et diagnostiqué la maladie svp ?
Merci!

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Nous avons d'abord eu contact avec Delphine Bourgeois la nutritherapeute puis avec le gastro-entérologue Donald Vemer, qui travaillent en collaboration ensemble, ainsi qu'avec notre médecin traitant

Bien à vous

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Bonjour, mon mari est malade aussi de ce syndrome pouvais vous nous orientez vers qui se tourner merci ,cordialement

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Vers un gastro entérologue qui s'intéresse particulièrement à la flore intestinale. Une nutrithérapeute ayant le même centre d'intérêt est de la même importance. Mon mari a été traité par ce biais avec une alimentation pauvre en glucide, des compléments alimentaires, des anti-fongiques... Mais j'ai lu qu'il y avait des cas où on avait implanté des échantillons de selles de personnes saines à la personne malade pour pouvoir reconstituer une flore intestinale saine. Une autre piste à creuser donc... mais toujours avec un gastro entérologue..

Bon courage

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Bonjour, merci pour votre réponse il faut maintenant que l on trouve ces spécialistes autant dévoués en France
Cordialement

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

J'avais lu dans un article sur internet que le professeur Jean-Christophe Saurin, gastro-entérologue et hépatologue, de Lyon, parlait du syndrome de l'auto-brasserie. Peut-être voir de ce côté là ? En tout cas, la solution pour ce syndrome se trouve dans l'ajustement du microbiote intestinal.

Bien à vous

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Oui en effet j ai egalement pris contact a ec ce professeur spécialiste de cette maladie en envoyé les qq résultats d examens fait auparavant mais il décide ou non de faire suite a une consultation et donc réponse négatif pas de prise en charge et impossible de savoir prk
Cordialement

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Je l'avais également contacté par mail, au tout début de nos recherches, sans avoir de réponse. Je m'étais dite que c'était parce que nous n'étions pas français. Pourtant, nous étions si désespérés que nous étions près à faire les 2 x 700km pour avoir de l'aide... Peut-être pourriez-vous contacter notre nutrithérapeute par mail, avec un peu de chance, elle pourra vous donner des pistes, car elle participe a des colloques internationaux (www.delphinebourgeois.eu)

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Merci beaucoup pour vos réponses je vais en effet la contacter par mail merci
Cordialement

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

C'est avec plaisir, j'espère de tout cœur qu'elle pourra vous aider d'une façon ou d'une autre, même par visio-conférence s'il le faut :)

Bien à vous

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Bonjour, j ai bien envoyé un mail à la nutritherapeute mais aucune réponse, elle n ouvre pas mon mail ,je suis découragée
Cordialement

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Elle est souvent débordée, mais cela m'étonnerait qu'elle ne réponde pas sciemment. N'hésitez pas à renvoyer un mail (j'espère juste qu'il ne va pas dans la boite de courrier indésirable) ou plutôt à lui téléphoner et si elle ne décroche pas, à lui laisser un message (si elle est en consultation, elle ne répondra pas directement). Numéro de portable à partir de la FRANCE ; 0032498633849.

Bon courage,

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Bonjour, pouvez vous m indiquer les recherches faites en prise de sang réaliser sur votre mari, je vous remercie

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

En regardant les analyses faites il y a un an et demi, je m'aperçois qu'on a fait surtout des analyses urinaires, et que c'est dans celles-ci qu'on a vu qu'il y avait problèmes. En ce qui concerne la prise de sang, il y avait eu analyse des index lipémie et ictérique et hémolyse. En hématologie, on avait vérifié le fer, TIBC, % de saturation sans voir d'anomalie. En biochimie des glucides, on avait analysé la glycémie à jeun qui était dans la limite basse, l'insuline, l'index Homa et Quicki.

Plus intéressant dans le cadre de l'auto-brasserie, en ce qui concerne l'analyse des urines, c'était nommé AC. ORGANIQUES URINAIRES :

1)Avec le module fongique
(arabinose et arabinitol -qui étaient beaucoup trop élevés chez mon mari-, tartarate, citramalate, furan-2-carboxylate-qui étaient à 0 et donc dans les normes pour mon mari) .
2) le module bactérien
(4-OH-Benzoate et4-OH-phenuacetate et indole-3-acetate étaient parfois plus de 30 fois la norme chez mon mari),mais d'autres choses étaient analysées aussi comme le paracresol, le benzoate, l'hippurate,...

C'est avec ces analyses urinaires qu'on a vu qu'il y avait une proliferation bactérienne intestinale nette et une prolifération fongique intestinale nette.

Les analyses ont été effectuées par le laboratoire synlab à 6220 Heppignies, avenue Alexander Fleming 3, Belgique. www.synlab.be

Portrait de aime olivier
J'aime 0

bonjour, mon mari a donc fait l analyse d urine ,le module fongique montre qu il a un taux TARTARE trop élevé 1,55 norme max 1,00 et également D-ARABINITOL 56,52 norme max 40 ,00
synthese se son équilibre flore fongique :risque candidose digestive tres important , prolifération de levure élevée ,son équilibre flore bactérienne est normal.
Pour votre mari si j ai bien compris c était son module bactérien qui n était pas bon ?
Merci a vous

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Il y avait des anomalies aussi dans le modèle fongique pour mon mari. Puis si vous dites que la prolifération de levures est importante, cela implique une fermentation importante aussi (qui peut influer sur la production d'éthanol), la candidose n'est pas anodine non plus et nécessite un traitement. Les analyses semblent indiquer que votre mari a des choses à corriger au niveau de sa flore... Mais malheureusement, je ne suis pas médecin ni nutrithérapeute. Que dit vos médecins ? En tout cas, c'est bien, car vous avez déjà pu voir qu'il y avait quelque chose qui n'était pas normal dans ses analyses et donc qu'il y a moyen d'améliorer sa santé

Portrait de aime olivier
J'aime 0

Bonjour, oui grâce a votre aide ,on a je pense les éléments essentiels pour améliorer sa santé .Nous sommes aidé également pas une nutrithérapeuthe qui nous a guidé vers un labo pour pouvoir commande ce kit de prélèvements urinaires. Nous la rencontrons demain pour faire un point sur ce résultat d analyse . Pourriez vous me dire quel a été le rôle de votre gastroentérologue dans le suivi de votre mari .
Un grand merdi a vous

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Bonjour, au final, le rôle le plus important, selon moi, de notre gastro a été de confirmer officiellement le diagnostic évoqué par notre nutrithérapeute. Ensuite il a travaillé en collaboration avec notre nutrithérapeute à chaque étape. Je sais qu'ils faisaient le point ensemble chaque fois que des résultats d'analyse arrivaient ou que l'état clinique de mon époux le nécessitait, et qu'ils décidaient ensemble de la stratégie à poursuivre, mais nous n'assistions pas à ces entretiens. Ce que nous avons pu constater de visu est : qu'il a signé les demandes d'analyses faites par notre nutrithérapeute, tout en ajoutant sur le même document certaines analyses qu'il souhaitait ; qu'il a apporté son expertise médicale au niveau de la cirrhose du foie débutante (qui s'est résorbée totalement, comme il nous l'avait laisser espérer), en réalisant scanner et échographie ; qu'il a prescrit le flagyl qui était indispensable pour lutter contre la candidose ; qu'il a apporté la garantie scientifique et médicale reconnue par d'autres professionnels de la santé (médecin conseil de la mutuelle, neurologue, cardiologue,...), ainsi que par les instances juridiques et policières (mon mari avait eu un retrait de permis de 3h), car malheureusement, une nutrithérapeute n'est pas médecin et n'a pas la même reconnaissance scientifique. Alors que pour nous, elle a été la pièce maîtresse dans la résolution de notre problème. C'est elle qui évaluait qu'elle étaient les compléments alimentaires optimaux pour régénérer la flore, l'évolution de l'alimentation,...

Donc, il faut vraiment trouver un gastro qui est sensibilisé au microbiote intestinal, car les autres gastro rencontrés restaient focalisés sur ce qu'ils avaient appris lors de leurs études : s'il y cirrhose, c'est qu'on boit ou qu'on mange trop gras et/ou trop sucré. S'il y a alcool dans le sang, c'est qu'on boit ! Ils ne sortaient pas de leur zone de confort pour envisager des nouvelles pistes. Ils ne portaient aucun crédit sur ce que nous leur disions.

Je vous souhaite à tous les deux de voir bientôt des améliorations. Il ne faut rien lâcher, il faut du temps, mais tous les efforts réalisés paient.

Portrait de Inquiète belge
J'aime 0

Et si cela vous intéresse, vous pouvez me donner une adresse mail, je vous scannerai les documents que nous avons reçu suite aux premières analyses. Ils sont très bien fait et expliquent ce qu'il est conseillé de faire pour chaque point de l'analyse... Seulement si ça vous agrée, bien sûr.

Pages

Participez au sujet "Syndrome d'auto=brasserie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.