Portrait de popeye

Un membre de ma famille vient d'avoir une endoscopie pour extraire un caillou à l'embouchure du cholédoque. Au cours de l'examen, le caillou, récupéré avec une pince, s'est coincé dans ce canal. En tentant de l'extraire, la pince s'est cassée ( les morceaux récupérés ! ) occasionnant une "fissure" à la base de l'intestin. Le caillou est resté. Mais l'air ( employé pour l'endoscopie) est sortie par la fissure et s'est propagé derrière le péritoine, gonflant tout le bas ventre et les "bourses" occasionnant une douleur insupportable (traitement à la morphine) Le médecin se contente d'une surveillance de la fièvre, craignant une infection et attend que le patient "dégonfle". Il a en outre mis une "prothèse" (petit tube) pour faciliter l'écoulement de la bile. Ceci s'est déroulé mardi dernier 5 février et depuis c'est l'attente sans manger ( perte de 6 kgs ) et sans trop savoir ce qui va se passer si ce n'est attendre que cela se passe (dixit le médecin) Avez vous déjà connu un tel problème ? Merci pour vos réponses.

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Bonjour Popeye,
Avant de tenter une réponse, je me permets de vous
féliciter pour la clarté et l'excellence de votre
texte. De cette manière les faits sont exposés très
explicitement et dans un français agréable à lire.
Il s'agit d'une problématique, heureusement très
rare, qui expose les patients à l'une des
complications liées à l'endoscopie.
Malheureusement il est impossible de tenter quoi
que ce soit, sauf d'attendre la réabsorption du gaz
utilisé.
Il est nécessaire donc de procéder à une
surveillance en prévoyant une éventuelle infection
par un candidat ou une bactérie. L'autre
complication pouvant survenir est liée au risque
d'hémorragie. En effet, le décollement des
différentes membranes, séreuses et aponévroses
risque d'occasionner ceci (lire les textes
concernant ces mots dans l'encyclopédie médicale
Vulgaris).
Quant à procéder à une éventuelle aspiration (dans
quelles zones d'ailleurs) ceci exposerait le
patient à nouveau, si je puis dire, à la même
problématique de risque de complication.
Reste donc à surveiller le patient en effectuant
régulièrement des I.R.M. et à prévoir d'éventuelles
complications infectieuses hémorragiques. La
douleur est bien entendue constamment combattue par
des antalgiques (antidouleurs) majeurs si cela est
nécessaire.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de popeye
J'aime 0

Tout d'abord, merci d'avoir bien voulu répondre à mes interrogations. J'ai bien compris votre explication et j'en déduis qu'il va falloir être patient.
J'ai omis de signaler que cette personne a depuis cette intervention, régulièrement le hoquet et cela pendant des heures, bien que les infirmières lui administrent un médicament pour le faire passer. A quoi cela est il du ? Et d'autre part, ce patient ayant été opéré d'une aorte suite à un infarctus, il y a quelques années, et dernièrement d'un anévrisme abdominale, les risques sont ils plus importants dans ces cas ? Merci.

Participez au sujet "Suite endoscopie pour calcul biliaire"