Portrait de alainyves

J'ai été diagnostiqué comme étant atteint d'une spondylarthrite ankilosante
bien que le HLA B27 soit négatif.
Dans mes analyse sanguine j'ai en période de crise une VS entre 20 et 40 2ème heure et une CRP entre 20 et 30.
Mes symptomes sont les suivant :
- douleures dorsales basses en fin de nuit et au matin.
- douleures articulaires principalement au coudes avec tendinites à répétition.
Est-ce que celà corepond bien à une sponylartrithe?

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Le diagnostic de spondylarthrite ankylosante est à la fois facile et difficile. Il a fait l'objet d'une récente édition lors du congrès de rhumatologie cette année.
Les spécialistes sont formels en ce qui concerne la mise en place du diagnostic.
S'il s'agit d'un début de spondylarthrite ankylosante, les examens biologiques ne sont pas suffisants pour affirmer le diagnostic. En effet habituellement il est nécessaire que les immunoglobulines A augmentent, qu'il existe un syndrome inflammatoire, mais pas forcément, mais surtout que l'imagerie médicale et en particulier l'I.R.M. n'est pas suffisant à conforter le diagnostic.
D'autre part, en ce qui concerne l'antigène HLA vous pouvait très bien être concerné par la spondylarthrite ankylosante sans être positive

Autrement dit il est difficile de poser avec certitude un diagnostic de spondylarthrite ankylosante en début de maladie chez une personne jeune.
Par la suite il en est tout autrement. En effet les premières modifications ont aperçu par l'I.R.M. des articulations sacroiliaque posent avec quasi-certitude le diagnostic. Mais avant d'en arriver là l'évolution doit être longue.
C'est la raison pour laquelle au début on se fie beaucoup à l'examen clinique et à l'interrogatoire. Les réponses données par le patient en ce qui concernent son tableau douloureux sont très importantes.
Au cours de la spondylarthrite ankylosante les douleurs qui sont le résultat de l'inflammation des enthèse (insertion des ligaments et des tendons) sont axiales c'est-à-dire résidents sur la colonne vertébrale, en bas du dos parfois aussi ou bien parfois exclusivement périphérique c'est-à-dire les bras et les jambes ou bien les genoux et les poignées et les chevilles, voire les doigts qui peuvent apparaître boudinés.
L'autre caractéristique des douleurs de la spondylarthrite ankylosante et leur prédominance la nuit et le matin.
Le deuxième grand symptôme de la spondylarthrite ankylosante est la raideur inflammatoire.
Enfin la fatigue est reconnue comme un véritable symptôme de spondylarthrite ankylosante mais sans doute multifactorielle.
L'autre caractéristique est la survenue de poussées douloureuses et inflammatoires pour certains patients soit de manière chronique soit pour d'autres on constate une altération globale de la qualité de la vie et parfois un retentissement significatif sur la vie familiale et professionnelle.
Ainsi, comme vous pouvez le constater, il n'est pas facile de poser avec certitude le diagnostic de spondylarthrite ankylosante. Vous ne trouverez jamais un rhumatologue ou un médecin de façon générale, qui vous dira de façon formelle vous avez spondylarthrite ankylosante sauf après une certaine évolution où l'on peut mettre en évidence une atteinte des articulations sacroiliaque, plus précisément une sacroiliite grâce l'I.R.M..
En ce qui concerne le traitement vous ne devez pas être inquiète, si vous voulez nous vous en reparlerons, mais celui-ci est actuellement bien codifié que ce soit en prenant des médicaments, en traitement de fond ou globalement en prenant en charge les patients.

Vous pouvez retrouver l'ensemble de ces termes dans les textes que j'ai écrit pour l'encyclopédie médicale Vulgaris, soit dans les textes consacrés à la spondylarthrite ankylosante, soit dans le reste de l'encyclopédie Vulgaris.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Participez au sujet "spondylarthrite ankilosante"