Portrait de melulu

Bonjour,

je viens de m'inscrire sur le site;
je ne sais plus quoi faire, ni à qui demander un avis,
ce message est peu long, je m'en excuse, mais j'ai réellement besoin de conseils précis :

ma mère va mal, en 6 mois elle a complètement changé :
sur un terrain alcoolique (bien qu'elle ait fait des cures et suivi des ttts parfois plusieurs années, elle a rechuté l'an dernier), elle a vécu il y 6 mois deux "chocs psychologiques" ; depuis : angoisse profonde, depression, troubles de la mémoire, affabulation, perte d'appétit et de poids, désintéret pour tout, aucune activité, "paranoia", angoisse d'aller dormir, j'en passe, mais surtout, comment dire? psychologiquement, elle reste "bloquée" sur des idées et des schemas de pensée très arrêtés, qui en plui ne lui ressemblent pas du tout, tourne en rond et dit tt le temps presque les meme phrases. Malgré les discussions, le temps, etc..... elle retombe tjs sur la meme chose et refuse de partir de chez elle pour se soigner (elle ne parvient pas à le faire toute seule non plus..) .. Plusieurs médecins ont été vus (elle ne veut plus voir son médecin traitant) et ordonnances délivrées, mais elle prend le ttt sans le prendre, le temps n'aide en rien sa santé.
Elle a besoin d'aide mais on ne peut pas la forcer ; son médecin, qui avait pourtant jugé nécessaire de la faire hospitaliser qq jours il y a 2 mois, le temps de faire des bilans organiques (on est allées à l'hopital mais ma mère est sortie tt de suite, contre avis médical, sans une seule prise de sang ou consultation avec un psy), vient de m'affirmer qu'on ne pouvait rien faire, dans la mesure où elle n'est pas dangereuse pour les autres et qu'elle n'a pas (encore) fait de ts; on ne peut rien faire, juste l'encourager à se soigner mais, finalement, la regarder se détruire et mourir.
J'ai du mal à croire qu'on ne puisse établir un diagnostic malgré elle car elle a manifestement autre chose que son pb d'alcoolisme ; je viens de regarder votre page dédiée au syndrome de korsakoff, .. ca fait souci.. Je crains une dégénéresccence ou autre.... réellement elle n'est plus du tout la meme, elle souffre profondément, elle est au bout du rouleau, elle s'enferre et se complait en meme temps, paradoxalement ; on dirait que tout lui échappe. rien ne peut la pousser à l'action, j'ai l'impression qu'elle a changé, je ne sais meme pas si elle pourrait sortir de cette situation sans "séquelle".....
toute la famille s'inquiete..
Pouvez-vous me dire quelles options s'ouvrent à nous pour obtenir un diagnostic de son état et déterminer comment la soigner ? D'avance, je vous en remercie sincèrement.

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour melulu,

Je dois dire que ta situation est très complexe et pas facile !!! Te donné une solution ou un conseil miracle, encore moins !!!

Ce qui est évident, c'est que ta mère a décidé de se fermer totalement du monde réel. Car même ta présente ne semble pas la toucher, je dirais que tout ce qu'elle ressent n'est qu'indifférence.

Je comprends ton désarroi car il n'y a rien de pire à vivre que l'indifférence de quelqu'un qu'on aime et qui nous est cher. Par contre ne baisse pas les bras car il existe toujours une porte de sortie et dans le cas de ta mère, il faut trouvé sa porte !!!!

Lorsque tu parles de chocs psychologique, peux-tu me dire de ce qu'il s'agit exactement car cela pourrait aider à y voir plus claire. Ne crains rien, je ne suis pas là pour juger quoi que ce soit, au contraire, je souhaite sincèrement de t'aider !!!

Dans son entourage immédiat, à part toi, y a-t-il d'autres personnes qui auraient une quelconque influence sur elle ??? Genre : bonne amie qu'elle n'a pas vu depuis longtemps et pour laquelle, elle a de l'affection.

Il arrive que parfois de recevoir une visite inattendue de quelqu'un qui compte beaucoup, puisse faire réagir et avoir un effet bénéfique et salutaire !!!

Si seulement, elle voulait voir un(e) psy, cela lui ferait le plus grand bien. Cela ne veut pas dire qu'elle parlerait lors des premières rencontre mais à la longue, il se tisserait un lien de confiance. As-tu pensé à en parler à un(e )simple travailleur(se) sociale ???? Parfois, ils(elles) sont plus facile d'approche et moins formelle.

Si tu peux me donner plus de détails, si tu veux évidemment !!! je vais être là pour te lire et essayer de t'aider à trouver des solution au meilleure de ma connaissance.

Je suis de tout coeur avec toi et je t'envoie pleins de pensées réconfortantes !!!
gros,gros bisous
jory-lou

Portrait de melulu
J'aime 0

Bonjour et merci de prendre du temps !!
pour repondre à vos questions :
cote choc psycho, il s'agit de son compagnon (plus agé qu'elle) qui a fait un "avc"(en fait pas vraiment, les médecins parlent d'un 'avertissement') et 2 sejours à l'hopital mais depuis, il est remis, suit un ttt, est suivi par les médecins qui lui ont juste prescrit de se ménager, mais elle prétexte qu'il est malade, qu'il a besoin d'elle et que pour ça elle ne peut pas quitter sa maison (son medecin de famille lui a dit que c'était faux, que c'est qui est malade, mais elle s'enferre).
coté ami : la réponse est non, elle a formé des murs autour d'elle en se coupant de tout, son entourage immédiat est celui de son ami, dont elle ne ressent que des choses négatives et 'mauvaises' (parano?),
geographiquement elle est éloignée de nous, sa famille.
pas d'assistante soc. dans l'entourage, mais une infirmière, dépassée, comme nous.
Nous envisageons de nous retrouvezr à plusieurs membres de la famille pour aller la voir faire bouger les choses. mais je sais qu'elle le prendra comme un affront, une attaque ;
coté psy, elle dit ouioui, je vais aller voir un psy, en 6 mois rien n'a bougé.

Là ma question est vraiment de savoir si l'on peut hospitaliser qq1 contre son gré si psychologiquement cette personne est très perturbée, n'est plus elle-meme, et physiquement au bout du rouleau.

merci pour votre avis,
et votre soutien !!

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour melulu,

Comme je vois, je n'est pas de tout repos pour toi et ta famille. Ce serait bien que vous lui parliez tous ensemble lors d'une rencontre familial. Il est certain, qu'elle ve le prendre comme un affront mais ne vous y laissez pas prendre car elle va jouer sa carte avec ça !!!!

Oui il est possible de la faire hospitalisé contre son gré si vous sentez qu'elle met sa vie en danger.
Par contre ce ne sera pas facile mais il faut persévéré et ne pas la laissé sombré, ce dont elle fait en ce moment.
Elle se détruit à petit feu ainsi que toute votre famille !!!!

Agissez pendant qu'il en est encore temps, elle saure bien vous en remercier plus tard. Lorsque l'on aime quelqu'un, il est normal de se soucié de son bien-être !!!!!!

Je vous souhaite bon courage et bonne chance dans cette démarche !!!!!

gros, gros bisous
jory-lou

Portrait de melulu
J'aime 0

Jory-lou

tout d'abord merci, à nouveau, puisque vous etes le seul à m'avoir écrit qq mots !!

en effet, une concertation familiale se profile, et avant d'aller voir ma mère chez elle, ce WE, nous allons aller à la rencontre de médecins directement dans un hopital généraliste, dès demain, pour savoir comment faire : les conditions de l'HDT d'extreme urgence nous semblent, hélas, remplies.....
Cela dit, nous ne savons pas si ce sont des centres spécialisés, agréés, .... qui accueillent ces cas précis, et s'il existe une liste offcielle consultable, (si oui où la trouve-ton?) ou si n'importe quel établissement peut être sollicité. Sauriez-vous me l'indiquer ?

D'autre part, pour le(s) certif. méd., je ne suis pas sure, je doute meme fort, que le médecin traitant de ma mère, bien qu'il la suive depuis plusieurs mois et qu'il ait constaté les "dégats", accepte de remplir la demande d'admission. Nous l'appelerons demain, mais s'il refuse ("les gens sont libres, nous ne sommes pas sous dictature" m'a-t-il déjà dit) y a-t-il un art. du serment d'hippocrate, ou qqchose ds la déontologie des médecins que nous puissions invoquer pour le faire changer d'avis ? Ou évoquer une suspiscion de korsakoff (mais nous ne sommes pas dr !).

Si vous-même êtes médecin, que nous conseillez-vous ?

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Melulu,

Dans un cas comme le vôtre, le médecin de votre mère n'est pas supposé de s'opposé à la décision unanime de la famille, surtout quand il s'agit de sa santé mentale. Au contraire, il devrait comprendre la situation car si elle n'est pas prise au sérieux, cela peut s'avéré extrêmement difficile à surmonter pour votre mère.

Par contre, ce que tu dois comprendre c'est qu'il va probablement être indispensable qu'elle soit admise en psychiatrie. Ne t'en fais pas, cela ne veut pas dire qu'elle est folle. Cela signifie simplement que lorsque un cas semblable à ta mère se présente, il ne peut en être autrement.

Elle souffre probablement de dépression sévère et elle doit avoir les soins nécessaire à son état et le département assigé au traitement de dépression est habituellement la psychiatrie. De plus tu dis qu'elle a rechuté avec l'alcool, ce dont elle ne doit pas être fière.

La culpabilité, la perte d'estime de soi et les chocs émotionnels peuvent conduire à un état semi-végétatif. Je m'explique : elle choisit de ne plus se battre et perd peu à peu goût à tout ce qui l'entoure et cela même si elle est entouré d'amour de sa famille.

Ce qui est certain, c'est qu'elle a besoin d'aide et dans l'immédiat !!!
Donc, écouté votre coeur et songé au bonheur retrouvé de votre mère.
Ce qui est important c'est ta mère et son état émotionnel, préparez-vous tous en conséquence lors de la rencontre avec son médecin traitant afin qu'il signe les papiers nécessaire à son admission car cela est indispensable. Monter votre propre dossier et faites-lui part de toutes vos inquiétudes.

Je vous souhaites bonne chance et bon courage, vous allez en avoir doublement besoin. Je croise les doigts afin que tout se passe dans la compréhension et l'intérêt pour la santé de ta mère.
Tiens-moi au courant, si tu veux bien évidemment et si tu as besoin de parler, je suis là !!!!

Mes pensées vous accompagnent, toi et ta famille !!!
gros, gros bisous
jory-lou

Portrait de numerosix
J'aime 0

Bonjour Melulu

Je suis dans un cas tres semblable au votre.

En l'occurence il s'agit de mon père. Terrain alcoolique depuis longtemps (il a 65 ans). Choc physique récent (accident de voiture).
Depuis, un état qui ressemble au syndrome de korsakoff, mais pas de diagnostic posé.

En plus un bras cassé, qu'il refuse de faire soigner (il trouve toujours de mauvais pretextes pour remettre a plus tard).
J'habite a 500 km de chez lui, fils unique, il est en froid avec la fratrie.

Alerté par des amis a lui, je suis alle passer 2 semaines pres de chez lui pour l'aider et j'ai constaté l'ampleur des degats.

Amnésie, fabulation, alcool toujours, appartement degueulasse (il vit seul), refus de se faire soigner et d'accepter la gravité de la situation.

A l'heure actuelle je suis perdu. Qu'est-ce que je dois faire, qu'est-ce que je peux faire ? J'ai essayé de le convaincre, puis de le forcer, a faire au moins soigner son bras. Rien a faire, pretextes sur pretextes. "J'irai demain ou apres demain".
Le corps medical me renvoie au fait qu'il ne met en danger ni sa vie ni celle d'autrui, et qu'on ne peut pas le forcer a se faire hospitaliser. Donc, sortie contre avis medical.

A l'heure actuelle, il est en vadrouille quelque part dans le sud de la france, il boit encore et toujours, il ne s'est toujours pas fait soigner le bras, et il persiste a penser qu'il a une conduite rationnelle.
Bien sur, il a de plus en plus de mal a gerer ses comptes (loyer, telephone...).
Je le sens en train de perdre pied, je crois que parfois il se rend compte que quelque chose ne va pas, mais qu'il refuse de l'admettre.

Il est encore borderline je pense, en partie autonome, il est capable de prendre le train tout seul et de descendre a la bonne gare, mais oublie ce qui s'est dit quelques jours auparavant.

Bien sur, j'ai tout fait pour le convaincre. Ses amis egalement ont tenté de le convaincre de se faire admettre en milieu hospitalier, au moins pour faire soigner son bras. Il est allé dans ce sens a plusieurs reprises, mais est sorti au moins deux fois de l'hopital avant de se faire operer.

Bon sang, qu'est-ce que je dois faire? Qu'est-ce que je peux faire? Et puisque je ne peux pas le convaincre, et qu'il n'est pas en mesure d'admettre la gravité de son état, dans quelle mesure puis-je le contraindre a se faire soigner ?

Merci de vos reponses, je suis dans le desarroi le plus total.

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour à vous deux,

Que c'est triste de constater que ceux qu'on aime refuse de façon catégorique notre aide qui pourtant serait leur planche de salut !!!
La question est et demeure l'intérêt qu'ils/elles portent à leur vie et leurs proches,
il ne veulent pas admettre qu'il ont un grave problème et qu'ils/elles ont besoin d'aide.....
Ce que je trouve déplorable c'est que la famille n'a pas droit au chapitre comme quoi, ils/elles n'ont pas leurs mots à dire...pourtant ils s'agit de parents et non d'inconnues. Alors pourquoi se fait-il que les médecins refusent sur l'avis de la famille ( complète) d'accéder et de dont ce pour quoi il a choisi ce métier !!!

Le principa,, essayé de garder un bn contac avec la réatité et profiter pleinment d'eux pour qu'ils s''installent un climat de confince !!!!

Donné moi de vos nouvelles, je vous le southitr drteoive

Portrait de numerosix
J'aime 0

Mon pere est chez moi depuis hier.
Syndrome de korsakoff (peu avancé encore).
Pour moi le principal serait qu'il se fasse soigner pour un bras cassé depuis environ trois mois, et qu'il accepte chez lui une aide menagere, a laquelle il a droit.
Pour les deux choses, meme reponse: "je vais m'en occuper".
Le bras, ca fait trois mois, l'aide menagere ca fait un an.
Et si j'insiste, c'est le mur, l'agressivite, "fous moi la paix".
Pourtant relation de confiance forte.

Je ne sais pas par quel biais passer pour qu'il accepte la gravite de sa situation, et comment faire pour qu'il accepte mon aide, et le fait de devoir s'occuper de lui meme.

Quoi faire ???

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour numerosix,

Je vois que tu es dans une mauvaise passe et qui continue malgré les efforts que tu fais. Si tu veux, je vais te donner un truc, je ne sais pas si ça va marcher mais tu n'as rien à perdre d'essayé.
Au lieu de le pousser à se faire soigner, joue le grand jeu...
dis-lui qu'il a l'air beaucoup mieux, que tu t'inquiétais pour rien de son bras car tout est rentré dans l'ordre de lui même. Fais exprès de renverser des choses près de lui et laisse-les traîner. Fais comme si sa présence et son état était normal, même si ça te dérange.
Ça vaut la peine d'endurer cet état de choses quelques jours et laisse venir.....
Je suis presque persuadé qu'il va lui même te faire la remarque que tu as changé et qu'il ne te comprends plus....ignore ce qu'il te dit et fait celui qui ne comprends pas !!!!

Essaie-le et tiens-moi au courant !!!!
À très bientôt
bisous
Jory-lou

Portrait de numerosix
J'aime 0

Bonjour Jory-lou,

Merci pour ton conseil qui me parait tres sense. Helas mon pere etait deja reparti quand ta reponse est arrivee.
Durant ses quelques jours ici, il a realise que qqch ne va pas, mais j'ai bien peur qu'apres son retour, il retrouve ses constructions mentales et oublie ces instants de lucidité.

Durant sa presence ici on a parle de tout ca, parfois assez calmement, et de plein d'autres choses. Il y a eu malgre tout des moments agreables, mais pressé de repartir, sous la pression de priorités plus ou moins réelles, il n'est resté que qq jours.

En attendant, les vraies priorités passent à la trappe. Des mois de retard de loyer, téléphone coupé, je pense qu'on s'achemine vers une curatelle, meme si ca me fait bien ch***.

Il devait revenir ce week end, bien sur je n'ai pas de nouvelles, je suppose qu'il n'a pas fait ce qu'il avait prevu, et qu'il m'avait annoncé (loyers en retard, hopital), et qu'il ne veut pas l'assumer, du coup je suis sans nouvelles.

Bon je vais pas raconter ma vie.
Pour ceux et celles qui arriveraient sur cette discussion en cherchant comme moi une solution a leur situation, que dire? Patience, calme, compréhension, et essayer de travailler en relation etroite avec le tissu socio-medical (voyez generaliste, medecins, services sociaux...).

De toute facon, c'est long, ca prend du temps et de l'energie.

Et jory lou, je retiens ton conseil, ca vaut le coup d'essayer si j'en ai l'occasion.

Merci et a bientot

Portrait de cedric
J'aime 0

bonjour,
je viens de lire ton message. Effectivement la situation est délicate.
Cependant il existe une solution pour obliger ta mere a se soigner. Cela s appelle une HDT, hospitalisation à la demande d'un tiers, ne crois pas que ce ne soit que pour les fous, bien au contraire, le refus de soins est grave dc la HDT est une possibilité. Ton médecin t a dit une bêtise, heureusement qu il n'y a pas besoin de faire une TS pour faire qque chose.... Pour cela il te suffit de saisir SOS medecins, rediger une lettre expliquant le motif de la demande en indiquant ton identitée ainsi que celle de ta mere et les motifs de ta demande. Maintenant sache que si elle refuse de suivre l ambulance, elle pourra, conformément à la loi, y etre conduite "de force". Renseigne toi aupres de ta mairie au service social. La dangeresoité ne s applique pas qu aux autres, CAR NE PAS SE SOIGNER EST DANGEREUX POUR SOI.
Prends le temps de la reflexion, consulte des spécialistes et avec eux prends les décisions qui vont ds l interet de ta maman.

Beaucoup de courage et tiens nous au courant.

Amicalement. Cédric

Portrait de numerosix
J'aime 0

Bonjour Cedric,

concernant l'HDT, pour ce que j'en sais, il faut que la personne concernee mette en danger les autres, ou sa propre existence.

Apparemment la notion de 'se mettre soi meme en danger' est tres floue. Je suppose que la TS entre dans ce cadre, par contre le refus de soins concernant une pathologie non létale n'es pas concerne.

Participez au sujet "sos : obliger un parent à se soigner ?"