Portrait de chaperlipopette

bonjour
suite à six ans de benzodiazépines, d'une fréquence de trois cachets 0,50par jour, qui ne traitaient pas mon problème premier de déglutition que j'ai depuis six ans et ai toujours à ce jour, j'ai pris la décision de m'en débarrasser.
En janvier 2012 je suis passée à 0,25 le matin, et 0,50 le midi et le soir.
mi février je suis passé à 0,25 matin, midi, et soir.
mi mi-janvier parfois je me sentais assez mal, mais depuis début mars, je souffre de symptômes divers et variés tels que:

-épuisement. (Tout me demande un effort, j'en ai envie de pleurer)

-courbature extrême. (Je suis obligée de me masser le corps en particulier les jambes et les bras, et tout déplacements me coutent tant il me semble que je vais m'écrouler)

-dépersonnalisation. (Tout me semble parfois irréel, comme si je n'avais plus de maîtrise, je fais tout en automate me demandant comment j'ai pu le faire, si même je l'ai fais, je m'écoute parler et donc l'angoisse et la panique arrivent)

-Maux de tête et tachycardie,idées noires ( je ne me sens plus capable de rien) et impression de perdre connaissance font partis du lot.

J'ai consulté mon médecin qui m'a envoyé chez un psy pour m'aider dans mon sevrage, mettant tous mes symptômes sur la diminution du traitement.
le psy quant à lui m'a dit l'inverse, et met la dépression comme cause.
Il m'a donné lundi, Citalopram pour m'aider tant dans la dépression que dans la diminution et de l'arrêt du benzodiazépine.
j'ai eu la nausée 1:00 après le premier cachet.
n'ayant rien pu manger ou garder pendant deux jours, je suis retournée le voir aujourd'hui.
Je dois commencer demain du Deroxat en solution buvable 2,5ml a augmenter tous les trois jours pendant 10jours pour atteindre les 10ml.

J'espère de tout coeur que ce dernier va m'aider, car je ne peux plus rien faire. Je suis obligée de couper les journées en dormant le matin si je veux pouvoir être "active" l'après-midi et vice versa. (active au sein de ma maison, aller dehors c'est encore une autre histoire. )

Je prends tous les matins depuis quelques jours les cachets "coups de fouet"pour pouvoir espérer ne pas m'endormir 4:00 après mon réveil.
je suis toujours à 0,25 trois fois par jour plus une moitié si je me sens mal.

Je viens de me marier, et je fais la plus pathétique épouse qu'il soit.
il était habitué à ma petite santé mais pas à ma léthargie et a mon incapacité à faire quoi que ce soit.
(sachant que je vais me marier religieusement le 30 juin)

Je voudrais donc savoir si d'autre personnes que moi ont eu ce genre problème, avoir des témoignages, des pistes à suivre, et surtout savoir si des personnes ont réussi à se débarrasser des benzodiazépines.

je voudrais aussi savoir si effectivement il est improbable que tous les symptômes soient mis sur la réduction des benzodiazépines ?

merci d'avoir lu tout mon pavé et encore plus de lire le témoignages et avis.

affectueusement

"N'acceptez aucun compromis. Vous êtes tout ce que vous avez." (Janis Joplin)

Portrait de Purkinje
J'aime 0

Renseignes toi sur l'effet nocebo médicamenteux et la plupart de tes symptomes semblent ceux du servrage ordinaire aux benzodiazépines.
C'est le pouvoir du psychique sur le physique

Mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain)

Portrait de chaperlipopette
J'aime 0

Merci de ta réponse.

je suis consciente que oui cela doit etre du a la diminution du medicament et que sans ce medicament tout remonte et que donc les deux cumulé je ne peux pas etre bien, mais je cherchai surtout des temoignages... savoir si des personnes avaient vecu la meme choses ou non.

"N'acceptez aucun compromis. Vous êtes tout ce que vous avez." (Janis Joplin)

Portrait de Purkinje
J'aime 0

Beaucoup de personnes avec un traitement long, et addictif notamment, ressentent les effets du sevrage, c'est un processus physiologique normal d'adaptation aux substances exogénes.
Donc faut pas s'inquiéter, cela passera avec le temps de réadaptation d'ici 2 à 4 semaines habituellement.

(Si le témoignage d'une étudiante en médecine te suffis ;-) Bonne continuation !)

Portrait de benzodépendante
J'aime 0

dangereux donnant de faux espoirs et personnes dépendantes de cette molécule destructrice.

Portrait de benzodépendante
J'aime 0

Oui, le sevrage de cette molécule est pénible, et les rechutes nombreuses, je n'en peux plus.
2 à 4 semaines c'est de l'utopie !
J'a essayé durant des mois en diminuant par dose que je prenais longtemps, puis je rediminuais etc.
Il faut un soutien moral aussi sinon on rechute.
L'étudiante en médecine devrait revoir ses notes ou les corriger car on n'est pas sevré à 2 à 4 semaines ! n'importe quoi et dangereux d'écrire ça.

Portrait de benzodépendante
J'aime 0

Benzo, Merci pour votre lien !

Participez au sujet "SEVRAGE benzodiazepine!"