Portrait de vivi

j'ai été opérée de plusieurs fibromes. Aprés analyse, un était un léiomyosarcome.
J'ai passée un scanner thorax-abdo-pelvien, il n'y a rien. la question est faut-il
enlever le col ? Le cas du sarcome utérin est trés rare et peu de professionnels en ont rencontré.
Donc si vous connaissez des cancérologues sur des cas rares merci de me le dire.

Portrait de viva
J'aime 0

Bonjour,

Je ne suis pas cancérologue mais ma maman a un léiomyosarcome utérin. Contrairement au votre, il a été détecté losrque la tumeur était déjà grosse.
Le sarcome est un cancer qui évolue rapidement mais si votre tumeur a été détectée et enlevée, c'est que vous etes entre de bonnes mains. Les médecins savent ce qu'ils doivent faire (généralement!!!!).
Si vous avez des doutes vous pouvez éventuellement contacter des instituts spécialisés dans les cancers (cf. Institut Gustave Roussy à Paris, Paolo Calmette sur Marseille...).

Si je peux vous renseigner sur autre chose...

Cordialement

Portrait de vivi
J'aime 0

Je vous remercie de votre réponse. Effectivement, j'ai pris pris contact sur Marseille avec le Pr Florence DUFFAUD spécialisé sur la recherche du sarcome utérin. Elle se trouve à l'hopital de la Timone service oncologie.
Elle m'a préconisée l'ablation du col et des ovaires avec une radiothérapie pour la paroi du péritoine.
Je suis donc ré-opéré le 12 juillet.
J'espère que votre maman va mieux.

Merci

Portrait de viva
J'aime 0

Je trouve ca tres bien que vous vous fassiez réopérer! Ca ne sert à rien de jouer avec le feu! Comme les symptomes sont difficiles a repérer quand on ne veut plus avoir d'enfant il vaut mieux tout enlever avant qu'il n'y est d'autres développement.

Vous croiserez peut etre maman car elle est elle aussi à la Timone! Je vous y verai peut etre aussi!

Bonne continuation... a bientot, peut etre!!!!

Portrait de anonymous
J'aime 0

Courage Vivi... je suis de tout coeur avec vous !

Portrait de anonymous
J'aime 0

En 2002 mon épouse a présenté un sarcome indifférencié de l'utérus diagnostiqué tardivement . L'hystérectomie a été catastrophique du fait des adhérences et a provoqué une infection locale rapidement mortelle.
Ceci pour insister sur un dépisatge précoce par des gynécologues confirmés.
Sinon je souhaite aux personnes atteintes beaucoup de courage. avec toute ma sympathie

Portrait de anonymous
J'aime 0

Comme vous mon épouse souffre d'un léiomyosarcome. Détecté via l'opération d'un fibrome dont elle a été opérée, le chirurgien a remit cela pour cette fois enlever tout l'appareil génital. Les métastases avaient malheureusement fait leur apparition dans les poumons : il y avait une multitude de nodules dont le plus gros mesurait 3.5 cm. 2 semaines après l'opération, mon épouse commençait des séances de chimio à l'IGR, Villejuif. A la fin des 6 séances étalées sur 5mois (très dures physiquement et moralement) elle a été opérée du plus gros des kystes pulmonaires restant après cette chimio (il mesurait 2 cm) les 6 autres mois de 5 mm étaient inopérable car trop petits. A l'analyse ce kyste était nécrosé, donc mon épouse a été déclarée en rémission. 3 mois après, lors de la visite postopératoire avec le pneumologue, celui-ci, à la radio, à trouvé une "image bizarre". Le scanner a montré un nouveau kyste de cette fois 3 cm : nouvelle séances de chimio (plus ciblée d'après l'oncologue). Au bout de 2 cycle, c'est à dire aujourd'hui, mon épouse ne peut presque pus bouger tant elle a mal aux articulations, tousse dès qu'elle respire "un peu profondément". Demain lundi, nous saurons ce qu'il en est. Enfin nous espérons savoir tant les médecins manie bien la langue de bois et prennent de précautions (le débat est lancé quant à savoir s’ils ont raison, mais là n'est as le problème).
Voici donc un témoignage : rémission ou non, cette vacherie est une épée de Damoclès qu'il ne faut jamais ignoré et que le plus lourd des traitements ne doit pas être considéré comme "de trop". Tel est mon avis.
Je souhaite bon courage à toutes et tous ceux qui passent par ce douloureux et difficile moment : il faut tenir et faire bonne figure devant son proche malade, même si parfois on n'y croit plus du tout.

Participez au sujet "sarcome utérin"