Portrait de Invité

Bonjor tout le monde,

Je vous envois ce mail en espérant avoir une réponse à ma question.

je suis sous plavix 75mg depuis 2002. je voudrais savoir si il existe un coagulant de contact a mettre sur des petites plaies( suite rasage, crevasse saignate aux levres, petites et moyennes plaies en général)

En effet ces saignements durent très longtemps ( hier cela a dure deux heures suite à une crevasse dans la levre supérieure)

Il suffirait simplement d'avoir un produit qui coagulerait la plaie en surface pour arreter le saignement.

je vous remercie de votre aide et vous souhaite un bon week-end

Daniel

Portrait de arsinoé
J'aime 0

récemment mon mari a constaté que le silicium organique( G5 par exemple) a supprimé les saignements dus au plavix. C'est spectaculaire. Il en a bu 6 cuillerées à soupe par jour.Vous trouverez les renseignements sur internet. Bonne soirée. Arsinoé

Participez au sujet "saignements suite plavix"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "saignements suite plavix"

  • Médicament utilisé quand le taux d'hormone de croissance est inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation. On a alors recours à une hormone somatotrope (la somatrophine, le plus souvent UMATROPE) à raison de 0,4 à 0,7 Unités Internationales par kilo et par semaine, réparties en 7 injections sous-cutanées, le soir.

  • L'hormone de croissance est un médicament utilisé quand le déficit en hormone de croissance présente un taux inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation.

  • Le syndrome de Young, rare, se caractérise par l’apparition chez la femme d’une obésité acquise durant la grossesse et qui semble progresser d’une grossesse à l’autre.

    La mise au monde d’enfants mort-nés, trop gros, atteints de cardiomégalie (volume du cœur au-dessus de la normale), de diabète, d’hypoglycémie (chute du taux de sucre dans le sang) constitue le principal symptôme de ce syndrome qui serait consécutif à une sécrétion excessive d’hormones somatotropes pendant les grossesses.

    L’hormone somatotrope ou hormone de croissance (désignée par les Anglo-saxons par GH) stimule la croissance et règle l’équilibre nutritionnel.

  • La natriurèse est la teneur en sodium de l'urine. 

    La natrémie ou natrium, (terme tiré de l'espagnol natron : ancien nom du sodium, en anglais natraemia), désigne le taux de sodium (Na) contenu dans le sang, chez un individu ne présentant aucune maladie.

    Cette concentration de sodium est particulièrement fixe et réglée par l'hormone antidiurétique.

  • Le terme insuffisance pancréatique désigne le déficit du débit d'une ou des deux fonctions sécrétrices du pancréas.

    L'insuffisance pancréatique concerne d'une part la fonction exocrine c'est-à-dire celle qui se caractérisent par la sécrétion à l'intérieur de l'intestin des enzymes assurant la digestion des aliments (protéine, lipides et glucides) et d'autre part la fonction endocrine autrement dit la sécrétion à l'intérieur de la circulation sanguine d'hormone et principalement de l'insuline (qui fait baisser le taux de sucre dans le sang) et du glucagon (qui au contraire fait élever le taux de sucre dans le sang). L'insuffisance pancréatique peut également concerner les deux fonctions à la fois c'est-à-dire exocrine et endocrine.

    1) L'insuffisance pancréatique exocrine est le résultat de la destruction du pancréas à cause d'une pathologie concernant cette glande : une pancréatite, un cancer etc.. L'insuffisance pancréatique exocrine peut également être le résultat d'une obstruction du canal de Wirsung, canal qui transporte normalement les sécrétions externes vers le duodénum. Cette obstruction survient essentiellement au cours du cancer du pancréas. L'insuffisance pancréatique exocrine est une insuffisance qui se traduit par la présence de graisse à l'intérieur des selles (stéatorrée). Si l'insuffisances est sévère apparaît également une diarrhée ne s'accompagnant pas de douleurs, de nature graisseuse avec amaigrissement. C'est l'analyse des selles qui permet de faire le diagnostic d'insuffisance pancréatique exocrine. En effet, ces analyses mettent en évidence un excès de graisse et de protéines. Le traitement, en dehors de la cause, consiste à administrer des extraits pancréatiques par voie orale afin de suppléer au manque d'enzymes.

    2) L'insuffisance pancréatique endocrine est l'insuffisance de sécrétion de l'insuline ce qui aboutit dans la quasi-totalité des cas à une atteinte, sans doute de nature immunologique, concernant les îlots de Langerhans. Ceci aboutit à un déficit de sécrétion d'insuline (normalement sécrétée par les îlots de Langerhans) entraînant l'apparition d'un diabète sucré.