Portrait de KAZ26140

Bonjour,
j'ai une personne de mon entourage qui a reçu son résultat d'analyse immuno enzymiologique il n'y a qu'une seule ligne

TSH US 0,030mUI/l (0,340 à 5,600) antérieur 08/09 2,690

Est-ce matière à s'inquiéter ?

(traitement entre deux de Levothyrox 50)

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Il n'y a rien d'inquiétant.

La TSH n'est pas une enzyme mais une hormone.
Donc je ne vois pas trop ce que cela fait dans un résultat d'enzymologie.
Et encore moins en "immuno", puisque la TSH n'a rien à voir avec l'immunité.

Cela dit elle est très basse.
La personne est sous Levothyrox, donc cela peut impliquer qu'il y a surdosage.
Il faudrait savoir depuis quand elle prend ce traitement ?
Quels sont ses symptômes ?
Quels sont les résultats sanguins avant que la personne ne soit mise sous traitement ?
Et surtout il faut aussi faire analyser les hormones T3 et T4. La TSH seule ne peut pas donner le vrai et bon diagnostic.
A-t-elle eu l'analyse des anticorps antithyroïdiens ?
A-t-elle fait une échographie thyroïdienne.

Portrait de KAZ26140
J'aime 0

Bonjour,

en fait cela semble d'après mes recherches normal.
Elle a été opérée de la thyroïde il y a longtemps. La thyroïde a été enlevée à 90%. Donc ce traitement à pour but de diminuer/remplacer son utilisation.
Elle est suivie par une endocrinologue donc je ne pense pas qu'il y ait de soucis non plus.

Merci

Participez au sujet "resultat immuno enzymiologique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "resultat immuno enzymiologique"

  • La grossesse extra-utérine (appelée également G.E.U) est une grossesse qui se caractérise par le développement de l'oeuf fécondé par le spermatozoïde à l'extérieur de l'utérus. On dit il s'agit d'une nidation extra-utérine. Ce type de grossesse survient dans environ 2% des grossesses.

  • Le régime dans la grossesse et l'allaitement, en ce qui concerne les besoins énergétiques, se caractérisera par une augmentation d'une cinquantaine de kilos calories par jour durant le premier trimestre de la grossesse, de manière à atteindre progressivement plus de 150 à 300 kilos calories par jour à la fin de la grossesse.

    Il n'est pas conseillé de dépasser 10 kg de plus par rapport au poids habituel de la patiente.
    Les besoins en protéines sont de 20,5 à 2 g par kilogrammes et par jour. C'est la raison pour laquelle le régime végétarien, comprenant des protéines de nature végétale ayant une valeur biologique inférieure en théorie, est déconseillé.
    Les besoins en corps gras, c'est-à-dire en lipides et en acides gras saturés surtout d'origine animale et en acides gras saturés surtout d'origine végétale, devront être apporté sous la forme de 80 à 100 g par jour.

    Les besoins en glucides c'est-à-dire en sucre seront de 250 à 300 g par jour. Il sera préférable d'absorber du sucre dont l'assimilation est lente tels que les céréales, les légumes, les fruits, les pommes de terre et les féculents plutôt que les sucres de type saccharose c'est-à-dire les sucres raffinés ou sucres de table.

    Les autres nutriments qui devront être apportés durant la grossesse et l'allaitement sont :

    • Le ferqui est contenu dans les légumes riches en fer comme les lentilles par exemple et les légumineuses de façon générale. Il est souvent nécessaire d'apporter un supplément de fer (sous forme médicamenteuse assimilable par l'organisme) à partir du quatrième mois de la grossesse.
    • En ce qui concerne le calcium et le phosphore, la consommation de laitages et de fruits secs (quand les laitages sont déconseillés par exemple en cas d'allergie) est généralement suffisante. Les fruits secs sont avant tout les amandes, les noix, les noisettes, les abricots secs et les pruneaux secs qui apportent également du potassium.
    • La consommation de sodium ne doit pas dépasser 10 g par jour soit pour les spécialistes 170 millimolles par jour. L'apport en sodium doit être diminué si la patiente présente une atteinte rénale ou une élévation de la tension artérielle (néphropathie ou hypertension artérielle).
    • Les besoins en vitamines et en oligo-éléments sont augmentés durant la grossesse. Il s'agit avant tout de la vitamine B et de la vitamine C dont la source essentielle est le fruit et le légume. Un régime équilibré doit normalement couvrir les besoins en vitamines de toutes sortes. En cas de doute la femme enceinte peut avoir recours à des médicaments contenant des polyvitamines, du fer, du calcium, du phosphore, du potassium et des oligo-éléments. Bien entendu le recours aux polyvitamines doit se faire sur conseil médical (gynécologue-obstétricien, diététicien, généraliste). Certaines préparations médicamenteuses à base d'oligo-éléments contiennent également des sulfites (en particulier pour le cuivre). Ces médicaments doivent être déconseillés même en dehors de la grossesse.
    • L'alimentation, en ce qui concerne l'allaitement, sera identique à celle du dernier trimestre de la grossesse.

    L'alcool est déconseillé durant toute la grossesse et l'allaitement. Il en est de même des médicaments et de certains traitements phytothérapeutiques (faisant appel aux plantes médicinales). (voir syndrome d'alcoholization focale : SAF)

  • Durant la grossesse, le nombre des plaquettes doit être identique à ce qu'il est en dehors de la grossesse, c'est-à-dire compris entre 150 000 et 300 000.
    La thrombopénie (baisse du nombre des plaquettes) durant la grossesse est soit un signe de curiosité biologique, soit un signe d'alerte important concernant une éventuelle pathologie de la mère ou de l'enfant.
    Le taux de plaquettes s'abaisse en fin de gestation et, chez 8 % des femmes, le taux est quelquefois inférieur à 130 000 par millilitre, voire à 100 000 par litre.

    On ne connaît pas exactement la cause de la thrombopénie. Le risque d'hémorragie durant l'accouchement est nul si la femme a plus de 100 000 plaquettes par millilitre.

     

     

  • La survenue de saignements durant le premier mois de la grossesse ne doit pas inquiéter outre mesure la femme enceinte.

    Il s'agit de saignements plus ou moins abondants qui surviennent généralement à la date habituelle des règles. Il n'y a pas d'ovulation à la suite de celles-ci et donc aucun danger pour l'embryon.

    Néanmoins, ces fausses règles, c'est ainsi que l'on pourrait les appeler, ont l'inconvénient d'inquiéter la femme enceinte et de lui faire croire qu'elle n'est pas enceinte et donc éventuellement de lui faire abandonner quelques principes habituels de prudence qui sont de mise au début de la grossesse.

    Il faut néanmoins savoir que chez certaines femmes enceintes, ces saignements sont susceptibles de signaler une fausse datation de la grossesse.

    Les autres causes de saignement le début de grossesse, en dehors des fausses règles ou à des règles anniversaires, peuvent être cette fois-ci plus embêtantes. En effet, ces saignements sont susceptibles d'être le témoin d'une grossesse extra-utérine. Dans ce cas l'écoulement sanguin est abondant et généralement de couleur foncée.

    Quand il s'agit de saignement clair survenant en début de grossesse, le plus souvent ceci ne représente aucun danger et ne compromet pas la poursuite de la grossesse.

    Il faut néanmoins signaler tout saignement à son gynécologue ou à son médecin traitant.

  • ... (ventre). Ceci survient essentiellement quand la future maman s'allonge. En effet, dans ces conditions le sang contenu à l'intérieur ... les tissus (les chairs qui composent l'organisme de la maman et celui du fœtus) est sécrétée en plus grande quantité. Cette ...