Portrait de quiquine

Bonjour,
Je viens vers vous afin d'obtenir des témoignages de personnes qui suite à un stress ou choc émotionnel, ont déclenché une maladie ou tout autre symptôme (comme perte de cheveux).
J'ai moi-même eu un cancer du sein suite à l'annonce de la maladie de mon fils dont je me permets de vous raconter son tragique parcours.

Mon fils François agé de 16 ans, était atteint d'un déficit immunitaire génétique rare dianostiqué à l'âge de 11 ans et suivi depuis par le Pr Fischer à Necker. Sa maladie était très bien contrôlé d'une part par l'attention que nous, ses parents, lui portions et agissions au moindre problème infectieux qui, s'il n'était pas pris à temps, pouvait mettre sa vie en danger, et d'autre part par un traitement d'immunoglobulines en perfusions toutes les 3 semaines, perfusions faites à domicile par moi-même pour éviter à François des hospitalisations, ce qui lui permettait de ne pas manquer les cours et d' avoir une vie normale comme ses copains.
Pour cela j'ai suivi une formation pendant 6 mois à Necker et était très heureuse de pouvoir partager ces moments avec lui et cela me donnait l'impression de m'amender vis à vis de lui, puisque sans le savoir et encore moins le vouloir, c'est moi qui lui est transmis mon déficit mais multipliait par 1000 voire plus.
François vivait normalement, il faisait du sport (yoseikan budo), il aimait faire de la musique (flûte, piano, saxo) et a fait parti de deux harmonies municipales, il était curieux de tout savoir. Au collége et au Lycée, il participait à tout ce qu'on proposait, cours de soutien en maths, anglais, français. En 3ème en plus du Brevet, il prenait le midi des cours d'initiation à l'aéronautique. Ses résultats étaient très bons, il a été reçu au Brevet des collèges avec 15 de moyenne et également au BIA (brevet d'initiation aéronautique) en étant un des plus jeunes parmi des adultes. Il adorait la vie, son frère avec qui il partageait tout, la même chambre, le même collège, les mêmes activités sportives et musicales, les mêmes passions, les mêmes jeux, et également les mêmes copains avec qui il formait un groupe très soudé. Il n'avait que 14 mois d'écart, presque des jumeaux comme on me l'a fait d'ailleurs remarqué plusieurs fois. Pour lui, "tout le monde il était beau, tout le monde était gentil", il ne voyait le mal nulle part et il me fallait parfois lui ouvrir les yeux sur certains profiteurs de sa bonté.
Il a été bien sûr hospitalisé quelques fois pour des problèmes liés à sa maladie, mais à chaque fois il y avait eu un stress (entrée en 6ème, baisse de forme scolaire pour laquelle il se culpabilisait).
A part çà, tout allait le mieux possible, ses résultats sanguins étaient bien stabilisés, le 20 avril 2005 nous avions vu le Professeur Fischer qui à cette occasion reculait le rendez-vous semestriel. Il devait rentrer en terminale S.
Mais le 23 mai, à la sortie du lycée, il a été agressé par 2 mineurs alcoolisés (3l. de bière chacun) et à partir de là, la descente aux enfers à commencé. Le 25 mai, ses résultats sanguins commençaient à baisser sans jamais plus remonter malgré les traitements tentés. Suite au stress accompagnés de bégaiements et de prostration, il a déclenché une anémie hémolytique auto-immune (en plus clair, il fabriquait des anticorps contre ses propres cellules sanguines en les détruisant)
Son calvaire a duré 9 mois, dont 8 mois d'hospitalisation entre l'hôpital d'armentières et Necker, avec aplasie médullaire, 2 greffes de moelle osseuse, son frère étant donneur compatible à 100%. La 1ère n'a pas pris. On a refait une deuxième le 26.12.05 qui a été réussi à 100% mais celle-ci, faite dans un service de réanimation adulte toujours à Necker d'une inhumanité exceptionnelle et d'une hygiène plus que douteuse et surtout sans application stricte des règles d'hygiène imposées pour un malade en aplasie. Les 3 mois passés en réa, n'ont été que conflits surtout envers moi. On m'a déposédé de François en m'enpêchant de le voir, tous les pretextes étaient bon pour m'écarter, je me suis battue pour pouvoir être présente à ses côtés, on me conseillait de faire mes emplettes de Noêl alors que François était au plus mal, etc... ET....
Le résultat est que François nous a quitté le 27.02.06, avec la greffe de son frère, emporté par une maladie nosocomiale.
Notre histoire est très longue et douloureuse. Nous sommes en procès contre les 2 mineurs mais il faut qu'un expert en maladie rare de la cour de cassation de Paris (lui qui n'a jamais connu François) décide si le déclenchement de la maladie et l'agression sont en relation, ce qui pour moi sa mère est incontestable. Moi, je connaissais François plus que quiconque mais mon avis ne compte pas pour la justice, il faudra que ce soit un étranger qui décide.
Pouvez vous m'aider et en quelques sortes apporter de l'eau au moulin
Merci d'avance
La maman de François, Alexandre et sa soeur Laetitia

Portrait de anonymous
J'aime 0

Ces textes vous aideront peut-être :

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/stress-(generalite)-4388.html
Stress (généralités) : causes, symptômes, traitements, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/stress-et-sante-4390.html
Stress et santé : causes, symptômes, traitements, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/stress-et-immunite-4389.html
Stress et immunité : causes, symptômes, traitements, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour, voilà je m'apelle Morgan (masculin), je viens d'avoir 25 ans et grace à votre message sur ce forum, je vais peut être enfin être compris mais aussi sans doute vous aider.

Nous sommes le 16 mars 2002, je suis en voiture avec des amis un samedi soir pour rejoindre une discotheque de ma région (62). Arreté à un banal feu rouge, j'apperçois une lumière vive dans mon retroviseur. Je n'ai pas le temp de dire "attention" ni même de crier car c'est le choc. Une violente collision me projete contre mon siege, un homme ivre mort vient de m'embouttir. Je n'ai rien de cassé malgré la violence du choc, un miracle selon la gendarmerie. A partir de cet accident je commence à aller mal, peur de la voiture, stress intense à chaque grincement de pneu, une paleur chronique qui s'installe, des essoufflements, un comportement anormal depuis cet accident. En juillet 2002 je suis cadaverique, nous faisons des bilans sanguins et nous decouvrons que je suis atteint d'une aplasie medullaire severe qui selon les resultats daterait de trois mois anterieur. Hospitalisation d'urgence, intention de greffe avec mon frere compatible mais les medecins privilegient le traitement par serum qui foncitonne à merveille. Je suis debout et recommence le sport de haut niveau à peine un an après. Octobre 2004, je n'ai plus besoin de cachet pour cette maladie. La nouvelle vie s'installe en me demandant toujours et toujours quelle est la raison de cette aplasie car d'après les courbes d'hemogramme les resultats en baisse correspondent à une periode d'anxieté ou de stress. Pour soigner mon moral je decide de faire une cure psychosomatique qui se deroule a merveille. Mes bilans sont excellents tout va bien jusqu'au jour ou ......Je rentre de cure et ma petite amie m'annonce notre rupture, gros choc pour moi, imcomprehension et mon hemogramme commence a baisser baisser baisser baisser baisser. Je dois arreter le boulot en novembre 2005 pour reprendre en mi temps qu'en juillet 2006. Aujourd'hui je suis toujours à mi temps mais ma rupture et toujours dans la tête. J'ai du subir une transfusion le 1 octobre de cette année car je descendais très bas. Remonté à 12,3 d'Hg je suis deja descendu a 10. J'aimerais être aussi reconnu comme ayant une maladie declenchée par un choc emmotionel car pour moi mon accident de voiture n'y est pas pour rien. Je connais également une fille un peu plus jeune que moi atteint de la meme pathologie que moi et qui est persuadé aussi que sa maladie fut declenchée par un choc emmotionel. N'hesitez pas à me contacter.
Amicalement
Morgan

Portrait de 25 ANS DE SFC
J'aime 0

Bonjour, Quiquine.

Merci de votre temoignage. J'ai beaucoup de peine pour vous.
L'histoire de votre garcon est tres triste. Ce doit etre difficile de passer au travers d'une telle epreuve. Vous etes dans mes pensees.

Depuis plusieurs annees, je souffre de problemes physiques. J'ai appris a vivre avec mes symptomes qui etaient bien desagreables. Je suis allee souvent voir mon medecin. Tous mes tests revenaient negatifs.

Dernierement, mes symptomes sont devenus trop accaparants. Ils m'empoisonnaient l'existence. J''ai du arreter de travailler.

On m'a finalement diagnostique un syndrome de fatigue chronique.

Cependant, ma psy n'est pas d'accord. Ce serait plutot un
trouble somatofome (de somatisation ou de conversion?).
Ce qui vient rejoindre exactement ce que vous decrivez.

Dans mes recherches sur ce trouble, j'ai aussi decouvert l'article suivant (bien interessant!) qui traite de votre sujet:

http://www.lepoint.fr/sante/document.html?did=69933

J'espere que cet article vous apportera quelques reponses dans votre quete.

Bon courage!

Portrait de quiquine
J'aime 0

Je vous remercie beaucoup pour les communications d'articles sur le sujet qui me concerne; Cela me permettra de me faire mon opinion sur le processus de déclenchement, bien que pour moi il n'y aucun doute sur la relation entre l'aggravation de la maladie de François et l'agression qui a joué un rôle de détonateur. J'ai soigné mon garçon pendant 17 ans et je savais détecté rien qu'en le regardant quand cela n'allait pas ; cela s'appelle l'instinct maternel qui chez moi est extrêmement développé. Je ne sais pas encore quelle va être la décision de l'expert de la cour de cassation de Paris qui va être prise uniquement à la vue d'un dossier papier sans jamais avoir connu l'intéressé. Peut-il avoir un jugement impartial ? on Verra....

Portrait de madeline
J'aime 0

bonjour j'ai un tres gros probleme je c'est pas quoi faire j'ai 18 ans et parfois (le soir tar) je c'est pas pourquoi ni c'est quoi mais j'ai mon bras gauche qui durcit ce contracte je me met a tremblé pui sa monte au coeur puis j'ai chaud et froid mes jambe tremble et moi je panique sa veut dire quoi ??? aidez moi j'ai peur parfois j'ai l'emprésion que je vai mourrire j'en n'est parlé a personne sa me la fait 3 ou 4 fois merci de vite me repondre j'ai peur de dormire le soir car quand ji pence sa revien ( je c'est pas le mot exacte mais sa me fait des pulsion jai mes nerf qui saute)

ps : je sui une personne tres strésé avec beaucoup de haine je dor pas je mange de moin en moin aurez til un rappor et je pence j'ai des probleme de sag ma mere a deja eu des phlébite merci de vite répondre

Portrait de anonymous
J'aime 0

Hello, Bah alors ? c'est quoi ce stress hein ? Cool la vie. Je vais essayer de t'expliquer plusieurs chose mais je ne suis pas medecin, je ne te renseigne qu'a titre d'experience entre guillemets.

Déjà une chose est sur c'est que tu à l'air d'être une personne anxieuse voir hyperanxieuse. Tu dis que avoir tes soucis dès que tu y penses......Ca prouve que c'est en quelques sorte ton mental qui contrôle ton état dans lequel tu est dans c'est moemnts là mais cela n'exclu pas que tu as peut être un petit problème de palpitations ce qui n'est pas grave donc ne stress pas d'avance.

Pour exemple, en 2002 j'étai hospitalisé. Je devais être trois semaine en hopital minimum et au bout de 12 jours un medecin decide de me faire sortir...J'étai tellement anxieux et j'avais peur de sortir car à l'hopital j'étais en securité au cas ou. J'ai tellement pensé que si je faisais de la fievre je ne pourrais pas sortir que cette fievre est apparue. Encore plus fort, une fois j'ai decouvert un bouton pas ordinaire sur moi, j'ai consulté internet et des tas de maladies se referaient à ce genre de boutons. J'ai tellement eu peur et tellement stressé à l'idée d'avoir cette maladie que j'ne est developpé les symptomes alors qu'au final c'étai juste un bouton de passage.

Je suis quasi sur d'une chose c'est qu'une fois couché, tu attends qu'une chose c'est les premiers signes. A mon avis tu penses qu'au temblement je suis sur (c'est peut etre inconscient) ton esprit detail la suite le chemin des tremblements et ton corps suit. Essaye une fois quand ca arrive de penser que tu controle ce phenomene et que tu le stopp voir si tu arrives à le calmer.... Les premieres tentatives seront je penses infructueuses mais essaye sincerement. Prends le dessus sur ton inconscient. Plu facile a dire qu'a faire je te l'accorde.

Si je peux te donner un conseil, consulte quand même un medecin qui saura lui t'orienter plus precisement sur tout ça. Ne cherche pas des trucs et des trucs sur internet pour essayer de trouver ce que tu as car on le destin fait qu'on tombe toujours sur de sites qui nous casse le moral.

A bientot et no stressssssssssssss
Morgan

Portrait de anonymous
J'aime 0

J'aimerais bien avoir d'autres témoignages de personnes qui suite à un choc émotionnel, ont déclenché une maladie grave, une maladie auto-immune, une aplasie médullaire, un diabète ou autre. Merci d'avance pour vos témoignages. Je fais une petite enquête sur la relation stress et déclenchement de maladie.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Le texte ci-dessous vous apportera des éléments de compréhension de ce mécanisme complexe :

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/stress-et-sante-4390.html
Stress et santé, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

Portrait de malige
J'aime 0

Bonjour,

J'ai 24 ans,j'ai une anémie hémolytique auto-immune. Je ne sais pas trop se qui a déclenché cela.. peut être stress, les examens...Enfin bon, mon taux d'hémoglobine est déscendu à 5 . Je sors juste d'une hospitalisation où l'on m'a fait : scanner, radio des poumons, echographie, ponction de la moelle osseuse.. j'attends les résultats.. apparemment la destruction des globules rouges se ferait au niveau de la rate, cela pourrait venir aussi d'un kiste à l'ovaire.. c'est pas encore bien claire.
Je prend depuis 1 semaine de la cortisone : 120mg, mon taux d'hémoglobine a un peu augmenté hier : 5.7
Je me pose beaucoup de questions sur cette maladie, comment peut en guerrir, existe t-il une médecine alternative ? Est ce que les globules rouges peuvent remonter rapidement?
Merci pour votre aide
Elodie

Portrait de malige
J'aime 0

Bonjour,

J'ai 24 ans,j'ai une anémie hémolytique auto-immune. Je ne sais pas trop se qui a déclenché cela.. peut être stress, les examens...Enfin bon, mon taux d'hémoglobine est déscendu à 5 . Je sors juste d'une hospitalisation où l'on m'a fait : scanner, radio des poumons, echographie, ponction de la moelle osseuse.. j'attends les résultats.. apparemment la destruction des globules rouges se ferait au niveau de la rate, cela pourrait venir aussi d'un kiste à l'ovaire.. c'est pas encore bien claire.
Je prend depuis 1 semaine de la cortisone : 120mg, mon taux d'hémoglobine a un peu augmenté hier : 5.7
Je me pose beaucoup de questions sur cette maladie, comment peut en guerrir, existe t-il une médecine alternative ? Est ce que les globules rouges peuvent remonter rapidement?
Merci pour votre aide
Elodie

Portrait de quiquine
J'aime 0

Bonjour Malige,
j'ai lu ton message. Peux-tu donner plus de précisions sur tes symptômes, tes résultats sanguins si tu les as reçus ? Es-ce que tu as été voir un spécialiste ? Mon fils François, atteint d'un déficit immunitaire mais vivant normalement, a déclenché une anémie hémolytique auto-immune qui l'a entraîné vers une aplasie médullaire, et cela suite à une agression gratuite par deux mineurs ivres. Je ne suis pas médecin mais j'ai tellement étudié le sujet que peut-être je te serais d'une petite utilité en te faisant part de mon expérience douloureuse.
M-Christine.

Portrait de PL Lmt
J'aime 0

La réponse à vos interrogations, il faut aller la chercher du coté du Dr Hamer, qui développa la médecine nouvelle Germanique, pour lui toutes maladies est liées à un choc émotionnel intense.Tant que le conflit est actif la maladie continue.
Par exple une femme qui sent son enfant en danger de mort va développer un cancer mamère

Participez au sujet "Relation entre stress et déclenchement d'une maladie"