Portrait de Sarah88

Bonjour,
J'ai 21 ans et j'ai appris il y a un peu près 6 mois que je suis atteinte de rectocolite. Je souffre de cette maladie. Elle me rend malheureuse, je n'arrive pas à l'accepter et cela me gâche la vie et celles de mes proches. Je me renferme sur moi-même et ne veux voir personne pas même ma meilleure amie et mon petit ami.

J'aimerai pouvoir en parler avec quelqu'un qui vit ou a vécu cette maladie avec laquelle je vais devoir vivre toute ma vie... Peut-être cela pourra me rassurer et me raisonner. J'en ai besoin, mes proches aussi...

Je vous en remercie par avance.

Sarah

Portrait de Framboise44
J'aime 0

Bonjour,
Moi aussi je suis atteinte de cette maladie depuis 1985, j'ai aujourd'hui 45 ans.
Au début ce n'est pas facile, les crises étant assez rapproché. Mais aujourd'hui j'ai une crise envrion tous les 2 ans qui peut durer jusqu'à 2 mois sans traitement, mais avec du Pentasa en lavement cela passe assez rapidement.

Je pense qu'il ne faut pas se renfermer sur soi, car le psychique joue beaucoup, il faut s'organiser, prévoir, dans toutes les galeries commerciales je sais où se trouvent les toilettes. Il faut en parler à son entourage, pas facile car sujet tabou.

Il y a également des associations, en autre AFA.

Bon courage.

Portrait de chef7cie
J'aime 0

Bonjour,
atteint aussi par cette maladie, je suis trés proche de ce qu'a répondu Framboise44; j'aurai bientôt 50 ans et souffre de RCH depuis 1978.
Les premiers simptômes sont apparus lorsque j'étais aux études et à la suite d'une période d'examens laborieuse adjointe de contrariétés.
Pas évident à assumer, d'autant plus que jusqu'à +/- 30 ans certaines crises ont duré plus de 12 mois. Mais aujourd'hui je suis parfois 1 an et demi sans crise, et celles-ci sont en général traitées en moins de 2 mois.

On a essayé de multiples régimes, médicaments, et même la nicotine ! (je suis non-fumeur), j'ai vu plusieurs professeurs réputés, ...mais la cause principale étant d'origine nerveuse, seul les traitements traditionnels et la tranquilité de l'esprit ont eu raison à chaque fois de ces poussées. Bien sûr toujours avec le suivi de mon gastro-entérologue.

Facile à dire, beaucoup moins à faire : "cool" et "no stress" sont les premiers remèdes, je pense que parler de sa maladie avec son entourrage détramatise la chose et redonne confiance en soi surtout lorque l'on prend consience qu'il y a beaucoup plus grave autour de nous. Pour moi le sujet n'est pas si tabou que l'on peut le croire.

J'ai toujours mené une vie normale; famille, enfants, sports, sorties, voyages, etc...

Tu as donc de l'avenir, courage et confiance, il y a tant de choses à vivre et ce n'est pas une RCH qui t'en empêchera.

Rudy.

Participez au sujet "Rectocolite Ulcéro Hémorragique"

Articles à lire concernant "Rectocolite Ulcéro Hémorragique"