Portrait de lartichaux

Bonsoir à tous
et joyeuses fêtes!

Je dois admettre que je consulte très rarement et que la santé a toujours été le dernier de mes soucis. Non pas que j'entretienne une sainte horreur de la médecine traditionnelle, disons plutôt que je reste septique et que j'ai vécu bon nombres d'histoires incroyables chez des chamans en tout genre... Si je viens à vous aujourd'hui c'est parce que le froid de l'hiver français fait renaitre une douleur disparue depuis longtemps et un élan de rationalisme me pousse à croire que votre science pourra peut être m'éclairer.

Au gré de mes voyages, j'ai chopé un joli nombre de petites infections et autres désagréments mais le plus désagréable semble revenir aujourd'hui. Il y a prés de 3ans, à quelques 4000m d'altitude, aprés deux mois de crachats de sang quasi quotidien, j'ai fait un bref séjour dans un hopital de Bolivie où l'on m'a confirmé après 3 jours de tests sanguins et de radio/échographies, que je n'avais ni la tuberculose ni une quelconque infection pulmonaire et que je ne souffrais d'aucune maladie pouvant expliquer les 80.000 globules blancs dans mon micro litre de sang. Je suis sortie soulagée... pour me refaire internée 10 jours plus tard, en urgence cette fois ci, sous l'effet d'une douleur atroce sous le sein droit, accompagnée d'une incapacité à inspirer et à lever le bras. Aux radios: un péricarde enflé comme le pouce et une plèvre droite tout aussi grosse. Les médecins cubains s'accordent sur une pneumonie mais doutent... 3 semaines d'antibiotiques me permettent de récupérer une respiration normale -et une formidable allergie au soleil! Mais seul le thé et les incantations d'une vieille sorcière font disparaitre la douleur encore 2mois plus tard...

Cet été, 2 ans après l'aventure ci-avant, je rentre en France et passe une tripotée d'examens pour travailler dans l'aide sociale à l'enfance: je garde un niveau de globules blancs assez élevé de 42.000 et des brouettes mais pas la moindre infection. Mes radios témoignent d'aprés le médecin d'une belle capacité pulmonaire, aucune trace donc de la pneumonie mystère.

Formidable me direz vous!
Et voilà que le grand froid fait remonter depuis novembre toutes sortes de douleurs familières. Je ne mouche que du sang et ne tousse pas grand chose concrètement, mais je me sens bien encombrée des bronches et je commence à ressentir la même gène sous le sein droit et dans le dos. Autant dire que je ne me réjouis pas trop à l'idée de repasser une batterie de tests ou de me retrouver prise de cette douleur d'infarctus...!

Ce serait donc formidable si l'un d'entre vous pouvait m'aiguiller: qu'est ce qui peut causer un tel taux de globules blancs permanents et provoquer ces douleurs de froid ou d'altitude? Je n'ai aucun antécédent médical à part un très léger souffle au cœur et de la tachycardie, je garde l'appétit, suis à Paris donc pas vraiment très haut perchée, je ne dors ni plus ni moins que d'habitude mais j'ai de grosses sueurs nocturnes depuis quelques temps...

Merci beaucoup pour votre attention, et pour votre aide évidemment!

Portrait de prosper
J'aime 0

il y a toujours une cause précise à une augmentation de production de globules blancs mais pas toujours une origine infectieuse. Dans tous les cas un bilan hématologique s'impose avec une démarche logique pour arriver au diagnostic . Désolé mais plus de 40000 gobules blancs de façon chronique c'est anormal et l'origine ne peut être trouvée qu'en la cherchant en milieu hospitalier spécialisé

Participez au sujet "rechute pulmonaire?"