Portrait de docteur Richard Martzolff

Je vous invite à lire une mise à jour du dossier consacré à la fibromyalgie, à propos d'une tentative d'explication (le phénomène d'embrasement) susceptible d'expliquer la survenue des phénomènes douloureux.
J'en profite pour remercier l'ensemble des personnes qui participent à l'enquête sur le traitement de la fibromyalgie.

Portrait de cecile13
J'aime 0

pouvez-vous nous indiquer le site qui contient ces informations
merci beaucoup d'avance.
et aussi pourriez-vous nous faire un petit résumé du 8éme congrès de rhumatologie dont on nous a parlé récemment.

Portrait de docteur Richard Martzolff
J'aime 0

Pour répondre à votre question, il s'agit de données de neuropsychologie issues d'une réflexion personnelle et de différents ouvrages de neurobiologie en ma possession.

En ce qui concerne le résumé du congrès de rhumatologie dont vous parlez il n'y a pas eu beaucoup de nouvelles données depuis le précédent congrès. En résumé il est possible de dire que les nouveautés portent essentiellement sur la génétique de la fibromyalgie. En effet certains gènes ont été mis en avant mais avec aucune certitude pour l'instant. Il s'agit essentiellement des gènes de la sérotonine, du polymorphisme du promoteur du gène du transporteur, du génotype S/S et d'autres modifications génétiques.
Le professeur Paul Le Goff a fait lui-même un résumé des différentes tentatives d'explication du phénomène douloureux au cours de cette maladie. Pour lui la fibromyalgie se résume à une hypersensibilité diffuse à la douleur et une allodynie généralisée. J'aurais aimé d'ailleurs personnellement qu'il parle du phénomène d'embrasement de la nociception.
Il a également été question, à de nombreuses reprises de profil particulier en termes de psychiatrie concernant les patientes et les patients fibromyalgiques.
De nouveaux anticorps ont été mis en évidence mais chez certains patients seulement. Il s'agit des anticorps de Nichika et des anticorps antipolymères (AAP).
À l'opposé, professeur Le Goff a insisté sur l'intérêt de l'imagerie fonctionnelle et plus particulièrement de l'I.R.M. fonctionnelle du PETscann et du SPECT (scanner avec émission de photons simples). En effet, dans de nombreux cas de patients fibromyalgiques, comme je le signale dans le dossier figurant dans l'encyclopédie médicale vulgaris, on constate, dans la majorité des cas, une mauvaise régulation de la revascularisation c'est-à-dire de l'apport sanguin au niveau de certaines zones du cerveau et plus particulièrement des noyaux caudés et du thalamus.
Le professeur Goff a également parlé de la dépression en posant la question de savoir si la dépression était la cause ou la source de la fibromyalgie.
Bien entendu il a été question de perturbations du sommeil au cours de la fibromyalgie mais toujours rien de bien nouveau.
Ensuite, le professeur Le Goff a posé la question de l'atteinte centrale ou périphérique autrement dit de savoir si la douleur provient des muscles eux-mêmes ou bien d'une perturbation des phénomènes douloureux au sein du système nerveux central. À cette question la réponse a été la suivante : il semble exister une association des deux. En effet, quelques études récentes ont permis de montrer que l'on constate le plus souvent des lésions niveau de la fibre musculaire et sans savoir si, une fois de plus, ces lésions étaient la cause ou la conséquence la fibromyalgie.
D'autres essais de compréhension du phénomène fibromyalgique ont été proposés (perturbation du fonctionnement des amines biogène c'est-à-dire de certains neurotransmetteurs en particulier la noradrénaline, sérotonine. Rien de nouveau n'a été dit à propos de ces neurotransmetteurs que l'on sache déjà.
Le professeur Le Goff a également parlé du rôle des cytokines de la fibromyalgie. Mais, là non plus, aucune preuve n'a pu être avancée avec certitude. On sait seulement que les cytokines jouent un rôle, comme dans de nombreux processus pathologiques concernant la douleur entre autres.
En ce qui concerne le traitement pharmacologique, un grand nombre de médicaments ont été essayé dans la fibromyalgie sans grand succès.
Les molécules suivantes ont été cités en insistant bien entendu sur la prégabaline (Lyrica).
Les antidépresseurs (tricycliques) avec la fluoxétine et le citalopram, le milnacipran, la duloxétine , la venlafaxine, les inhibiteurs de la monoamine oxydase avec en particulier le moclobémide, puis les antiépileptiques avec la gabapentine et la prégabaline. À ce sujet il a été cité en cas de Crofford en 2005, le pramipexole, le ropinirole, bien entendu la kétamine qui semble donner de bons résultats seulement pendant quelques mois d'après le professeur Le Goff, le dextromorphan, l'amantadine, le tropisetron (Zophren), le zopiclone et le zolpidem, le gammahydroxybutyrate, les myorelaxants, mais aucune étude contrôlée sérieuse n'a été effectuée à ce sujet. En ce qui concerne le myorelaxant il semble être efficace seulement à petites doses. Il a insisté un petit peu sur le tramadol en disant que sans doute que cette molécule avait une action un peu plus efficace que les autres antalgiques mais que les opioïdes n'était pas beaucoup utilisés. Il a été également question de l'hormone de croissance mais substance possède des inconvénients puisqu'elle doit être injectée en sous-cutané. Elles présentent d'autre part, des effets délétères importants.
Les autres traitements utilisés de plus en plus son le traitement psychologique et comportementale.
La relaxation est également très importante.
La kinésithérapie et la rééducation douce doit se faire avec parcimonie.
Le professeur Le Goff a insisté sur l'intérêt d'avoir une activité physique suffisante mais non excessive (marche 2 fois par semaine). Il semble que l'exercice aérobique soit supérieur à la relaxation mais le traitement doit être individuel.

Bien entendu il ne s'agit là que d'un résumé.

Portrait de dalo06
J'aime 0

Docteur,
Merci ! Pour vos mots et vos explications...

Hier, j'ai vu une neurologue à Nice... elle n'a pas l'air de connaitre la fibro... elle m'a dit après 10 minutes, sans m'ausculter, qu"elle ne savait pas ce que j'avais"... même après la lecture de la lettre d'un médecin Interniste dans 1 hopital, qui confirmait à son collègue (qui avait déjà diagnostiqué la fibro) le diagnostic de fibromyalgie. J'ai perdu toute la matinée dans son cabinet, elle a répliqué à 1 mamy qui était fatiguée d'attendre que "si elle n'était pas contente, elle n'avait qu'à aller chez 1 autre neurologue"...

Elle m'a prescrit de l'Athymil (dépressions sévères !) et m'a dit de reprendre RV pour janvier... elle n'a même pas regardé le dossier épais que j'avais amené péniblement. J'ai heureusement gardé des traces de mes nombreuses hospitalisations depuis 1988 (!) pour jambes paralysées, jambes qui lachent, douleurs récidivantes, tendinites, etc...pour elle je n'avais pas de fibro. J'ai 96 des symptomes de la fibro et tous les points caractéristiques (même d'autres aux poignets, aux chevilles...) et j'ai ces 96 symptomes depuis l'age de 10 ans... j'en ai 43 bientôt.

J'ai douté... avais je bien la fibro ? Est ce que "ça" existe vraiment ? Peut être que les 2 médecins se sont trompés ? Cet après-midi, en voyant qu'un Docteur (vous) s'y intéressait, je me suis dit que cette maladie existait bien, que ce n'était pas dans ma tête qu'elle était.... ça m'a fait du bien.

PS : est il possible d'écouter quelque part ce qui s'est dit dans cette émission de radio ?

Merci Docteur !
Lora

Participez au sujet "Récente tentative d'explication du phénomène douloureux de la fibro"