Portrait de patlou

Bonjour,
Je suis fibromyaligique depuis 12 ans et j'ai une BPCO récemment diagnostiquée.

Je n'ai pas prévenu mon pneumologue que j'étais fibromyalgique car ne connaissant pas son point de vue sur cette maladie j'ai eu peur qu'il ne me prenne plus au sérieux, ou me considère comme une hyppocondriaque. En fait, je ne parle jamais de cette affection à personne et surtout pas aux médecins.

Cependant je crois savoir que la fibromyalgie toucherait aussi les muscles lisses tel que les intestins par exemple.. Qu'en est-il pour les poumons? Croyez-vous qu'il soit nécessaire que je prévienne mon pneumologue.
Pensez-vous que le fait d'être fibromyalgique puisse accélérer l'évolution de la BPCO?
Merci de me donner votre avis.

Portrait de virginiedu51
J'aime 0

question pour le docteur Martzolff.
Monsieur, vous m'avez téléphoné suite à un courrier que je vous avais écris et votre appel m'a fait le plus grand bien sur le plan moral. Grâce à vous je sais où je vais et je n'ai plus peur, même si mon état s'est encore dégradé.
Pourtant, il me reste un problème que je ne parviens pas à règler, le soutien psychologique. Je voulais consulter un psychiatre mais celui-ci consulte à l'étage et sans ascenseur. A la questiion "peut-on faire une consultation dans une salle accessible?" il a répondu que je devrai monter les escaliers quoiqu'il en soit. Pensez-vous que ce soit une bonne idée sachant que je souffre d'une forme sévère de la fibromyalgie et que je maintiens des activités physiques modérées pour ménager mon corps et retarder au maximum l'échéance d'un appareillage tel que vous me l'avez dis.
Merci de bien vouloir me répondre car l'attitude de ce psychiatre m'a fortement déstabilisée.

Portrait de GIANNA
J'aime 0

Monsieur,
LE LYRICA M'a donné desrésultats spectaculaires pendant quelques mois, cependant la prise de poids est importante 1 kg par mois (6)
Depuis quelques semaines, peut être a cause de chamboulements (déménagements etc ..dans ma vie, (pénibles mais non dramatiques, )le lyrica ne fait plus qu'un effet à 50 %. J'ai donc décidé de diminuer de toute façon la dose de 300 mgrs à 200. Les douleurs initiales surtout derrière la tête ,haut de la colonne vertébrale, sont de nouveaux présentes. Les insomnies sont totalement réaparues, j'ai les yeux très secs les douleurs articulaires importantes.
Mon médecin neurologue ,je précise, est très difficile à rejoindre, jamais de téléphone disponible, rendez vous (si le téléphone répond, à 2 mois, donc je me sens un peu abandonnée dans mon traitement.

Ai-je bien fait de diminuer le lyrica ? je suis a 68 kgs pour 1.60 m je ne veux plus augmenter. Je dors de 4 à 5 h par nuit. J'ai l'impresion que le lyrica rend vraiment dépendant (bien que l'avis de mon medecinsoit contraite) Si je le revois en m'imposant dans son cabinet, je suis sûre re que non seulement il n'acceptera pas la diminution de cette petite drogue, mais il me conseillera de l'augmenter.
Je suis dans la région de ST RAPHAEL (Var) par qui pourrais-je être suivi sérieusement ? Dois-je accepter mon état et ne rien faire ? Mon téléphone est le 0680557398
Je vous remercie sincèrement pour votre engagement envers nous tous

Participez au sujet "Question pour le Dr Martzolff"

Articles à lire concernant "Question pour le Dr Martzolff"