Portrait de isabelle1979

bonsoir,
mon ami vient d'entamer une cure, j'en suis ravie car il se "prend" ainsi en main et va bien mieux depuis 3 semaines. mais voila dans son traitement il a une petite dose de tercian et j'en suis inquiète. voila pourquoi ( ca peut paraitre stupide) mais j'ai une repésentation négative de ce neuroleptique...j'ai l'impression qu c'est pour les psychose, or mon ami n'est pas la dedans.J'ai lu sur ce site que le tercian traitait aussi les dépressions de courte durée donc c'est normal?y a til des riques????d'autres personnes ont-elles vécu cela j'ai besoin d'être rasuré...merci de votre compréhension...

Portrait de medecin.vulgaris
J'aime 0

En effet, le tercian est un médicament de type psychotrope appartenant à la classe des neuroleptiques.sur une courte période il est quelquefois utilisé comme antidépresseur et éventuellement dans les cures de sevrage pour l'alcool le voir pour le tabac. Il n'existe pas d'effets secondaires très importants mais il ne faut pas qu'ils soient prêts sur de longues périodes. Dans l'idéal si l'on peut effectuer la cure contre l'intoxication alcoolique sans se servir de ce produit c'est parfait. Mais ce n'est pas toujours possible.Bon courage.

Portrait de darkmoi
J'aime 0

je connai aussi quelqu'un qui a fait une cure... dans son traitement il y avait également se médicament ! Et tout c'est bien passe =)
___ La preuve *

Portrait de isabelle1979
J'aime 0

merci darkmoi! ça me réconforte mais pourrais-tu être plus explicite s'il te plait. comment a évoluer son traitement? la prise a t-elle durée longtemps? as-telle pu retravailler?
merci da ta réponse

Portrait de marie-jo94
J'aime 0

bonjour, mon mari vient d'entamer une cure de son plein grés , il ne se nourrissait plus et à maigri terriblement , il est en sevrage tout à l'air de bien se passer il est son valium , il remange très bien !
cela fait 1semaine et demi , mais il a maintenant un microbe aux poumons ( haemophilus) , il a des quintes de toux et n'arrive pas à s'en debarrassé , est-ce que ce phénomène est courant dans le cas de sevrage ?
le valium est dosé à 5mg , mais je vois qu'il délire et il a un regard évasif , en fait cela ne m'inspire pas confiance et ça me fait très peur , pourriez vous m'éclairer à ce sujet . merci à vous

Portrait de gilles M
J'aime 0

moi meme , je tente de mon plein gres de me desintoxiquer
j utilise par contre du valium 10 mg , mais seulement le matin pour pas trembler , et qund je suis trop en manque
par consequent le valium etant un sedatif , c est normal qu il soit un peu dans le vaque
quqnt a la toux ceci me semble ne pas etre en relation avec l alcoolisme et le sevrage ,
ceci dit prendre des multivitamines et de la vitamine c est toujours tres conseille dans le sevrage , et permet de retrouver une meilleure santee( et l appetit)
je vous souhaite bonne chance dans cette epreuve que je vis au quotidien non en spectateur ,
mais acteur et helas les rechutes sont frequentes , mais si on est fatigue d etre prisonnier de ce mal qui au debut (seulement) vous fait du bien, meme s il y a rechute on recommence (enfin c est mon cas ) de se LIBERER de cette sacre drogue
avec mes encouragements
cordialement
gilles M

Portrait de aukrey
J'aime 0

Je voudrais féliciter Gilles M de son témoignage , car en effet cela doit être difficile d'en parler .. Je voudrais vous poser une question , que vous choisirez de répondre ou non .. J'ai perdu ma maman il y a bientot 4 mois d'une cirrhose alcoolique. Peut-être saurez-vous me répondre ou peut-être que non. Je me pose souvent la question de savoir si elle se rendait compte qu'elle allait mourrir?! (votre point de vue en tant que malade également ...) Et si réellement l'alcool est + fort que la famille ?! et + fort que" tout" ... ?!
Par moment, je lui en veux horriblement de ne pas avoir su s'arrêter mais à d'autres je me doute comme cette maladie (l'alcoolisme) doit être énervante et dure à s'en débarrasser ... Merci de votre réponse si vous m'e donnez une... Ou peut-être qu'il n'y a pas de réponses tout simplement ...
Quant à Isabelle, ma mère également a eu du tercian... Je pense franchement qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter tant qu'il est pris "modérément" en tout cas, comme il faudrait ...
Bonne continuation
Et bon courage à Gilles M

Portrait de marion91
J'aime 0

Bonjour Aukrey
J'ai moi aussi perdu mon papa en mai 2007 suite à une cirrhose et bien d'autres maladies encore.
J'ai également perdu mon grand père paternel en janvier 2007 d'un cancer du poumon et aussi le papa de mon conjoint en octobre 2006 suite à l'alccol mais cette fois ci c'était un cancer de l'oesophage. J'ai 24 ans et j'ai 2 enfants (3ans et 22mois) et même mon plus grand a senti les choses quand ses grand pères sont décédés.
Je ne sais pas dans quel état se trouvait ta maman vers la fin mais je sais que mon père se renfermait de plus en plus (déjà qu'il a toujours été un peu comme ça), c'était devenu de pire en pire surtout après la mort de son propre père (ils vivaient tous les deux ensemble). Je pense que quand c'est la fin les personnes doivent le sentir et savoir qu'il y a quelque chose d'anormal, mais les personnes alcooliques se voilent tellement la face que je n'ai même pas la certitude qu'ils en soit conscients. Pour moi ils savent ce qu'il se passe mais tout en se cachant la face
Je compatie avec ta tristesse car je sais que ce n'ai pas facile d'affronter cette maladie et de rester au côté de ses parents jusqu'au bout. J'ai encore moi même du mal a accepter dans les conditions qu'il est parti. Sa dernière nuit s'est faite en garde à vue. Enfin je te souhaite tout plein de bonne chose pour l'avenir

Portrait de julose
J'aime 0

je viens de lire les messages sur vos questions ou remarques sur les symptômes pendant ou après sevrage,
je vous invite à lire les témoignages que nous (les familles ) avons laissé sur ce forum avec comme titres : KORSAKOFF ou syndrome KORSAKOFF,
il faut que vous en parliez aux médecins ou aux soignants qui s'occupent de "vos" malades alcoliques, toutes les équipes médicales savent que l'alccolisme chronique "emmène" nos malades à ce syndrome, et vous comprendrez que vous ne pourrez plus rien faire, sauf vivre avec ou autour d'une personne différente, déphasée, en colère, dans le dénie total de sa maladie, et qui vous fera culpabiliser

julose maman de 3ENFANTS et accompagnante en "enfer" un compagnon Korsakoff ...

quand il buvait ce n'était RIEN par rapport au quotidien
jusqu'où nous entrainera-t-il ?

Portrait de quezis
J'aime 0

je viens d'avoir le déclic cité plus haut. je buvais plus de 6 bières chaque soir depuis des années, 5?6?8 ans? je sais même plus, trop en tout cas. toute ma famille m'a dit d'arreter, j'entend encore l'écho dans mes oreilles. et j'ai tout cassé. j'ai 48 ans, mère de 4 enfants et encore un mari. je me suis isolée de ma famille pour pouvoir arreter, là bas je suis dans un cercle vicieux infernal d'alcool et de cris. je veux m'en sortir . et j'ai la bête qui me gronde dans l'estomac à 5h le soir. j'ai arrété ça fait 15 jours déjà? seulement? pouvez vous me dire si ça va passer et que je vais retrouver une vie normale?
merci de me dire la vérité

Participez au sujet "question // au traitement de sevrage dans le cas de l'alcoolisme"