Portrait de nanette31

cela fait plusieurs mois que je ne suis pas venue sur le forum lire les témoignages des uns et des autres mais je me rends comptes que tous autant que nous sommes alcooliques ou proches d'alcooliques nous témoignons de la même détresse avec bien sûr chacun sa propre histoire ...moi j'ai fait le choix de partir de la maison ou plutôt je n'ai pas eu le choix de rester....la situation à l'époque était très inquiétante pour nos deux filles et moi nous étions en danger lors de ses crises de délirium...depuis son état s'est beaucoup dégradé...
mon mari ne veut toujours pas se soigner après maintes hospitalisation en HDT ou d'urgence et à 42 ans il est à 90 % de son temps grabatère ...il plonge à chaque fois "au fond du gouffre". Après commence la lente et pénible remontée vers la "vie" (avec toutes les souffrances humaines et physiques consécutives à son alcoolisation massive qu'il s'inflige à lui même et à moi par la même occasion). Puis miracle ou mirage : arrive un tout petit passage ou il récupère un peu ses esprits et réalise qu'il a deux filles et quel jour on est..., le temps de quelques jours (juste le temps de se recommander de l'acool...devenu le centre de sa vie.....et là c'est reparti pour un nouveau "CYCLE DE DESCENTE AUX ENFERS" car en fait c'est un éternel recommencement....qui dure et dure et dure ....et se répète inexorablement avec la même souffrance mais à force je peux vous jurer que c'est pas que l'on a plus de coeur ou qu'on s'en fout mais franchement c'est tellement usant qu'on a vraiment envie de passer à autre chose...car être le témoin direct de l'auto-destruction "volontaire" de la vie de l'etre que vous aimez de sa déchéance physique et se sentir si impuissant malgré tous les efforts déployés pour le sortir d'affaire à chaque fois c'est tellement épuisant qu'on voudrait que tout s'arrête ...(avant de dire ça j'ai souffert jour et nuit de cette situation, seule car là la belle famille était tellement absente (enfin dans mon cas) on ferme les yeux et on vous laisse galérer.....
je pense que ceux qui vivent avec un alcoolique qui refuse de se soigner et qui restent à vouloir le faire changer d'avis et le soigner contre son gré s'usent la santé à leur tour pour un résultat qui ne sera pas celui escompté. (mon point de vue est bien sur par rapport à notre vécu personnel lié à la gravité de l'état de l'alcoolisme de mon mari...)
c'est sûr que chacun fait et croit faire ce qui est le mieux pour aider son prochain et quoique vous fassiez il ne faut pas vous culpabiliser (chose que j'ai fait des milliers de fois et maintenant avec le recul je vois que ça ne servait à rien....) de toute façon nous sommes tellement esseulés face à ce problème que l'on se dépatouille comme l'on peut.
en tout cas heureusement que ce forum existe pour evacuer et partager avec d'autres nos histoires.
en tout cas courage à tous et que cette année 2010 nous aide à vivre plus sereinement...

Portrait de IO
J'aime 0

Bonsoir Nanette,moi non plus,je ne viens plus beaucoup sur le forum mais,je me tiens au courant de la situation de chacun,pour découvrir à chaque fois que rien n'avance,c'est franchement déprimant,je te tire mon chapeau pour t'occuper encore et encore de ton mari tout en sachant qu'il ne changera pas mais,je te comprends,on a toujours l'espoir qu'un jour,on y arrivera.Tu dis aussi qu'il ne faut pas culpabiliser,moi je m'en veux encore de n'avoir pas su quoi faire pour mon frangin et pourtant,il était marié et avait sa vie,mais je me dis que s'il avait été près de nous,nous aurions peut-être pu faire quelque chose.Aujourd'hui à 51 ans il est en maison de retraite avec un syndrome de Korsakoff,une polynévrite alcoolique et une cmt,il ne marche plus,il est très déprimé car tjrs à 350 kms de nous et pas facile de le voir autant qu'on le souhaite,se rends compte de son état mais se demande se qu'il fait avec des personnes dont la moyenne d'âge et de 80 ans,il faut sans cesse lui redire les mêmes choses qu'il oublie dans les minutes qui suivent.Il y a 1 semaine qu'une tutrisse à été nommée,mais elle a une rude tâche car,elle ne dispose d'aucun élément lui permettant de s'occuper de lui au mieux,nous allons nous mettre en contact pour l'aider avec le peu que nous avons aussi.
Pourquoi ne pas demander aussi de l'aide auprès du ccas de ta ville pour te soulager un peu?il y a certainement une solution pour que tu ne soie pas seule pour affronter tout ça ,en touts cas je te souhaite beaucoup de courage pour la suite.
Bonne année également à tous et que 20010 soie un aboutissement heureux pour tous.
bises @+ IO

Participez au sujet "Psychose alcoolique"

Articles à lire concernant "Psychose alcoolique"