Portrait de lyzea

j'ai 33ans on ma décelé une protrusion discal à l'étage C5/C6
j'ai des maux de tête des fourmillements des nausées et une grande fatigue est-ce qu'il y a une personne dans ce cas
car j'aimerais en savoir plus sur sa car j'en souffre beaucoup

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Beaucoup de personnes ont ce type de problèmes ou une protrusion ou une hernie et cela donne généralement les mêmes symptômes.

Le meilleur moyen de limiter les symptômes c'est de mettre déjà une minerve souple ou rigide (en alternance si nécessaire) afin de maintenir au mieux les vertèbres en place et surtout ne pas forcer dessus.
Votre rhumatologue vous conseillera d'autres solutions en fonction de votre situation personnelle.

Portrait de lyzea
J'aime 0

merci beaucoup christiane

Portrait de silo
J'aime 0

bonjour Lysea, j'ai exactement le meme age que toi et aussi une protusion discale c5/c6.Il faut absolument que fasses tt les examens necessaires, n'hesite pas a voir ton rhumato des que les douleurs s'emplifient.Tt est mecanique, je te donne mon exemple, j'ai attendu 10 ans apres un accident de voiture avt de me plaindre de mes douleurs, aujourd'hui en plus d'athrose aux cervicales j'ai la polyharthrite qui n'est pas reelleement ciblee, cela est tres handicapant; cela pr de dire que si tu as un probleme au niveau mecanique n'attends pas que la douleur se repande, ns sommes encore jeunes avec bcp de choses a vivre dc autant etre au mieux de notre forme, ne pas gacher notre capital sante.Personnellement ma minerve ne m'aide pas car on m'a explique que notre cou n'est plus axe ds le bon sens, je devrais peut-etre essayer une souple......Courage.......On est jeunes.

Portrait de silo
J'aime 0

j'ai effectue de nouveau une prise de sang ma vs a augmentee a 12 pr la premiere heure et 35 pr la 2eme, ce qui m'inquiete un peu c le nbre de reticulocytes qui st de 83980 norme=25000 a 75000, dois-je vrament m'en inquiter......merci de votre aide.....J'ai de plus en plus de mal a supporter mes douleurs qui me font penser au defile cervico-bracchial et aux pieds......Je crois que les seances de kine ne me soulage plus.

Participez au sujet "protrusion discal"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "protrusion discal"

  • Les antibiotiques peuvent avoir des effets indésirables qui limitent leur emploi ultérieur (il s'agit généralement d'une famille d'antibiotiques en particulier).

     

  • L'automédication est un traitement médicamenteux pris par un individu sans avis médical.

    Autrement dit l'automédication est un traitement pharmaceutique institué par le patient lui-même sans avoir, au préalable, eu un avis ni eu une prescription médicale.

    Les médicaments en vente libre ne sont pas forcément inoffensifs. C'est la raison pour laquelle il nécessaire de demander conseil à son pharmacien car, comme tout médicament, celui-ci peut être nocif quand il est mal employé.

    Souvent, certaines personnes utilisent des médicaments prescrits à un autre moment pour une affection (maladie, pathologie) qui semble similaire. C'est par exemple le cas des antibiotiques pour lesquels il est important de respecter une prescription médicale. Précisément l'utilisation des antibiotiques est totalement contre-indiquée en cas d'infection virale. En effet ceux-ci sont parfaitement inutiles, n'ayant aucune action contre la multiplication (reproduction) des virus. D'autre part, en cas d'infection bactérienne (prouvée par une recherche du germe en cause en laboratoire) les antibiotiques pris sans indication médicale risquent de ne plus être efficaces et de perturber les défenses immunitaires du patient ayant pris une médication irraisonnée.

  • L'utilisation de drogue intraveineuse multiplie par 10 le risque de voir survenir une pneumonie. Les germes le plus souvent en cause sont (liste non exhaustive) :

    • Pneumocoque.
    • Haemophilus influenzae.
    • Staphylocoque.
    • Klebsiella pneumoniae.
    • Chlamydia pneumoniae.
    • Pseudomonas aeruginosa.
    • Moraxella catarrhalis.

    Les individus qui se droguent présentent des bronchectasies (voir ce terme dans l'encyclopédie médicale Vulgaris).
    D'autre part si le patient présente en plus de la pneumopathie, une infection par le virus de l'immunodéficience humaine, le risque est plus élevé encore.

    En cas de tuberculose, le patient toxicomane par voie intraveineuse présente une résistance aux antibiotiques utilisés habituellement pour traiter la tuberculose. Il s'agit pourtant d'antibiotiques majeurs.

    En cas d'embolies pulmonaires de nature sceptique dues à un foyer infectieux, on constate que cette pathologie est le résultat d'une endocardite infectieuse généralement due à staphylocoque doré et touchant la valvule tricuspide. Parfois cette infection est le résultat d'une thrombophlébite périphérique au point d'injection de la drogue à l'intérieur de la veine.

    Quelquefois le patient présente également un abcès du poumon, qui s'observe assez fréquemment chez les toxicomanes, à cause de l'aspiration de la salive durant les périodes d'altération de la conscience ou encore la suite d'une dissémination à travers la circulation sanguine de germes infectés par voie intraveineuse, au moment de la pénétration de la drogue dans la circulation veineuse.

    Les injections à répétition de drogue contenant en plus du talc et quelquefois même de l'amidon entraînent l'apparition d'une pneumopathie interstitielle qui se manifeste par des symptômes discrets. Il peut s'agir simplement d'une petite dyspnée c'est-à-dire d'un essoufflement modéré. Néanmoins chez certains patients les poumons et leurs fonctions sont atteints et la radiographie permet de mettre en évidence une augmentation de la trame pulmonaire.

    En cas de bronchospasme et de lésions de la trachée, les lésions sont aggravées surtout chez les fumeurs de cocaïne (crack).

    L'emphysème pulmonaire survient également en termes de pneumopathie liée aux drogues à la suite d'injections intraveineuses mais essentiellement de méthylphénidate.

  • ... fièvre Forte augmentation du taux de globules blancs dans le sang Présence de leucocytes, de glaires, de ... de la colite pseudomembraneuse sont : Diminution du taux d’albumine dans le sang Troubles hydroélectriques (potassium, ...
  • Le terme bactéricide signifie qui tue les bactéries, qui est détruit.

    Une substance bactéricide est une substance possédant la capacité de tuer des bactéries. Les propriétés bactéricides sont variables d'une substance à l'autre. Elles sont directement dépendantes du spectre d'action du produit bactéricide.
    L'adjectif bactéricide est utilisé essentiellement pour qualifier un antibiotique, un antiseptique ou un autre procédé permettant de désaffecter.

    La concentration minimale inhibitrice (CMI) est la concentration minimale d'un antibiotique qui permet d'inhiber le développement d'une colonie bactérienne. En comparaison, la concentration minimale bactéricide (CMB) est la quantité minimale d'antibiotiques suffisante pour ne laisser survivent qu'une bactérie sur 10 000 et ceci en 24 heures et dans des conditions de température avoisinant 37° centigrades.
    Pour toutes ces raisons un antibiotique est considéré comme bactéricide à condition que sa concentration minimale inhibitrice et sa concentration minimal bactéricide confronté à une souche de bactérie donnée soient proches l'une de l'autre.
    Un traitement bactéricide est le plus souvent un traitement qui associe deux antibiotiques  par exemple des aminosides et des bêtalactamines, voir des quinolones. Ces associations sont le plus souvent indispensables pour traiter certaines  infections gravissimes comme cela se voit au cours de certaine septicémie, endocardite ou méningite.