Portrait de Moka

Bonjour,

Est-il possible pour une personne atteinte d'une phobie de passer par dessus sa peur? car je souffre d'une phobie des aiguilles et cela a un impact de plus en plus grand dans ma vie. Si d'autres personnes sont dans la même position que moi, veuillez m'en faire part svp.

Merci

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour Moka,

Ta question est très complexe car cela dépends toujours de l'état avancé de ta phobie. Par contre, je te rassure car, oui il est possible de vivre avec sauf que la guérison totale se fait à chaque jours.

Premièrement, tu dois voir un/e psy car c'est là que va commencé le début d'une éventuelle guérison. Toute seule, tu ne t'en sortiras pas car comme tu le mentionnes, cela prends de plus en plus d'impact sur ta vie.

Après consultation, elle/il va évaluer à quel niveau se situe ta phobie et par la suite, tu dois t'attendre qu'il va y avoir médication. Tu ne peux passer outre cette démarche.

Dis-toi en partant que tu n'es pas la seule à souffrir de phobies et il y en a de toutes sortes plus invalidante les unes que les autres. J'ai une de mes amies qui a la phobie des fourmis et quand le printemps arrive, là commence son calvaire.

Je devrais plutôt dire commençait son calvaire car elle a décidé qu'elle en avait assez de vivre ainsi et ce fut la rencontre avec le psy, les médicaments et elle avait tellement attendu, qu'elle a dû être hospitalisé.

Maintenant, elle va mieux, elle est capable de gérer sa peur et sa vie se porte beaucoup mieux. De plus cela était d'autant plus difficile pour elle, étant incomprise par son conjoint et ses proches. Mais elle savait qu'elle pouvait compter sur moi en tout temps.

Je ne veux surtout pas te forcer la main, mais je me permets de te donner le conseil de consulté et le plus tôt sera le mieux. Car plus de facilité de t'en sortir.

Bon courage et dis-toi que tu n'es pas seule !!!

bisous
amicalement
jory-lou

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Chez nous, nous sommes passés outre la médication : nos phobies n'étaient pas "psycho", ce sont des conséquences de troubles physiologiques non traités.

A partir du moment où les troubles physiologiques sont "levés", nos phobies se sont dissipées toutes seules .

Je prend le cas simple de claustrophobie et d'agoraphobie : nous présentions des troubles

- respiratoires (de la dyspnée : de la "broncho-constriction anarchique", un trouble neurovégétatif) : les mileux confinés et encombrés étaient propices pour déclencher une crise d'asthme

- neuro-visuels : nystagmus (mouvements giratoires des yeux : source de de tournis, de nausées, ...) : ce symptôme aide à l'installaton de claustrophobie, la peur des objets qui bougent (la foule par exemple)

- neuro-auditifs : ils favorisent l'agoraphobie également;

- tachycardie, arythmie inexpliquée

...

Lorsque nous sommes tombés sur un traitement qui a permis de dissiper ces troubles neurovégétatifs, nous n'avons plus peur de la foule, des hypermarchés, des lieux publiques, des ascenseurs encombrés, ...

J'avais la trouille des aiguilles également : je n'ai pas fait attention à ce symptômes depuis la dissipation de nos troubles neurovégétatifs divers (plus assez gênée pour le remarquer ?).

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour JL_78180,

Quand tu dis que chez-toi, vous êtes passé outre la médication, qu'est-ce que ça signifie au juste ???
Vos phobies étaient-elles récentes ou de longue durée ???
Les symptômes que tu décris sont-ils ceux ressenti ???

Et si vous n'avez pas eu recours a la médication, que veut dire la phrase : Lorsque nous sommes tombés sur un traitement qui a permis... et je passe le reste !!!
Et bien je serais curieuse de connaître ce traitement miracle !!!

jory-lou

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Nos phobies étaient de longue date, ainsi que les symptômes qui tapissaient leur fond.

Le traitement n'a rien de "miraculeux", il est même "pas facile" à mener en France : on a galéré un peu...

C'est un traitement qui nous modifie la répartition de tension musculaire dans le corps (réduction d'hypertonie et de dystonie musculaire, de la tête aux pieds), qui nous permet d'installer la "bonne posture", à moindre douleur et effort.

Nous l'avons choisi pour notre dyslexie familiale : ma fille était en échec scolaire, aucune prise en charge classique n'a donné de résultat durable sur elle.

Ce traitement "proprioceptif et postural" a été introduit en France par une poignet d'ophtalmos, il y a 5-6ans, car tous concernés par la "dyslexie de développement" au sein de leur famille.

C'est une ophtalmo à la retraite qui me l'a apprise en juillet 2003 (elle a répondu à l'un de mes appels au scours lancés sur plusieurs sites de vision : je venais de pronostiquer la DVS : dyspraxie visueo-spatiale à tous les membres de ma famille, quelques mois après le pronostic puis le diagnostique de notre dyslexie familiale : je cherchais un praticien compétent pour la prise en charge de cette DVS).

L'un des pionniers français pratique à 80km de mon domicile, à Marne la Vallée (le seul d'IDF en 2003).

J'ai décidé de tester ce traitement sur notre dyslexie, sans me douter du reste (potentiel en dissipation de nos troubles psycho-comportementaux), car aucun témoignage de patients trouvé à l'époque sur le Web.

Le traitement est très "macanique" :

- port d'une paire de lunettes à "prismes" (on était déjà porteurs de verres correcteurs : myopie+astigmatisme : ajouter les 2 prismes qui correspondaient à notre type de "dystonie" ne demandait qu'un supplément de 16€ à 20€ par verre : pas la ruine), ces prismes sont choisi pour "relaxer un muscle oculomoteur", trop tendu en permanence chez nous. La relaxation de ce muscle se propage par les muscles manducateurs, muscles du cou, muscles du dos,... vers les muscles du bas du corps.

- port de semelles de Lisbonne "à réflction d'infrarouge" (2 plaques réfléchissantes qui renvoient la chaleurs vers la voûte plantaire : cet ajout de chaleur détend localement quelques muscles aux pieds) : à 35€ la paire à l'époque, beaucoup moins chères que les semelles orthopédiques de mes enfants (à 120€ la paire, très mal remboursées par la SS+mutuelle : pour compenser les pieds archi-plats de mon fils, les pieds valgus de ma fille).

- quelques consignes très "beta" de "bonne posture" à respecter (le plus souvent possible : il faudrait que cela devienne le "réflxe automatique") : pieds parallèle en permanence (pour diminuer la tension misculaire dans les rotateurs des jambes : car cette tension remonte dans la partie haute du corps par le chaînage musculaire), assise genoux plus hauts que le bassin (ça soulage les muscles lombaires immédiatement), debout dans une position particulière (ventre rentrée, genoux souple, pied droit légèrement plus en arrière que le pied gauche, dos droit, tête droite), lecture/écriture sur un plan incliné (pour éviter de trop baisser la tête et trop forcer sur les muscles oculomoteurs, qui crée des contractures musculaire inutiles), dormir dans une position très proche de la PLS (position latérale de secours : à contraction musculaire minime)...

- un exercice de "reprogrammation mandibulaire" et de relaxation musculaire à faire 15-20mn par jour (on le faisait le soir, avant de se coucher) : la "respiration abdominale" de da Cunha (2 en 1)

Tout est "conçu" pour relaxer les muscles et supprimer l'asymétrie corporelle gauche/droite.

Et on a constaté la dissipation des symptômes (douleurs, phénomène de Raynaud, fatigue posturale, trouble d'attention, trouble de concentration, troubles de mémoire, ...).

A priori, les prismes ont un effet rapide sur beaucoup de troubles neurvégétatifs : vaso-constriction (maladie de Raynaud, par exemple, pour ne citer que le plus connu), broncho-constriction (dyspnée, crise d'asthme), artéro-constriction, ... : en moins de 2mn; intestino-constriction (douleurs intestinales en quelques minutes, diarrhée posturale : en moins de 30mn).

Nous avons constaté la dissipation des phobies et des troubles psycho-comportementaux, tant que l'effet prismatique de nos lunettes était "bon".

Nous avons aussi connu le retour de ces symptômes les jours où l'effet prismatique de nos lunettes étaient mauvais (mauvais centrage de verres correcteurs, déformation de lunettes, ...).

Nous avons surtout fait l'expérience de dissipation de ces symptômes après la rectification d'effet prismatique (réglage chez l'opticien de nos lunettes à verres mal centrés)...

Depuis que nous avons découvert ce lien, nous avons changé notre mode de "fonctionnement" : on court chez l'opticien ou à la maison pour aller chercher une paire de lunettes de rechange, avant de nous rendre chez le médecin ou aux urgences : à chaque retour de symptômes d'antan, ou de nouveau symptôme que nous n'avons pas encore connu.

Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu besoin de patienter dans la salle d'attente des médecins et des urgences à chaque fois nous avons opté pour cette démarche : car les symptômes réversibles de notre "SDP" se dissipent suffisamment rapidement pour nous éviter des consultations inutiles.

Sans ces troubles neurovégétatifs, on n'est plus angoissé (constraction musculaires viscérales), on est moins anxieux (on ne pense plus à ce "si...", on rumine moins sur les mauvais souvenirs, ...), les déprimes ne reviennent plus, ... On n'a plus la trouille de tout : la vie est plus simple ainsi.

Ma fille a connu la "réussite scolaire", nous avons augmenter nos performances dans tous les domaines...

Mais notre traitement n'est pas terminé après 43 mois : nous avons rencontré un peu trop souvent de "mauvais effets prismatiques" induits par nos lunettes (les verres correcteurs sont des nids à mauvais effets prismatiques)...

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour,

Merci pour ces eclaircissements, je vois que votre vie est très discipliné. À ce rythme là, il est certain qu'il n'y a pas de place pour la déprime ou quoi que ce soit d'autre.
Cependant avez-vous un peu de temps pour le plaisir tout simple de la vie quotidienne ???

Je suis très heureuse pour vous, si cela vous aide à mieux vivre et je vous encourage à continuer.

Bonne santé à tous et bonne continuité !!!

bisous
jory-lou

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Bonjour jory-lou06,

Merci pour vos vœux .

Je trouve votre remarque amusante : sur la « discipline » de notre vie. Je me demande ce que vous auriez pu imaginer…

Depuis le début de ce traitement, j’ai lâché la « pression scolaire » sur mes enfants : ils s’auto-gèrent, par dessus leurs nombreuses activités extrascolaires (fallait bien combler les retards de développement dans différents domaines) et leurs loisirs non planifiés (chacun a plusieurs centres d’intérêt, et on n’a pas 72h par jour…).

J’ai réussi à démarrer une activité sportive (la première « planifiée » que je n’ai pas abandonné au bout de 3 séances, sans me forcer), vais au cinoche, resto, promenade, visite, conférences, … avec mes enfants.

J’arrive à « me faire plaisir » dans les diverses activités sur lesquelles je m’investis…

J’ai utilisé le « surbooking » en tant que moyen d’éviter la dépression durant de nombreuses années, après avoir vécu une dépression durable de 6 mois.

Cette astuce fonctionnait assez bien sur moi (pas eu de grosse dépression, mais les périodes de déprime étaient présentes) : contrairement à ce que je vis maintenant, je ne me faisais pas plaisir dans ce que j’entreprenais, il fallait me forcer très souvent, pour éviter l’abandon systématique de tout ce que j'ai commencé.

Mes 2 enfants (surtout ma fille) ont aussi connu des périodes de « déprime » ou de dépression avant leur traitement de « dyslexie ».

Le retour d’expérience de mon fils (17ans) = Avant, je passait mon temps libre à ruminer sur mes mauvais souvenirs, à broyer du noir, et ce sont souvent les mêmes évènements qui revenaient me hanter, il fallait me forcer pour passer à autre chose. Maintenant, ces mauvais souvenirs ne reviennent plus spontanément, il faut que j'aille les chercher exprès, et j'y passe très peu de temps, passe à « autres choses » facilement, sans avoir à me forcer. Je passe beaucoup moins de temps à réfléchir sur chaque évocation, mais les réflexions sont plus construites, plus positives, j'ai l'impression de ne plus tourner en rond, mais d'avancer à grand pas.

Ce sont des enfants qui ont trouvé l’énergie, le temps et l’envie d’aller de l’avant : ils en ont profité pour bien démarrer ou consolider les acquis dans les domaines sportifs, artistiques, musicaux, culinaires, bricolage, lecture, écriture, … en se faisant plaisir.

Les seules « corvées » que j’impose à ma fille = 15mn de "respiration abdominale" le soir, avant de se coucher (encore, pas tous les jours).

Mon fils n’a pas besoin d’être rappelé à l’ordre : ça devient une « routine » chez lui : il fait plusieurs séquences de « respiration abdominale » par jour, dès qu’il a quelques mn devant lui (il cumule cet exercice avec 2 autres exercices de Bates, « palming » et « shifting », pour réduire la correction de sa myopie : il n’en est qu’à la moitié du but visé : « se passer de correction optique », avec une forte myopie mesurée à –12d en 2005 et confirmée en 2006 : il vit « bien » actuellement avec une sous correction de –6d, après un an et demi de « processus* de réduction de correction optique » ). D'après lui, il a le temps de réfléchir pendant ces quelques mn de pratique d'exercices de relaxation : soit "4 en 1".

* cet enfant est "riche" en idées, et a aussi des suites dans ses idées depuis 3 ans : il sait définir ses propres procédures, les tester, les améliorer, les diffuser. Le "4 en 1" est de son propre cru.

Bises

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour JL_78180,

Tout ce que je peux ajouter, c'est que je trouve votre famille formidable et surtout très unis malgré tous ces épreuves. On voit tout de suite qu'ils ont été et sont encore bien entouré.

Et je dit ça en parlant de la confiance et de la fierté que je lis dans vos propos. Ils ont la chance de vous avoir et réciproquement...

Gros bisous à toute votre belle et courageuse famille !!

affectueusement
jory-lou

Participez au sujet "à propos des phobies"