Portrait de GODFROYBURDET

Je ne sais si ce sujet concerne la neurologie ?
J'éprouve , depuis une intervention qui a eu lieu en aoùt dernier ! ( ostéosynthèse de la hanche ) d'importantes et régulières bouffées de chaleur , elles surviennent aussi bien le jour qu'en pleine nuit et donc me réveillent !
Le problème est : que je viens d'avoir 70ans !!! La ménopose n'est pas , par conséquent , en cause .A quoi, puis-je attribuer ce symptôme ?
Merci pour vos réponses . DANIELLE .

Portrait de mimi -chris
J'aime 0

bonjour godfroy

verifie tes medicaments, pour tes douleurs, si il te donne de tel symptômes,^par contre les bouffées de chaleur, peuvent durer toute la vie, ma tante a 80ans elle en a toujours, as ton verifier tes hormones aussi, cordialement mimi

l'aide apporté aux autres , aide a vivre

Portrait de GODFROYBURDET
J'aime 0

Merci Mimi Chris , Je vais relire les notices de mes médiaments . J'étais ménoposée à l'âge de 55ans mais je n'ai jamais eu de bouffées de chaleur ! Bien cordialement .
Danielle

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir,

Les bouffées de chaleur interviennent aussi dans diverses pathologies :
- l'hyperthyroïdie,
- la rosacée ( ou couperose ),
- une dermatose,
- un taux de sérotonine plus élevé.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de yineline
J'aime 0

Bonjour Danielle.

Je viens seulement de lire ton message qui date de 15 jours.
Je ne sais pas si tu as trouvé une solution à ton probléme depuis.J'ai connu le méme soucis aprés une opération chirurgicale(le coeur).Celà fait 2 ans que ça dure.
J'ai 47 ans et pas encore ménopausée.J'ai fait toutes les analyses hormonales(thyroidiennes,fsh...) ,et rien de ce coté.
Depuis quelques jours je souffrais de "fourmillements" aux extrémités et mon médecin m'a prescrit du Rivotril en attendant mon rdv chez le neurologue.
Curieusement dés que j'ai commencé ce traitement mes suées et bouffées ont cessé.J'ai méme parfois l'impression d'avoir froid maintenant par rapport à auparavant.
J'en ai parlé à mon neurologue qui m'a dit que c'était tout à fait possible que ces suées étaient d'origine nerveuse.
D'ailleurs j'avais arrété le rivotril 2 ou 3 jours pour faire des examens et mes suées étaient revenues.
Voila, je t'ai parlé de mon expérience personnelle, peut étre peux tu te tourner vers cette piste si tu as toujours ton probléme.
En espérant avoir pu t'apporter quelques indications,
cordialement,
Yineline.

Portrait de mimi -chris
J'aime 0

iyneline
prendre des anti depresseur, pour les bouffées de chaleur!!!!!je crois que les medecins nous en distribue suffisament dans des pathologies, qui ne devrait pas en avoir, perso,je prefere mes bouffées de chaleur que de consommer un medoc, dont on sera dependant, comme toi c'est mon avis, on est la pour ça, mais cette gamme de medoc, laissons la aux gens qui en ont besoin, car lyrica et rivotril, les labos croyez le ce porte bien..

l'aide apporté aux autres , aide a vivre

Portrait de kernic
J'aime 0

Le rivotril n'est pas un antidépresseur, il agit sur le système nerveux pour les épilepsies par exemple. Mon mari en a pour une névralgie.Pour les bouffées de chaleur, je ne suis pas ménopausée ( 43 ans) et j'en ai, je croyais à une allergie mais non, mon médecin m'a parlé de vasodilatation liée à une réaction nerveuse, sans en connaître l'origine.ça m'arrive n'importe quand, je deviens rouge , avec des plaques dans le cou très visibles et c'est très gênant.

OGM, j'en veux pas

Portrait de mimi -chris
J'aime 0

kernic,

il a des sacré consequence ce medoc, pour des bouffées de chaleur, mais si il te convient bien, tant mieux, mais prendre un medicament de cette sorte faut le vouloir, pour des bouffées, ma cousine etait comme toi, ça venait de la thyroide elle.

l'aide apporté aux autres , aide a vivre

Portrait de yineline
J'aime 0

Bonjour
Je tiens à répondre à Mimi-Chris(méme si c'est un peu tard).
Comme le dit si bien Kernic, le rivotril n'est pas un anti dépresseur, d'ailleurs je ne suis pas du tout dépressive.
Le rivotril m'a été prescrit pour des fourmillements dans les membres, pas pour dépression. Les nerfs sont les vecteurs de beaucoup de choses,pas que du moral.
Par la méme occasion, ça a calmé mes bouffées de chaleur mais à l'origine il ne m'avait pas été prescrit pour ça.
Le neurologue(aprés m'avoir bien auscultée) m'a prescrit un IRM du rachis cervical pour mon probléme de fourmillement et a remplacé rivotril par lyricat en attendant l'irm.
Je prends lyricat depuis 3 semaines et pour l'instant pas d'effets secondaires et plus de fourmillement.
Conclusion, il ne faut pas associer automatiquement dépression au mot nerf.
Je précise également que je ne suis pas accroc comme tu as dis.
Tu ne devrais pas tirer de conclusions aussi hatives sur des personnes que tu ne connais pas: Je ne prends toujours que le minimum de médicaments et seulement en cas de réels besoins.
Peut-étre sauras tu m'expliquer le rapport entre le rachis cervical et la dépression! Moi j'en vois pas !
Et pourtant le rivotril puis lyricat m'ont soulagée, c'est le principal.
Et puis ce n'est pas un traitement définitif, on verra avec l'irm.
En tout cas je sais maintenant que ces bouffées n'étaient pas d'origine hormonale, thyroidienne,..comme me l'avaient indiqué les resultats de toutes les analyses sanguines que j'ai pu faire.
Enfin, j'espére que depuis ,ton probléme de bouffées a été résolu.
Cordialement,
Yineline.

Portrait de mimi -chris
J'aime 0

Yineline
on est la pour s'exprimer, he bien lyrica , ,,je ne dis pas que c'est pas bien, mais j'ai probléme de rachis, j'ai été faire le cobay au centre anti douleurs.
personne n'a dit que tu etais depressive, ne me fait pas dire ceque je n'ai pas dis.je ne tire pas de conclusion puisque tu parles de tes bouffées pas des miennes.
je te promet que si tu pouvais voire ce qui ce passe en hospi des douleurs, tu changerais d'avis
christiane 59 moderateur a mis un article sur lyrica, sur vulgaris d'ailleur,qui n'a jamais été testé, sans oublié que c'est nous humain, cobaye de lyrica et cymbalta, ce qu'on a simplement oublié de te dire, c'est que la fibromyalgie que j'ai en plus du rachis, commence par ces traitements.
un peux rigolo, alors que le moderateur nous met en garde!!!sur ces deux produit , mais entendre chacun dire, je m'en fou du moment qu'il me soulage, mais ensuite 1cp, puis 2 et ensuite.....on rajoutera , puis encore un autre etc.
en hospi de douleurs, mais bouffées de chaleurs sont partis ,d'être perfé 24h sur 24 de cochonnerie, mais a l'arrêt c'est bien pire.........on a plus que ça ,, donc plutôt que d'être encore un cobaye de la science, je préfére garder mes bouffées de chaleur, car les miracles des bouffées passe par lyrica, cymbalta, rivotril etc, ,je sais, mais la merci........j'ai donné, les miennes, je les passent en mettant mes avants bras dans l'eau glacée, je laisse coulé, tout bête. bonsoir

je met le lien de rivotril, il n'est surtout pas utilisé pour des douleur et il a une dependance alcoolique, attention à l'hepatite medicamenteuse, mais chacun de nous sait ce qu'il consomme, tu n'es pas accroc mais regarde le sevrage de ce rivotril, alors accroc ou pas!!!!

http://docteurvincent.blogspot.com/2008/07/rivotril.html

puis un forum parmis tant d'autres sur ce medoc

http://forum.aufeminin.com/forum/f457/__f494_f457-Qui-a-deja-pris-des-gouttes-de-rivotril.html

puis sur lyrica,

http://forum.aufeminin.com/forum/f457/__f494_f457-Qui-a-deja-pris-des-gouttes-de-rivotril.html

l'aide apporté aux autres , aide a vivre

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Quote:
Je précise également que je ne suis pas accroc comme tu as dis.

Avec un traitement à base de benzodiazépine cela ne tardera pas. C'est automatique et même avec une prise minimale. Ce n'est pas la quantité qui fait l'accoutumance mais la prise quotidienne régulière.

Le Rivotril est un anti-épileptique comme le Lyrica et on n'a pas de recul suffisant sur les risques de prises sur le très long terme de ces traitements, chez des personnes non-épileptiques.
Mais le Lyrica montre ses limites à partir de 6 mois de traitement mais après être aussi passé par les cases augmentations.
Il n'y a que 3 semaines que vous le prenez donc c'est la dose minimale qui est efficace.
Tôt ou tard, vous devrez augmenter la dose afin de retrouver le même confort qu'actuellement.

Supprimer des bouffées de chaleur c'est bien, mais en connaître la source d'abord est une bien meilleur chose.
Car les traitements anti-épileptique ne traitent pas de tels symptômes. Ils camouflent le vrai problème en agissant sur les influx nerveux.

Le Rivtoril agit sur certaines zones du système nerveux centrale en bloquant certains stimulis.
Donc quand les stimulis de notre cerveau sont normaux, il est impossible de dire et surtout d'affirmer que cela n'aura pas de conséquences sur le cerveau à la longue. Et l'accoutumance à un médicament peut provoquer une dépression par les effets de manque, mais aussi lors des tentatives de sevrage.

Une dite "dépression" peut donc survenir.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de yineline
J'aime 0

Bonjour
Je prends en compte toutes vos remarque sur lyricat et ryvotril.
Le neurologue m'avait prescrit lyricat 75,2/jour pendant une semaine, puis 150 une semaine et enfin 300 et rester à 300, tjrs en attendant l'irm que je passe le 30avril.
Depuis hier je suis redescendue à 150 sur conseil de mon médecin traitant car depuis quelques jours je suis trés fatiguée et il pense que c'est PEUT-ETRE du à lyricat.
En attendant, je reste vigilante et en parlerai avec mon neurologue que je revois le 4mai,quand j'aurai les resultats de l'irm.
Désolée pour les propos que j'ai pu tenir, j'avais mal interprété cette histoire "d'accroc".
Il est vrai que nous sommes là pour en parler, et cela nous est bien utile.
Merci.

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour yineline,

Quel est le dosage du Rivotril* ? Posologie par/jr, s.v.p

Vous avez raison, Rivotril n'est absolument pas un anti-dépresseur, c'est un anti-épileptique qui va calmer le système nerveux central pour lui permettre de ne pas s'emballer quand il reçoit trop de messages de douleur.

Le Lyrica* a pu occasionner effectivement une fatigue puisqu'il a trois visées :
- Anti-épileptique,
- Trouble d'Angoisse généralisée ( TAG ),
- Anti-douleur.
C'est bien d'être redescendue à 150 mg, sachez tout de même que le souci avec le Lyrica*, c'est qu'il est lui même générateur de douleurs ( articulaires, musculaires, par exemple ). Et il y a un effets secondaires de dépendance.

Prenez-vous les deux en même temps ? Lyrica* + Rivotril* ?

Bon courage. Bien cordialement.

Participez au sujet "A propos des bouffées de chaleur"