Portrait de jher

Dans mon précédent témoignage sur la polynévrite du 04/03/2008 ,je vous ai parlé de mon cas personnel ,je m'en tiendrai là encore cette fois ci.
Mon intention est de pouvoir aider les uns ou les autres par mes témoignages qui répondent je l'espère à certaines de vos questions. Je m'abstiendrai donc de donner des conseils pour lesquels je ne suis pas forcément compétent ni habilité.
Depuis 2 ans que ma polynévrite a été diagnostiquée j'ai pu faire certaines observations, je précise avec insistance qu'il s'agit de mon cas personnel et que ces observations ne s'appliquent pas forcément à tout le monde.
Je me suis rendu compte que lorsque j'absorbe certains aliments ,en particulier le soir celà a une influence sur la douleur.
Si je mange des oeufs ,de la viande (surtout le porc) ,du poisson, de la charcuterie, et des aliments gras en général, tel que les pizza ou les patisseries, les douleurs sont beaucoup plus intenses la nuit, par contre si j'opte pour un régime plus végétarien les douleurs disparaissent.
Il n'est pas toujours évident de bien suivre un régime lorsque l'on est invité à diner chez quelqu'un,mais quand je dine chez moi je respecte rigoureusement cette règle pour éviter les nuits blanches.
Certains penseront peut-être que l'observation suivante est peu crédible et que c'est une histoire d'anciens mais je peut affimer que les changement climatiques ont une affluence sur les douleurs et ceci est vrai pour bien d'autres pathologies.
Paradoxalement à toutes ces remarques j'ai observé que si je fais une bonne marche à mon rythme (environ 10 km en 2h) celà me fais plutôt du bien .Si je piétine sur place ce n'est pas bon ,si je reste assis sur un siège dur ,idem ,par contre sur un siège souple il n'y a pas de problème.
En conclusion je dirai que les médicaments sont indispensables mais le comportement du patient joue aussi un grand rôle.
Une bonne hygiène de vie ,un bon moral malgré tout ,de l'exercice un peu de marche ou de gymnastique celà aide beaucoup à surmonter la maladie.
Il ne faut surtout pas s'appesentir sur son sort et se croire plus malade que l'on est. Rester dans son coin à se lamenter ou assis dans son canapé quand on peut bouger est la dernière chose à faire.
Ceci dit je vous souhaite à tous bon courage et n'hésitez pas à me répondre

Portrait de chris67
J'aime 0

je vous ai laissé un message juste en dessous de votre autre témoignage... j'espère sincerement que vous allez le voir et m'y repondre !!!

amicalement chris

Participez au sujet "Polynévrite ( habitudes alimentaires par rapport à la douleur)"