Portrait de abricot

Bonjour,

Je suis une jeune femme de 27 ans.
Je souffre de pollakuiries ainsi que d'impériosités depuis plusieurs années (de manière ponctuelle) et de manière permanente depuis 3 mois.

Dans les moments les plus difficiles, j'avais une envie absolument permanente et très intense d'uriner mais les mictions ne me soulageaient pas du tout. C'était insuportable. Depuis le mois de novembre, j'ai pris successivement du DITROPAN, du CERIS, de l'URISPAS. Les symptômes sont devenus petit à petit un peu moins intenses mais les choses ne sont toujours pas rentrées dans l'ordre. De plus, je ne sais pas quelle est l'origine de ces troubles.

Les recherches portant sur le physique n'ont rien donné : toutes les analyses d'urines sont négatives, les échographies sont négatives, les cystoscopies et le bilan urodynamique également.
J'ai vu trois urologues, un gynéco (antécédent d'endométriose stade 3).
Mon médecin généraliste ne propose plus rien d'autre. Je suis complètement déprimée.

Tous les médecins que j'ai vus semblent penser que mes troubles sont d'origine psycho-somatique.
Je suis désormais suivie par un psychiatre qui pense qu'il s'agit d'une dépression masquée. Je prends donc des anti-dépresseurs et des anxiolitiques depuis un mois. Les symptômes se sont un peu atténués mais ils reviennent par moment.

Si vous avez des hypothèses à me me soumettre sur l'origine et le traitement possible, cela me rassurerais beaucoup car je suis très angoissée face à ce problème.

Merci

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Il faut peut-être chercher du côté de la moelle épinière au niveau du bassin. Une vessie neurologique est peut-être la cause de votre pollakiurie.

Je vous conseille, pour obtenir plus d'étiologie (les causes ) sur ce symptôme de vous rendre dans la partie symptômes de l'encyclopédie médicale Vulgaris et de rechercher a pollakiurie.

Cliquer sur symptômes
cliquez sur femme
puis sur Bassin gynéco sexuel urine
puis sur pollakiurie

Vous obtiendrez une liste importante de cause de pollakiurie qui vous permettra de vous orienter. Si vous avez la patience de rechercher chaque texte correspondant à chaque cause dans Vulgaris, cela vous permettra de comprendre la cause de la pollakiurie que vous présentez et d'y appliquer un traitement.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de abricot
J'aime 0

Merci de votre réponse.

Avant de m'inscrire sur le forum, j'avais déjà fait des recherches dans l'encyclopédie.

Tout d'abord, les deux cystoscopies réalisées sont contradictoires :
-la première évoque un rétrécissement important de l'urètre et une très probable cystite intersticielle. Mais les biopsies réalisées n'ont pas confirmé ce diagnostique.
-la seconde, réalisée par un autre urologue deux mois après, montre que la vessie est strictement normale. Il pense que les troubles sont d'origine neuro-psychiatrique.
Que faut-il en penser ?

Les perturbations psychologiques sont effectivement une possibilité car je viens d'accumuler plusieurs années très difficiles : nombreux décès dans la famille très proche, chômage, stress.
Du coup, depuis trois semaines, je vois, en plus du psychiatre, une psychologue-sophrologue et un acupuncteur. Pour l'instant les résultats ne sont pas très visibles, mais les frais s'accumulent !!!

Finalement, je me retrouve face à deux hypothèses, peut être complémentaires :
-une dépression qui s'est manifestée par des troubles psycho-somatiques au niveau de la vessie (pollakiuries et impériosités)
-un lien avec mon endométriose ovarienne et péritonéale, stade 3 (écho prévue avec un spécialiste de cette maladie le 20 février)

Actuellement, je suis sous EFFEXOR 75, LEXOMIL, URISPAS et BEROCCA et je vais entamer ma 14e semaine d'arrêt de travail.

Tout le monde me dit de prendre sur moi, mais les mois que je viens de passer ont été épuisants (j'ai à peine 10 de tension) et à présent, je doute de tout ce que me disent les médecins qui ont passsé leur temps à se renvoyer la balle. J'espère vraiment que je suis enfin sur la bonne piste.

J'ai besoin d'être rassurée et de retrouver au plus vite une vie normale.

Portrait de Aleska
J'aime 0

Bonjour Abricot
Je souhaitais réagir car j'en suis arrivée aussi à ce point: venir surfer sur les forums pour trouver des réponses, encouragements, solutions... Ca fait maitenant 5 mois que je souffre de pollakiurie (je peux dater le jour où s'est arrivé!) et je commence aussi à "sombrer"... j'ai comme toi vu des médecins qui se sont renvoyés la balle ou "tiré dedans" (du genre c'est pas ca qu'il faut faire /prendre etc) et je suis limite au bord de la dépression... je sais plus à qui me fier, faire confiance, croire...à chaque fois, j'ai un espoir qui s'évanouit quand au bout de qq semaines, je ne vois pas d'effet... j'ai pu voir que de nombresues personnes souffrent de ce même probème, ce qui est "encourageant", d'une certaine manière, on ne se sent pas seul...mais c'est vrai que c'est dur à vivre... J'ai 30 ans... je sors de 3 ans de colopathie, et maintenant je dois faire face à ca... pas de chance...mais bon comme je m'en suis sortie de ca, j'essaye de me dire que ca doit bien être possible de guérir! C'est même sur! J'essayerai de mettre un post avec mon parcours complet...en attendant, je te souhaite bon courage
Aleska

Portrait de abricot
J'aime 0

Merci pour tes encouragements car mon moral est vraiment très fluctuant selon les jours et mon état physique.

Ce serait intéressant que tu puisses me donner un résumé de ce qui t'es arrivé. Etant donné que les médecins m'ont (pour la plupart) déçue, j'ai pris l'habitude de me débrouiller seule pour trouver de nouvelles pistes et des moyens de me rassurer.

A bientôt.

Portrait de abricot
J'aime 0

J'écris juste pour informer ceux qui ont rencontré le même problème que moi .

Mes troubles urologiques étaient finalement bien d'origine psycho-somatique : j'ai fait une dépression masquée. Je retrouve petit à petit une vie normale mais je suis encore très marquée par cette épreuve.

Alors si vous voyez que les examens "physiques" ne donnent rien, n'hésitez pas à aller voir un psychiatre dès que possible.

Bon courage à tous

Participez au sujet "pollakiuries depuis 3 mois"