Portrait de jumelle30

Bonjour, nouvelle sur ce forum j'ai une question sur mes droits en tant que parents.

Mes filles nées le 30 septembre 2017 à 28SA par césarienne, suite à une infection mais ça n'a jamais était prouvé car les prélèvements effectués juste avant l'accouchement ont étaient perdu par l'hôpital, j'ai ensuite contracté une sévère infection de la paroi abdominal pendant mon hospitalisation, le gynécologue m'a soutenue que c'était l'infection présente avant l'accouchement qui était responsable hors je n'étais pas d'accord car j'ai bien entendu qu'on demandé à ouvrir alors que j'étais pas désinfectée. Mes filles, elles elles étaient hospitalisé en réanimation néonatale suite à l'accouchement, je suis allée les voir le lendemain, j'ai demandé si elle allaient bien, on m'a répondu oui et qu'un médecin me verrais lundi car le week end ils sont disponible que pour les urgences, donc deux plus tard, lundi je me rend en fauteuil roulant avec ma mère au service, et là un médecin m'annonce que l'une de mes filles à une sévère insuffisance rénale et que son pronostic vitale est engagé et ce depuis sa naissance, je suis resté sous le choc, ni mon conjoint ni moi avant était avertit plus tôt. Dans la semaine qui suivait ma fille à commencé à aller mieux, elle avait toujours son insuffisance rénale mais son taux de potassium avait baisé, une échographie cérébrale à était effectué, son cerveau était normal, il n'y avait aucune lésions. Deux semaines après, mes files étaient transférées en soin intensif, ou les médecins ce sont montré très froid, peu aimable et surtout nous informés pas sur leur état de santé et des examens pratiqué. Un mois plus tard, un médecin nous rencontre en entretient et nous explique qu'elle à pratiqué une échographie cérébrale sur ma fille qui à une insuffisance rénale et que cette échographie montre clairement de grave lésions et me parle de handicap moteur et cérébrale, on me disant bien que ses leucomalacies périventriculaire étaient déjà présente à la naissance, je lui demande comment c'est possible que l'examen pratiqué en réanimation était normal, elle me répond qu'elles sont parfois visible qu'après plusieurs semaine, je trouve la réponse un peu vague, car j'ai remarqué qu'au cours de leur séjour en soin intensif les infirmières les débranchés de leur appareil de respiration et de mesure cardiaque pour leur donner des bains, alors qu'elles étaient encore dépendante de leurs masque à oxygène et n'arrivé pas à maintenir un taux de saturation en oxygène suffisant. Suite à cela, notre relation avec le corps médical des soins intensif c'est dégradée, les médecins et les infirmière en commencé à nous faire des reproches sur notre temps de présence auprès des filles car nous pouvions venir seulement le soir, nous habitons à 40 km de l'hôpital, mon conjoint travail et j'ai un fils qui vient d'avoir un an. Nous étions présent chaque soir et toute la journée les week-end mais pour eux cela n'était pas suffisant. Un soir un médecin est venue nous voir et nous demande si on à appris pour les lésions, elle nous dis "vous savez elle ne marchera jamais mais ne vous en fait pas elle ne sera pas vraiment une débile" en souriant, j'ai pris conscience à ce moment là que c'était personnel, que cette personne cherché à nous blesser en utilisant de tel terme. On à eu aussi droit à un harcèlement concernant notre déménagement, où se même médecin à sous entendu qu'on mentait, qu'elle n'avait pas confiance en nous, elle s'intéressé de près à notre vie conjugal et à commencé à nous dire que ça n'allait pas entre nous, même si c'était le cas j'estime que ça ne la concerne en rien. Le 3 janvier 2017, les filles sont sortie de l'hôpital, on nous à pas remis de compte rendu d'hospitalisation, une de mes filles était encore scopée et sous citrate de caféine alors que sa soeur était sous citrate de sodium. On nous à dis de revenir à la fin de la semaine pour une ré-hospitalisation pour la vaccination. La pédiatre qui à reçu mon conjoint ce jour là c'est emportée et c'est mise à lui reproché son retards, il lui à dit que les filles ont du mangé, qu'il y a eu des bouchons sur la route, la petite avait fait plusieurs bradycardie pendant le transport, après plusieurs refus de s'assoir de mon conjoint, elle lui à ordonné de s'assoir il à refusé, elle lui à dit qu'elle connaissait des gens dans son domaine professionnel, qu'elle allée faire un rapport sur nous au conseil général car la situation est inquiétante mais on ne connait pas le motif ni sa motivation à faire se rapport. Cette pédiatre me contact par téléphone alors que mon conjoint lui à bien dis de ne plus nous contacter, elle me dit oui j'ai transmis un rapport car votre situation me paraît inquiétante, elle me dit vous avez un problème relationnel, vous ne tenais pas avec vos filles vous me l'avez dis, alors que je n'ai jamais dis une tel chose et je trouve que c'est insultant et déplacé. Comment un médecin peut avoir une tel conduit, se prononcé sur un pronostic d'handicap lourd sans autre possibilité et utilisé des termes comme débile, est elle en droit d'appeler notre pharmacie, mon gynécologue ou encore colporté des ragots sur nous aux autres hôpitaux, à tel le droit de nous harceler alors qu'on à décidé de ne plus être en contact avec elle. Je voudrais savoir si j'ai le droit de porter plainte pour diffamation contre les propos qu'elle tient sur ma relation avec mes filles.

Participez au sujet "Plainte à l'odre des médecins "

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.