Portrait de sevsebtom

suite à 1 accident de voiture en 2005 j'ai 1 photophobie à l'oeil gauche importante les médecins ne trouve pas l'origine sachant que le scanner et l'irm négatif
de plus je ne plus regarder ni en haut ni sur la gauche

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Précisément quelle est votre question ?

Portrait de sevsebtom
J'aime 0

je fais de la rééducation des yeux je vais chez l'ohptalmo en controle tt les mois depuis laccident et il n'y a pas d'amélioration je je peux tjs pas rouler de nuit ou aller au cinéma.
pour ce qui est du pb de regarder en haut et sur le coté l'ohptalmo m'a dit ke ct à mon cerveau de donner les ordres alors qu'apparement mon oeil gauche ne suis plus et dès que je me force l'oeil g part à drt
pour ces pb on ne me donne aucune cause ni solution !!!!
d'autre part j'ai des migraines qui nécessite une prise de dafalgan et une sieste d'au moins 1 h
de plus j'ai 2 taches sur l'oeil gauche qui suivent mon regard
voilà le résumé je ne sais pas si c'est clair pour vs mais si vs avez quelque chose à proposer dites moi
merci d'avance

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Bonjour sevsebtom,

Par définition, on ne peut pas avoir de « photophobie à un œil ».

La photophobie est un trouble psycho-comportemental : la gêne due à une variation de luminosité, une « trop » forte luminosité, … induit une phobie (la trouille, qui pourrait générer des symptômes par sommation).

A titre d’exemple, ma fille était photophobique. Sa phobie de « forte luminosité » et de « brusque variation de luminosité » était une conséquence d’un trouble neuromusculaire : les muscles lisses ne fonctionnaient pas normalement, elle avait des pupilles trop dilatées (par rapport à son frère ou moi : à luminosité égale, ses pupilles étaient toujours plus dilatées que les nôtres, lorsqu’elle exprimait ses gênes). Cette dilatation anormale de pupilles laissait entrer trop de lumière sur sa rétine : cela l’éblouissait et lui induisait une migraine ophtalmique. Les troubles psycho-comportementaux associés furent : refus de sortir, vivre à la maison les doubles rideaux tirés, lire dans le pénombre, refus de sortir en récréation à l’école, placer ses mains devant ses yeux dès qu’il y avait un peu trop de luminosité pour elle (normal pour son frère et moi),… Ce comportement l’a rendue impopulaire au collège : trop ch…te, « vouloir jouer à la starlette avec ses lunettes de soleil », en EPS, on ne pouvait jamais compter sur elle en sport–co : ses 2 mains étaient occupées devant ses yeux, elle ne faisait rien d’autres, la balle passait à coté d’elle, ou rebondissait sur elle, elle ne cherchait pas à les attraper, son équipe perdait au match à cause d’elle : elle avait passé de 'mauvais quarts d'heure pour ça)).

Finalement, on a trouvé ce qui lui induisait ce trouble neuromusculaire : son SDP (syndrome de déficience posturale),. mauvaise posture induirait des dérèglements hormonaux (phénomènes de troubles neuromusculaires localisés : on ne sait pas encore pourquoi c’est localisé de cette manière …). En tout cas, le traitement de son SDP par les prismes posturaux de Lisbonne lui a dissipé son anomalie au niveau des pupilles, de manière reproductible. Son trouble de comportement s’est dissipé d'eux- même, dès lors qu’elle n’est plus gênée par la lumière…

Votre description m’évoque aussi une sorte de « paralysie oculomotrice » (difficulté de contrôle de mouvement oculomoteur).

A votre place, j’explorerais la piste de « SDP » (syndrome de déficience posturale) : un bilan postural de Lisbonne ne prend pas beaucoup de temps (moins de 5 minutes chez un ophtalmo-posturologue rodé), ne coûte pas horriblement cher(autour de 50€ en France), ce n’est pas traumatisant (tests très simples, sans torture de patient), …

Au cas où le bilan est positif (dans 90% des cas, le bilan est positif : la probabilité que vous y échappiez est très faible), vous auriez au moins une batterie de techniques de traitement pour le SDP, c’est mieux que RIEN.

Il faut savoir que les chocs crâniens, quelques « cou de lapin », les accidents automobiles, de sports, … peuvent déclencher des symptômes gênants de SDP.

Une publication co-écrite par un dentiste parisien, une orthoptiste de Paris membres actifs de l'école de Posturologie de Pairs, a montré que chez beaucoup de SDP, la rééducation orthoptique plafonne très vite, tant que la « malocclusion » n’est pas levée (le serrement de dents, sur des dents de traviole, peut induire plein de symptômes de SDP).

Mon cas personnel confirme cette observation (même sans serrement de dents) : plafonnement de capacité oculomotrice à la rééducation orthoptique.

J’espère que ces infos vous donnent un peu d’eau au moulin…

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Je vous invite à lire le texte suivant qui a été remis à jour, on n'y parle des causes également.
Photophobie
Dans l'encyclopédie médicale Vulgaris.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de sevsebtom
J'aime 0

MERCI pour votre réponse mais si je n'est que la pupille gauche qui ne se rétracte pas à la lumière
cette accident de voiture m'as provoqué 1 double entorce cervicale ainsi qu'une dissection de l'artère vertébrablle droite

Participez au sujet "photophobie"

Articles à lire concernant "photophobie"

  • Photophobie ... La photophobie est l'intolérance à la lumière, due généralement à une ... de l'oeil sont susceptibles d'être à l'origine de photophobie. La méningite caractérisée par une inflammation des ...
  • ... des douleurs abdominales et de la migraine avec photophobie (gêne à la lumière), notion familiale de maladies migraineuses ...