Portrait de util

bonjour à tous,

parfois lors des pénétration vaginale avec mon conjoint de fortes douleurs abdominale ainsi qu'une perte de sang se produisent pourtant ce n'est pas pendant la periode de mes regles, je ne comprend pas ce qui se passe pouvez vous m'aider?

Portrait de medecin.vulgaris
J'aime 0

S'agit d'un signe dont vous devez tenir compte. Habituellement les rapports sexuels ne s'accompagnent pas d'hémorragie même minime. C'est la raison pour laquelle vous devez au minimum effectue un examen gynécologique qui vous permettra de trouver la cause de ce saignement qui survient durant le rapport sexuel. Notre part des fortes douleurs abdominales peuvent être dues à de nombreuses causes qu'il faut rechercher. en résumé nous vous conseillons de consulter un gynécologue.

Équipes médicales Vulgaris

Portrait de eray
J'aime 0

Il doit y avoir une dechirure qui se produit lors de la penetration.
Ou son sexe est trop gros pour le tien (faible hypotese) ou bien tu as les parois fragile

Participez au sujet "perte de sang pendant les rapports"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "perte de sang pendant les rapports"

  • Le lifting est une intervention chirurgicale ayant pour but de corriger les effets du vieillissement de la face (visage) et du cou. Pour cela une technique de chirurgie esthétique est utilisée il s'agit du redrapage des structures composant la peau qui s'est relâchée. Il est possible de pratiquer plusieurs liftings (entre deux et quatre) au cours d'une même existence.

    Il est nécessaire, pour comprendre plus exactement ce qui le lifting, de distinguer le lifting cervico-facial ayant pour but de corriger l'affaissement des joues que l'on appelle également les bajoues (joue qui pendent) et le lifting frontal qui permet de faire disparaître les rides du front ainsi que celles situées au-dessus de la racine du nez, entre les sourcils. Le chirurgien en profite pour supprimer le double menton. Enfin la blépharoplastie est une intervention chirurgicale sur les paupières qui permet de retirer l'excédent de peau ou de graisses.

    Le lifting est susceptible de modifier les traits du visage. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de prévenir le patient, qui doit être suffisamment motivé, est prévenu d'éventuelles déceptions. D'autre part il est nécessaire également de tenir compte de certains facteurs de risque comme le tabagisme qui risque d'être la cause de mauvais résultats, ainsi que d'une consommation trop importante d'alcool ou de tout autres excitants ou drogues.
    Avant l'intervention il est pratiqué diverses photographies (clichés préopératoires) afin de déterminer d'éventuels défauts de la zone que le patient désire corriger. Il peut s'agir d'une asymétrie du visage, de bajoues, d'excédent de peau ou de graisse sur les paupières et de fanons (excès de peau qui pende sous le cou).

    L'opération proprement dit commence par la désinfection systématique du cuir chevelu. Ensuite il est procédé à l'aspiration de la graisse du cou et des bajoues. Le redrapage consiste tout d'abord à inciser le cuir chevelu selon un tracé bien défini qui contourne l'oreille. Il est procédé ensuite au décollement de la peau et des tissus plus profonds en évitant que les traits du visage soient figés.

    La peau en excédent est retirée pour terminer.

    L'évolution comporte quelquefois des complications. Il s'agit avant tout d'éventuels saignements que le chirurgien a dû contrôler convenablement durant l'intervention pour prévenir la formation d'éventuels hématomes.

    Le visage reste gonflé plusieurs jour (un peu plus d'une semaine). Le patient est prévenu que son visage aura une impression de tristesse durant au moins trois semaines et que sa peau, durant un laps de temps plus ou moins long (au minimum quatre mois, au maximum six à huit mois), ne sera pas aussi sensible que d'habitude car elle a été décollée.

    En ce qui concerne les cicatrices, celles-ci sont dissimulées à l'intérieur du cuir chevelu et derrière le lobule de l'oreille, disparaissant presque totalement au bout d'un an, après l'intervention chirurgicale.
    Le reste de l'évolution est le suivant. Les résultats esthétiques redeviennent instables à partir d'une dizaine d'années. C'est la raison pour laquelle il faut avoir une d'une bonne hygiène de vie afin de les stabiliser.

    La prévention consiste à éviter le tabac, l'alcool, l'exposition au soleil et aux ultraviolets et la couperose. Ceci a tendance à favoriser la rupture des fibres de collagène (variété de protéine) qui sont en quelque sorte le squelette de la peau et dont la fracture à cause de ses éléments extérieurs favorise l'affaissement à nouveau de la peau.

    Les complications susceptibles de survenir, concernant le lifting sont :

    • Des cicatrices trop importantes (hypertrophiées) avec rougeur et gonflement et parfois même démangeaisons.
    • Un visage figé. Ceci est le résultat d'une mauvaise intervention ou d'une inexpérience du chirurgien qui a tiré sur la peau vers les oreilles au lieu de remonter celle-ci.
    • Une infection à cause de la pénétration des germes au niveau de la plaie, à la fin de l'intervention. En cas d'infection il est nécessaire de procéder à un nettoyage de la plaie et à la mise en place d'un drainage, voir d'utiliser des antibiotiques adaptés.
    • Une nécrose peut survenir, entraînant une destruction des tissus du visage. Cette destruction est le résultat d'une perturbation de la vascularisation faciale (apport sanguin au niveau de la peau du visage). Les personnes consommant du tabac ont une plus grande propension à faire une nécrose. Une mauvaise technique est quelquefois également la cause de la survenue d'une nécrose.
    • La dégradation précoce du résultat fait parfois suite à une mauvaise qualité des fibres élastiques de collagène à cause d'une maladie génétique. Ici aussi le tabac joue un rôle important comme facteur délétère (dangereux). L'exposition solaire trop importante également.
    • Plus rarement peuvent survenir des paralysies du nerf facial ou du nerf spinal c'est-à-dire du nerf qui permet de lever l'épaule. Il s'agit de complications rares qui sont le fait de mauvaise technique chirurgicale ou d'une inexpérience du chirurgien esthétique.
  • Le cordon sinueux sous la peau est une maladie occasionnée par divers parasites :

    • Larves de diptères (occasionnant alors la myiase cutanée).
    • Larves d'ankylostomes.
    • Larves d'anguillules (donnant la larva currens).
    • Larves d'un ver rond appelé nématode, tous ces parasites ayant la caractéristique de se déplacer sous la peau.

    Ces divers parasites se retrouvent habituellement chez les animaux, ils sont ici égarés chez l'homme.

  • La myiase cutanée est une dermatose parasitaire (maladie de peau due à un parasite) déterminée par le cheminement dans la peau ou sous la peau, de larves de divers diptères (insectes de la famille de la mouche) que sont les asticots.

    Autrement dit, cette maladie est provoquée par la ponte, sous la peau, d'oeufs de mouches (généralement il s'agit d'insectes non piqueurs) qui se multiplient préférentiellement sous un climat chaud (régions tropicales le plus souvent).

    La lésion apparaît sous forme d'abcès et de furoncles de coloration rouge, qui deviennent douloureux et à l'intérieur desquels des oeufs se métamorphosent en asticots.

  • Le syndrome de la peau ébouillantée est une dermatose (maladie de la peau) se caractérisant par un décollement de l'épiderme (couche superficielle de la peau), localisé essentiellement autour d'une petite infection, et associée à une destruction de l'épiderme avec un détachement de celui-ci sous forme de lambeaux.

  • L'incrustation pénienne est une pratique rituelle que l'on observe avant tout en Indonésie et en Extrême-Orient. L'incrustation pénienne consiste à introduire sous la peau du sexe masculin, un ou plusieurs corps étrangers le long de la hampe afin d'augmenter les stimulations au moment du rapport sexuel.

    Les corps qui sont incrustés sous la peau du pénis sont variés. Cela va de la pierre précieuse aux morceaux de coquillages jusqu'aux boules d'ivoire ou bille de verre.

    Ce sont essentiellement les Batak (de Sumatra) qui pratiquent ce genre de rituel. Les femmes semblent apprécier tout particulièrement ceci qui leur procure quelques stimulations supplémentaires.

    Certains hommes, en Orient et en Occident, pratiquent les incrustations péniennes mais cette fois-ci à la manière d'automutilation ou afin de modifier leurs corps. Il s'agit en l'occurence d'une habitude masochiste qui va permet d'affirmer une identité en transformant le corps. D'autres partl'individus, à travers ces pratiques ont l'impression d'avoir une stature sexuelle intensifiée.

    L'incrustation pénienne, à l'instar du piercing et du tatouage, se pratique également relativement fréquemment dans les prisons.

    Il existe une autre méthode pour remodeler la verge, il s'agit de l'opération d'élargissement ou d'agrandissement obtenu par injection de graisse ou de petit ballonnet sous la peau du phallus afin d'en augmenter l'épaisseur et le diamètre mais aussi dans un but de procurer à sa partenaire une stimulation sexuelle accrue.