Portrait de Nell77

Bonsoir à toutes et à tous.
En désespoir de cause, je m'adresse à vous afin de trouver des réponses à mes questions et surtout un traitement à mon problème de santé récent.
En effet, depuis le 29 avril dernier, je suis victime de diarrhées glaireuses (4 minimums par jour), nausées, douleurs abdominales récurrentes survenant toutes les 30 à 60 minutes frôlant la syncope, une hypotension, une desquamation des mains récente, survenue de mes règles en pleine crise de douleur abdominale alors que je n'en avais plus depuis 2 ans (sous Cérazette), sans hyperthermie (je dis bien sans température, uniquement fébricule à 37,8).
Au début, on m'a diagnostiquée une gastro virale... sauf que la gastro elle a perduré! De moi-même, je me suis rendue dans un labo demandant une coproculture avec recherche bactériologique, mycologique et parasitologie. Les résultats sont négatifs pour la mycologie et parasitologie mais positifs pour la bactério, présence de staphylococcus aureus nombreux!!!
De plus, devant les douleurs abdominales récurrentes surtout en fosse iliaque droite, réalisation d'un scanner abdominal révélant une pancolite pseudo-membraneuse avec adénolymphytes mésentériques. Comme quoi, je ne faisais pas du chiqué!!!
Aux urgences, le bilan sanguin inflammatoire était paradoxalement négatif avec une PCR à 2.
On m'a demandé à plusieurs reprises si j'avais ingéré des antibiotiques et NON JE N'EN AI PAS PRIS!!!!!! Car pour les médecins, c'était forcément un Clostridium difficile (bactérie rattachée au diagnostic posé au scanner or dans la coproculture recherche de clostridium négative!
Depuis peu, je suis sous antibiotiques pour traiter l'infection à staphylocoque mais mes douleurs abdominales en fosse iliaque droite et mes diarrhées persistent, et ce malgré un régime alimentaire sans résidus strict depuis le 29/04/2009!!!!
J'ai contacté un HGE pour réalisation d'une coloscopie à la fin de mon traitement antibiotique mais je ne pense pas pouvoir encore tenir 10 jours dans ces conditions, fatiguée+++++ avec du coup une tension très faible.
Personne ne semble réaliser la gravité de ce qui m'arrive. Quelqu'un a-t-il eu le même diagnostic posé et ce dans mon même cas c'est-à-dire sans prise d'antibiotiques responsables de cette pathologie?
Si oui, comment soigner cette douloureuse et impensable pathologie qui vous pourri la vie dans tous les domaines.
AIDEZ-MOI, j'en peux plus, à trouver la solution médicale ou chirurgicale (s'il faut) pour ne plus souffrir et guérir cette SA- - - - - - - ! Désolée mais la douleur et la fatigue me font devenir vulgaire.

En vous remerciant par avance de vos témoignages résolutifs.

Participez au sujet "Pancolite pseudo-membraneuse"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Pancolite pseudo-membraneuse"

  • ... de la circulation sanguine et d'un mauvais fonctionnement cardiaque. Certaines affections de nature neurologique, ou métabolique ...
  • Le globe hystérique est un trouble psychologique se traduisant par la sensation d’avoir une boule au fond de la gorge, éprouvée le plus souvent chez les hystériques au cours d’une crise. Ils ont l'impression qu’une boule remonte de l’estomac dans la gorge, puis s’arrête pour les étouffer.

  • ... Dans ce cas, les symptômes après l'infection cardiaque, surviennent plus ou moins discrètement, mais parfois brutalement et ...
  • La maladie du cri du chat correspond à une maladie congénitale, caractérisée par un ensemble de malformations de la tête et du larynx (organe situé dans la gorge permettant de parler et d'émettre des sons), et associée à un retard mental.

  • La maladie d'Armstrong, concernant essentiellement les enfants et les adolescents de sexe masculin et quelquefois les adultes jeunes, est une méningite lymphocytaire aiguë, maladie infectieuse due à un arenavirus c'est-à-dire un virus dont le patrimoine génétique est constitué d'une molécule d'ARN : le virus d'Armstrong. De façon générale l'évolution de cette pathologie est bénigne, mais il existe néanmoinune forme grave, qui reste exceptionnelle, et qui se manifeste par une méningo-encéphalite hémorragique, qui peut entraîner le décès du malade.

    L'infection est de type endémique. Le virus d'Armstrong, hébergé par un animal, est éliminé par la salive ou les urines des animaux infectés et contamine l'homme par des aliments ou de la poussière. Il peut s'agir d'un hamster, d'une souris par exemple ou d'un autre rongeur.

    Il a pu être également noté des manifestations broncho-pulmonaires, une orchite, une parotidite, une fièvre hémorragique.

    Le patient présente des symptômes proches de ceux de la grippe :

    • Une hyperthermie (fièvre).
    • Un syndrome méningé parfois absent.
    • Des céphalées (maux de tête).
    • Des vomissements.
    • Des myalgies (douleurs musculaires).
    • Des arthralgies (douleur des articulations).
    • Une raideur méningée

    Les examens de laboratoire permettent de révéler un liquide céphalo-rachidien claire, quelquefois opalescent, contenant des lymphocytes.
    Les prélèvements de gorge au niveau du pharynx ainsi que les analyses de sang et d'urine permettent quelquefois d'isoler le virus
    Des anticorps spécifiques sont susceptibles de persister longtemps après la guérison est d'être retrouvés chez les individus asymptomatiques (n'ayant pas présenté de symptômes).

    Il existe des formes de chorioméningite lymphocytaire d'Armstrong concernant le nourrisson, la femme et l'adulte après l'âge de 50 ans.
    Dans certains cas l'évolution n'est pas aussi bénigne. En effet, il peut apparaître des crises d'épilepsie, une inflammation des testicules (orchite) voir des paralysies ou simplement des parésies. Plus rarement le patient présente un état stuporeux.

    Le traitement est symptomatique.