Portrait de Invité

j ai deux nodules a la thyroide , je prend levotyrox 100 et j ai fait une cytoponction , j ai eu les resultats que voici ::j ai effectivement des atypies cellulaires sur le nodule ponctionné ,que va t on me faire ?? CONSEILER MOI

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Cela ne veut pas dire qu'il y a cancer mais cela demande une surveillance qui peut être juste échographique.

L'échographie pouvant montrer des signes de malignité d'un nodule :
- microcalcifications qui montrent que le nodule est relativement ancien et peut déjà avoir commencé à dégénérer,
- une forme irrégulière,
- une hypervascularisation,
- adénopathies,
- grossissement rapide malgré le Levothyrox,
- un nodule qui avait diminué et qui regrossit,
- un nodule qui adhère aux tissus environnants,
- la présence de ganglions (si supérieurs à 1 cm on les appelle dans ce cas des adénopathies)...

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de anonymous
J'aime 0

hier matin je suis allé faire la prise de sang demandé tpo et tsh ,donc j ai pas pis le levotyhrox le matin ,,et bien j ai eu froid toute la journee alors que je chauffe au bois et que j ai 23degres dans la maison ,j angoisse de pas savoir , mais merci de m avoir repondu , ca encourage un peu

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Tu peux prendre le Levothyrox après et même tu peux le prendre pour les contrôles. Pas besoin d'être à jeun.

Le principal est que tu fasses les contrôles dans les mêmes circonstances et surtout le même labo pour avoir les mêmes taux.

Tu l'a pris après au moins le Levothyrox ? Du moment qu'il est prit au plus tard à 13H ou à 14H (pour éviter les risques d'insomnies) il n'y a pas de problème.
Il faut simplement veiller que pendant les deux heures qui précèdent la prise on n'ai rien mangé.

Et ceci dit je ne pense pas qu'il y a lieu de s'inquiéter. C'est bien plus souvent bénin que malin.

Le Levothyrox devrait aider les nodules à diminuer et la cytoponction a déjà dû les faire diminuer.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de anonymous
J'aime 0

voila ce soir je suis allé voir l endocrinologue suite au mauvais resultats de la cytoponction , , donc elle ma dit il faut faire une thyroidectomie totale , donc demain je prendrais rendez vous avec le medecin qui va l enlever ,, , bon j angoisse mais bon faut y aller !! @@à+++

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

C'est une solution si tu te sens prèt à le faire et si tu veux avoir l'esprit tranquile c'est la seule solution.

Le médecin ne veut apparement ne pas prendre de risque.

Bon courage mais en général cela se passe relativement bien.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Participez au sujet "nodule"

Articles à lire concernant "nodule"

  • Le syndrome de Baader (en anglais baader syndrome), est une affection à début brutal et d'origine inconnue, qui frappe particulièrement les sujets jeunes (hommes et femmes) caractérisée par :
    • Une atteinte de la muqueuse buccale (en anglais oral mucosa).
    • Une atteinte de la muqueuse génitale (en anglais genital mucosa).
    • Une atteinte de la conjonctive (en anglais conjunctiva).
    • Une atteinte de l'urètre (en anglais urethra).
    • Des lésions cutanées à type d'érythèmes (en anglais erythema) discrets.
  • La babésiose (en anglais babesiosis) est une maladie parasitaire des globules rouges, occasionnée par un parasite qui a infesté l'homme, et appelé le babésioïdé. Il s'agit d'un protozoaire qui parasite l'homme, mais également des animaux comme le chien, en lui donnant une maladie appelée la piroplasmose.
  •  Le signe de Babinski (ou réflexe cutané plantaire) est utilisé pour dépister une lésion du système nerveux central (cerveau et moelle épinière).
  • Le baby-blues, appelé aussi dépression post-natale, touche les jeunes femmes dans les deux à cinq semaines qui suivent l'accouchement.