Portrait de steph349

Bonjour à tous !

Mon fils de 2 ans 1/2 est neutropenique depuis l'age d'1 an.Nous avons decouvert cette neutropenie à la suite d'une otite qui ne se guerissait pas.Depuis , son taux de polynucleaires neutrophiles varie entre 1 et 6 %(soit 70 à 350 /la norme etant de 1500/2000).Il ne sait donc pas se defendre contre les bactéries et l'hematologue l'a mis sous BATRIM quotidiennement(antibiotique) depuis 10 mois environ.
Les 2 myelogrammes effectués n'ont rien indiqués d'anormal:les neutrophiles sont bien matures.Malgré tout , rien n'evolue.

La dernière prise de sang montre un taux de neutrophiles à 320 et pour la 1 ère fois un taux de monocytes à 160 .Est-ce lié?connaissz-vous ce problème?

Avec nos remerciements.

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

La neutropénie de l'enfant se définit par une diminution du nombre absolu de polynucléaires neutrophiles c'est-à-dire de certains globules blancs à l'intérieur du sang. Celle-ci est mise en évidence lors de l'hémogramme. L'hémogramme étant le nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. Le diagnostic de neutropénie et porter en dessous de 1500 polynucléaires neutrophiles par millimètre cube chez l'enfant de plus d'un an, en dessous de 1000 par millimètre cube chez l'enfant de deux à 12 mois. Lors des deux premiers mois de la vie le nombre des polynucléaires et physiologiquement c'est-à-dire normalement augmenter. Il existe une limite inférieure qui a la naissance varie selon le terme
Un neutropénie expose à des infections par des bactéries et par des champignons. Le risque est faible au-dessous de 1000 cellules par millimètre cube. Ce risque augmente un petit peu quand le chiffre est situé entre 1000 et 500 cellules par millimètre cube. Le risque varie également en fonction de la durée de la neutropénie. Au-delà du 20e jour il apparaît un risque d'infection par des champignons.
La localisation des infections est variable selon les individus. Le plus fréquemment ces la peau, la sphère O.R.L. (née égorge oreille) et les poumons qui sont concernés. Il existe quelquefois des manifestations stomatologiques (dans la bouche) qui se caractérise par l'apparition d'une gingivite (inflammation des gencives) érythémateuse érosive hémorragique est douloureuse qui est associée à des papules sur la langue et des faces muqueuses. Plus rarement on constate des lésions diffuses sur le tube digestif qui entraîne des douleurs de l'abdomen et des diarrhées. Quand l'enfant présente une neutropénie profonde les symptômes sont modifiés.
Il est nécessaire d'évaluer une neutropénie et en particulier s'il s'agit d'un caractère permanent, intermittent ou régressif sur quelques semaines. C'est la raison pour laquelle on vous a fait faire un myélogramme qui est décisif . Celui-ci permet d'éliminer une hémopathie maligne (cancer du sang) de séparer les moelles riches normales ou présentant un blocage tardif de maturation des moelles hypoplasiques (insuffisance de fabrication des cellules souches destinées à devenir des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes) ou présentant un blocage précoce de la maturation.
En ce qui vous concerne c'est-à-dire la neutropénie chronique il faut rechercher des anticorps anti-granuleux et faire ce que l'on appelle le caryotype médullaire.

Il est également intéressant de savoir les antécédents familiaux et personnels, les différents traitements reçus par l'enfant, si celui-ci présent une augmentation de volume du foie et de la rate (hépatosplénomégalie), une anémie, une thrombopénie. Il faut également effectuer un bilan immunitaire en recherchant particulier un phénotype lymphocytaire.
S'il s'agit d'une neutropénie acquise celle-ci peut être d'origine iatrogène (médicamenteuses) ,toxiques, à une infection, à une carence ou à une maladie auto-immune. Il faut également savoir s'il existe une hémopathie (maladie du sang).
Il peut s'agir d'une neutropénie constitutionnelle primitive comme la maladie de Kostmann ou encore une neutropénie cyclique ou une myélokatexis (vous trouverez ce terme dans l'encyclopédie médicale Vulgaris)
Il est également nécessaire de savoir s'il s'agit d'une neutropénie associée maladie génétique telle que de syndrome malformatif une maladie de Schachenmann, une maladie de Fanconi, un déficit immunitaire, une maladie métabolique. Enfin quand il s'agit d'une neutropénie isolée il est nécessaire d'effectuer des hémochroma répétition de façon à éliminer une neutropénie transitoire. S'il s'agit d'une neutropénie permanente ou à répétition il faut encore effectuer des myélogrammes , vérifier les auto-anticorps et effectuer une cytogénétique.

Et principes de la prise en charge sont les suivants. Il faut limiter les complications infectieuses. Parfois un antibiotique par voie orale c'est-à-dire sous forme de comprimés suffisants. La surveillance ambulatoir attentif est également nécessaire. Devant une neutropénie sévère quelquefois une septicémie il est nécessaire de prendre en charge en urgence l'enfant en hospitalisation. Il sera mis en place alors une antibiothérapie par voie parentérale (intraveineuse). Le bilan bactériologique complet est également nécessaire. Quand il n'y a pas d'amélioration tunic rapide il est nécessaire d'envisager un traitement antimycotique (contre les champignons) et l'utilisation de facteur de croissance hématopoïétique éventuellement.
La prévention au long cours des épisodes infectieux nécessite une étude cas par cas. Le Bactrim à la dose de 50 mg par kilo et par jour et le plus souvent utilisé en dépit même de la neutropénie. Ce n'est que devant l'échec de sa procédure que l'on utilisera au long cours éventuellement une cytokine. Le plus difficile est de trouver la dose minimale à laquelle répond l'enfant si possible en administrant la cytokine à un rythme intermittent. Il existe bien entendu des effets secondaires sévères de ce traitement en particulier une augmentation du risque leucémogène des patients.

Vous trouverez les termes incompréhensibles dans l'encyclopédie médicale Vulgaris

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgarisv

Portrait de steph349
J'aime 0

Bonjour,

Ce petit message pour vous rassurer.

Mon fils a été hospitalisé la semaine derniére pour une gastro avec plus de 39° de fiévre.c'était la premiére fois depuis quil est neutropenique que sa fiévre montait autant.
Aprés 5 ou 6 prises de sang en 3 jours , on a decouvert que son taux de polynucleaires neutrophiles était remonté à 1635mm3.

Explication possible: la fiévre a tout chamboulé dans son organisme et a declenché l'effet inverse par rapport à la fiévre de l'otite qui l'a rendu neutropenique.

Alors ne vous decouragez pas .La nature est parfois bien faite!!!!

Bon courage !!

N'hesitez pas à me poser des questions si besoin.

Portrait de Arnaud7878.
J'aime 0

Bonjour mon fils de 10 ans a fait des bilans sanguin dernierement et ses neutrophhile etaient a 700 au lieu de 1500 la limite basse.
Les examens ont ete realisé par rapport a des douleurs au thorax , des eructations qui ne cesse et des vertiges.
En novembre 2016 ces examens etaient normales.
Le medecin nous preconise de refairr une prise de sang dans une semaine.
Est ce qu une baisse de la sorte peut arriver ou y a t il toujours une cause pathologiques?
Je suis tres inquiet surtout lorsque sur internet on parle de maladie grave.
Merci de me renseigner

Participez au sujet "neutropenie"